Paris-Nice : L’incroyable triplé de la Jumbo-Visma

La première étape de Paris-Nice a accouché d’un inattendu triplé. Dans un final casse-patte finalement trop dur pour les sprinters purs, l’équipe Jumbo-Visma a parfaitement manœuvré pour propulser à l’avant Wout van Aert, Primoz Roglic et Christophe Laporte, l’heureux vainqueur ! Retour sur les moments clés de ce coup de force !


Une image qu’on a peu l’habitude de voir en cyclisme : trois coureurs de la même équipe aux trois premières places ! (D.R.)

Première course par étape française d’envergure, Paris-Nice débutait aujourd’hui avec une boucle autour de Mantes-la-Ville qui semblait promise aux sprinters. C’était sans compter l’équipe Jumbo-Visma, qui a profité de la double ascension de la côte de Breuil-Bois-Robert dans le final pour faire exploser le peloton et truster le podium du jour ! Une performance qui est avant tout le fruit d’un solide travail d’équipe.

Mike Teunissen étire le peloton, Jumbo-Visma bien placée

A 10km de l’arrivée, c’est un peloton amaigri mais groupé qui file à toute allure en direction de l’ultime difficulté du jour, déjà franchie quelques kilomètres auparavant. Les derniers échappés, Alexis Gougeard (B&B Hôtel KTM), Yevgeniy Fedorov (Astana) et Frédérik Frison (Lotto-Soudal) ont été repris et beaucoup de sprinters, à l’image de Fabio Jakobsen (Quick-Step Alpha Vinyl), essayent de se replacer pour franchir l’obstacle.

L’équipe Jumbo-Visma, bien décidée à durcir la course pour étirer le peloton, place Mike Teunissen à la barre. Durant plusieurs kilomètres, le Néerlandais, bien aidé par un relais brutal de Stefan Bisseger (EF Education First), imprime un rythme très soutenu. Le groupe principal se tend et perd déjà des éléments fatigués par une journée venteuse et usante. Parmi eux, on notera la présence d’un certain Sonny Colbrelli (Bahrain-Victorious).

A 10km de l’arrivée, le peloton est déjà très étiré, emmené bon train par Mike Teunissen. Van Aert et Roglic, au deuxième plan, sont très bien placés. (Capture d’écran Eurosport)

Au pied de la dernière bosse, située à 7km du but, Teunissen est toujours en tête avec Wout van Aert directement dans la roue. Un peu plus loin dans la file, en embuscade, on retrouve ses équipiers Nathan van Hooydonck, Primoz Roglic et Christophe Laporte, qui ne vont pas tarder à remonter. Aux commandes d’un peloton très étiré, l’équipe Jumbo-Visma est donc très bien placée et unie autour de ses leaders.

Ce qui n’est pas le cas de beaucoup de leurs adversaires au classement général, situés assez loin dans la file et parfois complètement isolés, comme David Gaudu (Groupama-FDJ).

L’énorme travail de Nathan van Hooydonck

Dès les premiers hectomètres de l’ascension finale, Nathan Van Hooydonck prend le relais de Teunissen pour passer la vitesse supérieure en effectuant un énorme travail de sape. Grâce à un véritable sprint de 30 secondes, debout sur les pédales, il écrème pendant 400m le peloton. Dans son sillage, les DSM, avec John Degenkolb, Soren Kragh Andersen et Nils Eekhoff, venus se replacer, grimacent.

Aux premières loges, on retrouve quelques leaders vigilants : Adam Yates (Ineos-Grenadiers), épaulé par Daniel Felipe Martinez et Nairo Quintana (Arkéa-Samsic). L’accélération de Van Hooydonck étire toujours plus le peloton, d’où disparaissent la plupart des sprinters comme Groenewegen, Jakobsen ou encore Degenkolb, asphyxiés.

Dès le pied de la bosse, Nathan van Hooydonck imprime un train d’enfer. Le peloton s’étire, dans la roue John Degenkolb grimace. En retrait, on apperçoit Zdenek Stybar, Adam Yates et Daniel Martinez. (Capture d’écran Eurosport)

Le relais décisif de Christophe Laporte

Vu le rythme imposé, le but est alors clairement de mettre sur orbite Wout van Aert. A 900m du sommet, Christophe Laporte prend à son tour le relais de Van Hooydonck et place une violente accélération sur des pourcentages à 6% ! Dans sa roue, Van Aert et Roglic sont bien calés. Mais derrière la triplette infernale, c’est la débandade !

Lorsque Christophe Laporte entre en action, le peloton se délite. Au fond, on voit Daniel Martinez laisser un écart. Au premier plan, derrière Van Aert et Roglic, les coureurs de DSM sont en train de craquer eux aussi. (Capture d’écran Eurosport)

Au fond, on aperçoit Daniel Martinez en difficulté, obligé de laisser une cassure avec les dix premiers coureurs du peloton, tous au bord de la rupture. Un peu plus loin, ce sont les DSM, Soren Kragh Andersen et Nils Eekhoff, qui explosent en plein vol et doivent s’écarter. Ce qui a pour conséquence là aussi de laisser un écart de quelques mètres avec les Jumbo-Visma… il ne sera jamais comblé !

Personne n’y parvient, y compris les grimpeurs Adam Yates et Nairo Quintana, qui plafonnent à une dizaine de mètres avec les français Bryan Coquard (Cofidis) et Anthony Turgis (TotalEnergies), pourtant impressionnants sur ce terrain. Seul Zdenek Stybar (Quick-Step Alpha Vinyl) parvient à raccrocher les wagons au sommet de la côte, mais au prix d’un effort particulièrement violent.

Seul Zdenek Stubar parvient à suivre Laporte, Van Aert et Roglic. Derrière, le trou est fait avec Eekhoff, Yates, Quintana, Kragh Andersen, Coquard et Turgis. (Capture d’écran Eurosport)

Le train de la Jumbo-Visma s’en va !

A la bascule, c’est Wout van Aert en personne qui suppléé un Christophe Laporte suffisamment fort pour parvenir à garder les roues. Quand il se retourne, le champion belge peut constater l’étendue des dégâts : seul un Stybar en sursis a pu suivre. Pour le reste, le trou est définitivement fait, car les poursuivants manquent de soutien et ne parviennent pas à s’organiser.

Au sommet, Van Aert prend les commandes. Zdenek Stybar serre les dents… (Capture d’écran Eurosport)

Il faut maintenant se débarrasser du problème Stybar. Une formalité. Tandis que Van Aert en remet une couche, Laporte se place dans la roue du Tchèque. Quand celui-ci laisse quelques mètres, incapable de suivre le rythme, le Français le laisse sur place pour rattraper ses deux leaders dans la redescente. Du tableau noir ! Cette fois, le break est fait : Primoz Roglic, Wout van Aert et Christophe Laporte filent à toute allure vers la ligne d’arrivée, offrant aux suiveurs l’image surréaliste de trois coureurs de la même équipe aux trois premières places de l’étape !

Trois coureurs mais un même sourire ! (Jumbo-Visma)

Seigneurs, Van Aert et Roglic laissent logiquement le bouquet du vainqueur à Christophe Laporte, qui décroche là son premier succès en World Tour. Une juste récompense pour l’immense travail abattu dans la dernière côte par celui qui s’est rapidement intégré à son nouvel environnement. Transfuge de l’équipe Cofidis, Laporte espérait franchir un cap en rejoignant les rangs d’une structure comme Jumbo-Visma. Après seulement deux jours de course, on peut dire que c’est d’ores et déjà réussi.

Paris-Nice déjà plié ?

Au-delà de l’image inhabituelle qu’elle nous a offerte, cette démonstration collective a aussi fait beaucoup de dégâts au classement général. Premier maillot jaune de ce Paris-Nice, Laporte a bien expliqué qu’il restera dans un rôle d’équipier auprès de Roglic, grand favori pour la victoire finale cette semaine.

Ça tombe bien, le Slovène s’est déjà octroyé un confortable matelas au classement général : 25 secondes d’avance sur Pierre Latour (TotalEnergies) et 28 secondes sur le reste des favoris. Et puisque le contre-la-montre de Montluçon lui correspond à merveille, ses adversaires ont de quoi s’inquiéter pour la suite… surtout si son équipe, concentration de talents à tout les étages, domine autant la course jusqu’à Nice.


Alexis Kopp

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page
Powered By
CHP Adblock Detector Plugin | Codehelppro