A quoi ressemblait le FC Nantes, vainqueur de la Coupe de France 2000 ?

Mercredi soir, le FC Nantes s’est qualifié pour la finale de la Coupe de France, 22 ans après sa dernière épopée victorieuse. Les Nantais l’avaient emporté devant Calais (2-1), après avoir (déjà) éliminé Monaco en demi-finale. Retour sur les joueurs qui composaient cette équipe.

Mickaël Landreau avait soulevé la Coupe de France aux côté du calaisien Réginald Becque (Getty Image)

La formation : 4-4-2 losange


Gardien : Mickaël Landreau (c)

A 21 ans, Mickaël Landreau était déjà le capitaine du FC Nantes en 2000. Battu entre les jambes lors de l’ouverture du score de Jérôme Dutitre (34′), le natif de Machecoul n’était alors qu’au milieu de sa carrière nantaise. Arrivé au club en 1993, il avait effectué ses débuts avec l’équipe première trois ans plus tard. Son aventure au club s’est terminée au bout de 421 matchs joués, lorsqu’il partait se lancer un nouveau défi au Paris-SG en 2006. Landreau a ensuite été champion de France avec le LOSC en 2011.

Latéral droit : Jean-Marc Chanelet

Avec le FCN, Jean-Marc Chanelet a disputé 152 de ses 221 matchs de Ligue 1. Titulaire pour la finale contre Calais, il termine en 2000 son passage débuté cinq plus tôt au club. Il a alors 32 ans et s’en va pour l’Olympique Lyonnais ou il est sacré champion de France en 2002 et 2003. Chanelet garde toujours un oeil attentif aux prestations de ses anciens clubs.

Latéral gauche : Salomon Olembe

Arrivé en provenance de Yaoundé en 1997, Salomon Olembe a 19 ans au coup d’envoi de la finale. Passé ensuite par Marseille, entre 2002 et 2007, c’est bien avec les canaris qu’il s’est fait un palmarès. Vainqueur de deux Coupes de France (1999 et 2000), il a remporté la Ligue 1 dans la foulée (2001). Olembe a terminé sa carrière en 2010, sans disputer le moindre match avec le club grec de Larissa.

Défenseur axe droit : Néstor Fabbri

Après avoir passé le plus clair de sa carrière en Argentine, son pays natal, Néstor Fabbri est venu apporter sa science de la défense au FC Nantes durant quatre belles années (1998-2002). Surnommé El Presidente par les fans, Fabbri a pris une part importante dans les titres remportés par le club durant cette période glorieuse. 22 fois international argentin, il avait ensuite signé à Guingamp pendant une saison avant de rentrer au pays.

Défenseur axe gauche : Nicolas Gillet

Défenseur nantais de 1997 à 2004, Nicolas Gillet a lui aussi participé aux succès du club il y a une vingtaine d’années. Arrivé de l’ASPTT Nantes en 1989, à l’âge de 13 ans, il était parvenu à signer professionnel sous la houlette de Raynald Denoueix. Gillet a ensuite signé au RC Lens (2004-2007), au Havre (2007-2010) et à Angers (2010-2012).

Milieu défensif : Mathieu Berson

Formé au club, le Breton natif de Vannes avait intégré le groupe pro un an plus tôt, en 1999. Il a lui aussi forgé son palmarès lorsqu’il portait la tunique jaune et verte. En partant à Aston Villa en 2004, Mathieu Berson n’a pas eu le succès qu’il espérait à l’étranger. Des passages à Auxerre (2005-2006), Levante (2006-2008) et Toulouse (2008-2010) ont conclu sa carrière.

Milieu central : Éric Carrière

L’un des joueurs emblématiques de cette équipe nantaise. Entre 1996 et 2001, Éric Carrière a vu sa carrière décoller en étant un joueur majeur de Raynald Denoueix. Travailleur, il réussit à régler ses problèmes de blessures et devient le meilleur passeur et le meilleur joueur de Ligue 1 lors de la saison du titre en 2001. Il s’engage ensuite à Lyon (2001-2004) et à Lens (2004-2008), avant de finir sa carrière à Dijon (2008-2010).

Milieu central : Charles Devineau

Charles Devineau est certainement l’un des titulaires nantais de la finale à avoir réalisé la carrière la plus modeste. S’il a gagné les deux Coupes de France de la fin des années 1990, il n’a jamais percé véritablement en Ligue 1. Après deux saisons pros (1998-2000), il est prêté à Laval avant d’y être définitivement transféré. En 2005, alors qu’il n’a que 26 ans, il retourne évoluer dans le milieu amateur, à La Châtaigneraie, Cholet, puis La Roche-sur-Yon.

Milieu offensif : Frédéric Da Rocha

Joueur indissociable du FC Nantes des années 2000, Frédéric Da Rocha y a débuté en professionnel en 1995 avant d’en partir en 2009. 14 ans, durant lesquels il a participé aux plus beaux moments du clubs, avec les titres remportés, mais aussi avec la terrible relégation en 2007. Da Rocha, c’est 508 matchs sous la tunique nantaise, pour 56 buts inscrits. Il a terminé à Boulogne-sur-Mer (2009-2010), puis à Carquefou (2010-2011).

Attaquant : Alioune Touré

Intégré en 1996, à l’âge de 18 ans, en équipe première par Jean-Claude Suaudeau, Alioune Touré n’a pas eu une carrière exceptionnelle. Parti en 2001, il a ensuite évolué dans de nombreux clubs sans y trouver beaucoup de succès et de stabilité. Il a notamment évolué à Manchester City (2 matchs en 2001-2002) et au PSG (2002-2005) avant des passages au Portugal, au Qatar, aux EAU et à Chypre.

Attaquant : Antoine Sibierski

Auteur d’un doublé, il est le héros de la finale contre Calais. Le Nordiste Antoine Sibierski a lui aussi beaucoup voyagé mais a eu le temps de gagner deux Coupes de France lors de son court passage nantais (1998-2000). Après avoir débuté sous les couleurs du LOSC (1992-1996) et d’Auxerre (1996-1998), Sibierski a poursuivi sa carrière à Lens (2000-2003) avant de partir en Angleterre jusqu’en 2009 dans divers clubs (City, Newcastle, Wigan et Norwich). Il a inscrit 27 buts en 68 rencontres au FCN.

Il sont entrés en jeu contre Calais


Entré en jeu à la place de Charles Devineau (69′), Olivier Monterrubio a débuté sa carrière pro dans son club formateur en 1996. En 2001, il le quitte pour le grand rival rennais chez lequel il atteint l’apogée de sa carrière avec 215 matchs de Ligue 1 entre 2001 et janvier 2007.

Alain Caveglia est l’autre joueur qui a participé à cette finale ! Il a remplacé Alioune Touré (73′) pour l’un de ses 16 matchs au club, ou il n’est resté que six mois. A 32 ans, les plus belles années à Sochaux et Lyon étaient déjà derrière « Cavégol », qui mettait un terme définitif à sa carrière en 2002.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :