Serie A – Le renouveau de la Salernitana prend (presque) déjà forme

Résumé de la rencontre avec les deux réalisations magistrales de Simone Verdi (source : Youtube, Serie A)

Après avoir mené deux fois au score grâce au superbe doublé de Simone Verdi, la Salernitana a commis trop d’erreurs face à La Spezia pour espérer battre leur concurrent au maintien lundi (2-2). Les recrues ont été impliquées en bien ou en mal dans chacun des buts.

Une histoire de coups de pieds arrêtés

Ce match aurait sûrement dû se terminer à la demi-heure de jeu ! Les trente premières minutes annonçaient effectivement une rencontre d’anthologie, décousue et imprévisible. Au terme d’une percée initiale dans le camp des blancs, la Salernitana obtient un coup franc très bien placé dès la 2e minute. Franck Ribéry, usant de son déplacement fétiche, déborde par la droite aux avants de la surface de réparation et s’écroule. Il ne se charge pas de la sanction, laisse la tentative à Simone Verdi. L’attaquant en provenance de l’autre club grenat italien, Torino, s’élance et place parfaitement sa frappe au-dessus du mur, dans la lucarne droite d’Ivan Provedel : imparable !

L’équipe visiteuse célèbre à peine son départ canon que La Spezia se met immédiatement à l’attaque. Federico Fazio, autre recrue censée être expérimentée, commet une faute et offre à son tour un coup franc. On se dit alors qu’un récit-miroir s’apprête à être écrit. Mais les Aquiloti n’ont pas la même réussite et la balle finit en corner. Alors que l’action semble n’aboutir à rien, la présence au sol de Martin Erlic alerte Paolo Valeri et le camion de la VAR. Après vérification sur l’écran de télévision, on découvre que Fazio a grossièrement fauché le défenseur adverse en voulant dégager. Pénalty logique, transformé tranquillement par l’attaquant albanais Rey Manaj sur la droite de Luigi Sepe .

Pas de temps pour respirer dans ce premier quart d’heure. La Spezia obtient un autre corner, sans conséquence, et la Salernitana contre-attaque. Kelvin Amian fait obstruction et reçoit un carton jaune. Nouveau coup franc, dans la même zone quoiqu’un peu plus éloigné. Simone Verdi, insatiable, retente sa chance. Résultat identique : il enroule parfaitement le ballon, le logeant dans le même trou de souris. Deux conversions d’affilée sur ses deux premières tentatives ! Un événement rare et délectable auquel l’attaquant italien nous a permis d’assister. Cet habitué de l’exercice, doué d’ambidextrie, nous a régalés en réussissant cet inattendu et précieux doublé.

Petit florilège des frappes que S. Verdi est capable d’effectuer de ses deux pieds (source : Youtube, Goal Scout)

Chacune des équipes se répondant, La Spezia pousse derechef pour égaliser. Ce premier acte est haché par les nombreuses irrégularités, surtout de la part de la Salernitana. Une succession de coups de pieds arrêtés menace et pousse à la faute sa défense. Sur un énième corner dévié par le buteur Rey Manaj, Lys Lousset détourne la balle de la main droite, l’empêchant d’atteindre le cadre. L’arbitre ne voit toujours pas l’infraction, mais l’assistance vidéo remplit son rôle et avertit l’arbitre qui entérine le penalty. Cette fois, à Daniele Verde de placer le cuir aux onze mètres et de convertir la sentence à droite du gardien.

Une partie brouillonne et stérile dans le second acte

Comme souvent dans le football, l’intensité est variable au sein d’un même match. On peut attribuer la réussite de la Salernitana à l’état de grâce de Verdi. Ayant transformé brillamment son premier tir, il sut rééditer le geste sur le coup suivant. Ses déboires sont en revanche imputables à des défauts d’attention et une certaine naïveté. Deux pénalités évitables si Fazio et Mousset avaient mieux géré leur champ corporel. Sans doute beaucoup de pression pour ces deux soldats débarqués au beau milieu d’une saison chaotique, dans un club au pied du mur fin décembre, menacé d’être rétrogradé si aucun président n’était recruté. Signés pour apporter de la solidité et de l’efficacité, ils se sont brûlés dans ce baptême du feu.

Le point positif reste le point du nul glané face à une équipe plutôt en forme. Une seule défaite en sept rencontres pour La Spezia, quatre victoires dont une de prestige chez le redoutable AC Milan. Elle aurait presque pu achever son adversaire sur un coup franc placé identiquement au premier de Verdi. Manaj manque de marquer lui-aussi un doublé, sa frappe passe juste au-dessus du but. On aurait pu croire à la genèse d’un scénario inverse de la première période. Si l’on s’attarde toutefois sur les statistiques, la Salernitana affiche un meilleur ratio tirs/frappes cadrées : 9/5 contre 11/2, le dernier chiffre équivalant aux penalties. Malgré tout, elle aura su se projeter vers l’avant et tenter crânement sa chance.

7 recrues titulaires dans les rangs grenats

C’est la statistique de cette partie ! Dans cette continuité de vouloir insuffler une nouvelle dynamique dans cette équipe jusqu’alors en perdition, Stefano Coluantono a décidé de titulariser sept nouveaux joueurs, quatre ont été évoqués (inclus le gardien Seppe), le reste étant les défenseurs Dragosin et Mazzochi sur le côté droit, et Radovanovic en milieu défensif. On peut considérer ce choix comme payant, puisque ces profils, en majorités défensifs, n’ont encaissé des buts que sur des coups du sort. La présence de Verdi s’est aussi avérée fructueuse, même si celle de Lys Mousset aura peut-être compromis la perspective de gagner trois points cruciaux, sur une performance héroïque de son collègue d’attaque.

La Salernitana s’est montrée plus spectaculaire que celle de Thiago Motta, même si le score de 2-2 reflète in fine une partie palpitante. En rivalisant de cette manière, les Granata peuvent espérer engranger des points et s’extirper peu à peu des dernières places où stagne également le Genoa qu’ils affronteront dimanche. L’issue de cette confrontation sera sans aucun doute déterminant pour le reste de la saison.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :