Trophées NBA : Le point sur la course au 6ème homme de l’année.

Tyler Herro réalise une superbe 3ème saison du côté du Heat (crédits : Continental Shopping)

La saison régulière se rapproche peu à peu de son dénouement avec déjà une soixantaine de matchs joués pour chaque équipe. Comme chaque année, la compétition est rude pour les courses au différents trophées décernés en fin de saison. Celui de 6ème homme de l’année récompense le meilleur joueur en sortie de banc de la ligue. Le 6ème homme est le leader de la second unit, celui en charge de maintenir l’équipe à flot lorsque les titulaires ont besoin de repos. La qualité requise pour ce rôle reste principalement le scoring si l’on se réfère aux profils des précédents vainqueurs. Le 6ème homme se doit donc d’être énergique et d’avoir une grosse présence offensive. Il est indispensable pour les équipes souhaitant aller loin en play-offs, à l’image de Shaun Livingston pour les Warriors ou Manu Ginobili pour les Spurs.

Cette saison, la course a été perturbée par les blessures de certains favoris il y a encore peu de temps. Ainsi, Ricky Rubio ou Alex Caruso aurait pu prétendre au titre mais rateront un trop grand nombre de matchs pour être considéré. De nouveaux visages apparaissent donc et voici un top 5 des prétendants au trophée à 20 matchs du terme de la saison régulière.

5) JaVale McGee (Phoenix Suns)

Si les Suns dominent à ce point la ligue cette saison, c’est aussi grâce à une second unit d’une grande qualité. Il semblait impossible de ne pas mentionner un joueur de cette équipe tant elle parvient à dominer même une fois ses titulaires sur le banc. Cameron Payne ou Cameron Johnson font parti des grandes figures du banc de Phoenix mais l’apport de McGee reste le plus marquant.

Pourtant, le profil du pivot ne colle pas de prime abord aux critères de 6ème homme de l’année. Ses 9.9 points de moyennes en 16 minutes sont loin de faire tache, mais JaVale McGee est loin du scoreur né. Sa contribution se traduit par une énorme énergie et surtout une connaissance exacte de son rôle sur le parquet. Toujours bien placé, il offre un grand nombre de secondes chances offensives de part sa présence dans la raquette (2.3 rebonds offensifs) par match. Il dissuade tout autant de l’autre côté avec un contre par match. Son efficacité est impressionnante avec une réussite au tir de 65%. Certes, les difficultés de ses tirs est loin d’être impressionnante mais McGee fait ce qu’il sait faire, et il le fait bien. Son impact est mesuré par un +/- de 2.5 (différentiel de points lorsqu’il est sur le terrain) signifiant que Monty Williams n’a pas à se faire de soucis au moment de faire souffler Ayton.

On dit souvent de lui qu’il a obtenu ses trois bagues seulement en choisissant les bonnes équipes au bon moment. Il démontre encore une fois qu’il représente un rouage important dans la machine des équipes voulant se hisser au sommet de la NBA.

JaVale McGee en route pour sa 4ème bague (crédits : Basket USA)

4) Montrezl Harrell (Washington Wizards/Charlotte Hornets)

Montrezl Harrell est un habitué des conversations autour du 6ème homme de l’année. Vainqueur en 2020, il fait partie de ces joueurs qui ont fait de sortir du banc une carrière.

En sortie de banc, il apporte des certitudes : une présence offensive dans la raquette adverse et un hustle impressionnant. Toujours prêt au combat, parfois à la limite, il est de ceux qu’on apprécie une fois dans son équipe et que l’on hait dans le cas inverse. Niveau statistiques, elles sont en deçà de celles de 2020 ce qui explique son classement. Avec 14.1 points, 6.7 rebonds (dont 2.1 offensifs) et une efficacité en hausse (65% au tir), il fait toujours partie des meilleurs remplaçants en NBA dès lors qu’il foule les parquets. Toujours aussi léger défensivement, les statistiques offensives seront potentiellement un peu juste pour faire oublier ses lacunes.

Arrivé aux Wizards en début de saison, il n’est pas étranger à l’excellent début de saison de son équipe et n’a pas baissé de régime malgré la douce chute de Washington. Son récent transfert à Charlotte pour renforcer la raquette ne favorisera peut-être pas sa candidature cette année, comme nous le verrons par la suite.

La hargne de Montrezl Harrell

3) Kevin Love : (Cleveland Cavaliers) 

Cleveland est 4ème à l’Est et Kevin Love fait parler de lui pour autre chose que son contrat, voila deux prédictions difficiles à avoir en début de saison. Et pourtant, les faits sont là et Love est dans la course au 6ème homme de l’année. Il avait souvent été répété que le champion 2016 devait accepter la perte de son rôle de titulaire et apporter en sortie de banc. Le cap a finalement été franchi, pour le plus grand bonheur des fans de l’Ohio.

Kevin Love a retrouvé le shoot de ses belles années avec des pourcentages avoisinant les 40% de loin. Auteur de plus de 14 points par match, il sait être efficace durant son temps passé sur le terrain et est encore capable de faire se lever la ville de Cleveland lorsqu’il prend feu. Ses 35 points face à Atlanta agrémentés de 7 tirs longue distance ont rappelé aux souvenirs du dernier membre du trio du titre en 2016. Ses 7.3 rebonds, 2.1 passes et un +/- de 2.9 viennent compléter sa ligne statistique sans pour autant représenter tout son apport au sein de l’équipe. Véritable mentor entouré de jeunes, il semble enfin prendre du plaisir dans cette version des Cavaliers et transmet le savoir accumulée durant ses 14 années en NBA.

Il est très plaisant de voire ce superbe joueur s’épanouir de nouveau alors qu’il était considéré comme fini ces dernières années. Kévin Love est de retour, et il sera un élément clé du parcours des siens en play-off.

Kevin Love renaît cette saison (crédits : King James Cospel)

2) Kelly Oubre Jr (Charlotte Hornets)

La raison pour laquelle Montrezl Harrell aura bien du mal à soulever le trophée cette saison, c’est car la concurrence au sein même de son équipe est rude. Kelly Oubre a trouvé l’équipe parfaite pour exploiter l’intégralité de son potentiel et en profite à fond. Mal à l’aise dans ce rôle de titulaire dans le système de Steve Kerr à Golden State, il fait désormais les beaux jours des Hornets en sortie de banc.

Littéralement monté sur ressort, Ouvre est une véritable pile électrique. Bien décidé à tout donner à chaque minute passée sur le parquet, sa difficulté à se canaliser lui a posé problème par le passé mais semble correspondre davantage à la folie du jeu de Charlotte. Entre dunks ravageurs, hustle défensif constant et pyromanie, il est l’idole des fans. Son 4ème quart-temps face aux Pistons dans lequel il a inscrit 8 tirs à 3 points est un exemple de sa capacité à tout faire. Sa ligne statistique correspond tout à fait à ce que l’on attend d’un 6ème homme avec 16.2 points, 4.1 rebonds, 1.1 passes et 1.2 interceptions.

Un joueur atypique de plus ajouté à la liste des concurrents. Kelly Oubre Jr semble enfin avoir trouvé sa place à Charlotte et pourra peut-être connaître les premiers play-offs de sa carrière, à condition de continuer à remplir son rôle de la sorte.

Kelly Oubre s’éclate à Charlotte (crédits : Inside Basket)

1) Tyler Herro (Miami Heat)

Tyler Herro est le grand favori au trophée du 6ème homme 2022 et semble trop loin pour l’entièreté de la concurrence. Il s’est envolé dès le début pour ne plus jamais redescendre. Auteur de sa meilleure saison en carrière, il avait pourtant été moqué à la reprise pour ses déclarations. Sans pour autant dire qu’il peut s’asseoir à la table de Luka Dončić, Trae Young ou Ja Morant aujourd’hui, il a tout de même su faire taire ses détracteurs.

Tyler Herro s’est spécialisé dans un compartiment du jeu et il le fait très bien : Scorer. Sans avoir besoin de personne, il possède une large panoplie offensive le rendant dangereux partout, dans toutes les positions. En confiance totale, il n’est pas du genre à refuser un tir, attitude pouvant affecter ses pourcentages qui mériteraient une légère hausse (42% au tir, 37% à 3 points). Statistiquement, le reste est parfait. 20 points, 3.9 passes, 4.8 rebonds le tout en 32 minutes de jeu, faisant de lui un des joueurs majeurs du Heat. Car si Tyler Herro ne commence pas les matchs, il les finit régulièrement.

Il semblerait que Herro n’ai plus qu’a achever sa saison sans blessure pour rafler le trophée de 6ème homme de l’année. Excellent scoreur dans une équipe tournant très bien à l’Est (première place à l’heure actuelle), rien d’autre ne pourrait l’empêcher de gagner. Avoir été capable de se relever d’une saison décevante et des nombreux doutes concernant sa réelle valeur est un superbe accomplissement et fait parti de la marque des grands.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :