De Saint-Pétersbourg à Dallas : une belle semaine de tennis

Ce dimanche, Félix Auger-Aliassime confirmait sa superbe forme de ce début d’année en s’imposant pour la première fois de sa jeune carrière à Rotterdam. Si les regards étaient majoritairement tournés vers le sacre du Canadien, cette semaine nous a offert d’autres belles histoires. Retour sur ce qu’il ne fallait pas rater sur la planète tennis.

Kontaveit, impératrice de Russie

Anett Kontaveit remporte son premier titre en 2022. Crédit: Getty Images

C’est une performance XXL qu’a signé Anett Kontaveit cette semaine au WTA 500 de Saint-Pétersbourg. Tête de série numéro 2, l’Estonienne a hérité d’un parcours compliqué, avec sur son chemin quelques cadors du circuit féminin telle que Belinda Bencic (24e) ou Jelena Ostapenko (25e), lauréate 2017 de Roland-Garros. Mais Kontaveit a su tenir son rang pour arriver jusqu’en finale, où elle retrouva la tête de série numéro 1 du tournoi, la Grecque Maria Sakkari. Les deux femmes s’étaient affrontées douze fois, pour six victoires chacune.

Numéro 9 mondiale au début de ce tournoi, Kontaveit se devait de faire oublier une élimination prématurée dès le second tour de l’Open d’Australie. Mais la finale commençait mal pour la gamine de Tallinn. Alors qu’elle menait d’un break dans la première manche (2-5), Kontaveit vit Sakkari revenir dans la partie et signer 5 jeux à la suite pour arracher le premier set (7-5). La Grecque signait un nouveau break dès l’entame du second set, et on pensait alors que les débats étaient clos. C’était sans compter sur l’abnégation de Kontaveit, qui refaisait son retard à 3-3 pour pousser Sakkari à un tie-break qu’elle remportait avec la manière (6[4]-7).

Troisième manche décisive. Là encore, c’est Sakkari qui signait le premier break. Mais la numéro 7 mondiale semblait dépassée par l’enjeu. A force de fautes directes et d’un pourcentage au service qui ne cessait de chuter (75% au 1er set, 52% seulement au 3eme), la tête de série voyait Kontaveit lui rendre la pareil du premier set : une série de 5 jeux de rang pour débreaker, passer devant et finalement remporter cette finale (5-7, 7-6 [7-4], 7-5). Une histoire de come-back qui sourit à l’Estonienne, et qui confirme sa réputation indoor puisqu’il s’agit de son 20eme succès de rang en couvert, une performance qui n’avait plus été réalisée depuis Justine Henin en 2010. Ce sixième titre en carrière offre à Kontaveit un triple-saut au classement WTA, pointant désormais à une 6eme place qu’elle n’avait jamais atteinte. Sakkari chute à la 8eme place et devra attendre avant de remporter un second titre en carrière. C’est la seconde fois que Kontaveit bat Sakkari en finale, après le tournoi d’Ostrava (WTA 500, Tchéquie) l’année dernière.

Ruud, Roland en ligne de mire ?

C’est la seconde fois que Casper Ruud remporte l’ATP de Buenos Aires. Photo : Organisation

Et si Casper Ruud était l’épouvantail du prochain Majeur français ? Le Norvégien continue d’impressionner sur terre battue, et remporte le 7eme titre de sa carrière à Buenos Aires (ATP 250, Argentine), le 6eme sur terre.

Après Coria en quart puis Delbonis en demi, c’est un nouvel Argentin que rencontrait Ruud en finale, en la personne de Diego Schwartzman, 15eme mondial. Le Norvégien n’a eu aucune pitié pour les locaux. C’est néanmoins Schwartzman qui reportait le premier set, à la faveur d’un break à 5-5. Egalement un spécialiste de la terre battue, le demi-finaliste de Roland-Garros 2020 jouissait du soutient indéfectible du public (5-7). Le second set tournait à la faveur de Ruud. Jamais inquiété sur ses mises en jeu, le Norvégien bouclait cette seconde manche en 45 minutes sur deux breaks consécutifs (6-2). Le numéro 8 mondial gardait une cadence élevée à l’entame du set décisif, breakant d’entrée son adversaire. Schwartzman débreakait directement, mais perdait une nouvelle mise en jeu dans la foulée. Menant 3-1, Ruud n’a jamais laissé son adversaire revenir dans le match et s’impose finalement 5-7, 6-2, 6-3.

Casper Ruud est désormais sur une série de 16 succès consécutifs sur terre battue. Mieux, il s’agit du 4eme tournoi sur terre remporté à la suite par le Norvégien, après Bastad, Gstaad et Kitzbühel en 2021. Des statistiques folles, qui laissent forcement entrevoir quelques espoirs pour Roland-Garros. Le Majeur français est encore loin, et la prochaine étape pour Ruud sera l’ATP 500 de Rio, qu’il n’a jamais remporté.

Opelka, le géant américain

Le géant du Michigan remporte son 3eme titre en carrière. Crédit: Getty Images

Au sein d’un tournoi de Dallas (ATP 250, Etats-Unis) où les locaux ont brillé (14 américains au départs, 6/8 en quart, 4/4 en demi), c’est le grand Reilly Opelka (2m11) qui a tiré son épingle du jeu. Après avoir écarté le seul frenchie du tournoi Adrien Mannarino en quart, puis la tête de série numéro 3 John Isner en demi, c’est face au jeune Jenson Brooksby (21 ans, 54e) qu’Opelka a remporté un troisième titre sur le circuit pro.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Opelka est resté fidèle à lui même dans cette finale. Doté d’un service surpuissant, le géant a fait parler cet atout tout au long de la rencontre, signant 16 aces et ne défendant qu’une seule balle de break sur toute la partie. Durant le premier acte, les deux américains ont successivement remporté leurs mises en jeu jusqu’au tie-break, remporté par Opelka. La seconde manche partait sur les mêmes bases. Des mises en jeu remportées, un nouveau tie-break, à nouveau enlevé par le grand américain. Sur huit sets joués cette semaine, c’était la sixième fois qu’Opelka était amené à jouer un tie-break. Il les a tous remporté.

La semaine parfaite d’Opelka s’accompagne d’un retour dans le top 20. De son côté, Brooksby se console avec une entrée dans le top 50, une première dans sa jeune carrière.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page
Powered By
CHP Adblock Detector Plugin | Codehelppro