Les tops et les flops de la victoire du XV de France au Pays de Galles (9-13)

Au terme d’une prestation défensive aboutie, le XV de France s’est offert une quatrième victoire dans le tournoi (9-13), et peut rêver du Grand Chelem samedi prochain, contre l’Angleterre. Voici les tops et les flops d’une rencontre encore très âpre.

Les Bleus exultent devant des Gallois vaillants mais trop justes (skysports.com)

LES TOPS


L’équipe a mûri

La quatrième journée était toujours synonyme de désillusion pour le groupe France sous l’ère Galthié. Une non match en Ecosse en 2020, puis une courte défaite en Angleterre un an plus tard, avaient privé par deux fois les Bleus d’une marche vers le Grand Chelem. Une nouvelle fois, ce quatrième match fut difficile. Sous pression contre une belle équipe galloise, la France a pourtant su maintenir sa tête hors de l’eau.

Jamais menés dans cette rencontre, les partenaires d’Antoine Dupont n’ont pas craqué dans les ultimes instants comme cela avait été le cas à Twickenham l’an passé. Ce succès à Cardiff, dans un Millenium toujours aussi bouillant, a prouvé que cette équipe avait pris de la bouteille. Si les Bleus ont livré leur plus mauvaise prestation offensive du tournoi ce vendredi soir, ils ont trouvé d’autres armes pour remporter la victoire dans des conditions hostiles.

Une défense de fer

Si les vagues rouge se sont abattues sur le rideau bleu, notamment en deuxième période, les locaux n’ont finalement inscrit que neuf points. La cohérence et la solidité collective de la défense française on fait la différence. Shaun Edwards avait prévenu : on ne gagne pas un tournoi sur l’attaque mais sur la défense. Contre Galles, c’est en tous cas bien ce secteur qui a sauvé les Bleus.

L’activité défensive remarquable de Jonathan Danty, les caramels distribués par Paul Willemse ou la vaillance de la troisième ligne ont été remarquables. Des actions individuelles ont aussi contribué à ce succès défensif. L’interception de Romain Ntamack, les grattages du duo Marchand/Mauvaka, ou la défense sur maul de Gabin Villière ont matérialisé le courage du XV de France.

Dan Biggar : un sacré bonhomme

Hommage rendu à Dan Biggar pour sa prestation du soir. Le demi d’ouverture gallois a été l’un des grands artisans de la belle prestation de son équipe. En trouvant de belles touches, dont deux 50/22, l’ouvreur de Northampton a contribué à maintenir l’équipe de France dans son camp. Il a aussi très bien animé le jeu, et aurait pu envoyer Faletau à l’essai d’une superbe passe au pied. En plus de cela, il ne s’échappe pas en défense et a su faire commettre un en-avant à Jonathan Danty. Chapeau !

Melvyn Jaminet répond aux critiques

Tout n’a pas été parfait dans la prestation de Melvyn Jaminet encore. Néanmoins, pour son jeune âge (22 ans) et son peu d’expérience (10ème sélection), le Perpignanais a montré qu’il n’avait pas froid aux yeux. D’entrée de jeu, il a attaqué la ligne galloise. C’est lui qui perce une première fois le rideau défensif adverse, avant de parfaitement jouer son deux contre un sur l’essai d’Anthony Jelonch. Bon au pied (3/4), il doit être maintenu pour progresser jusqu’à la Coupe du Monde 2023.

LES FLOPS


Le ciel était gallois

A Cardiff, la France a été dominée dans le jeu aérien. D’abord sous les ballons hauts, ou les Français ont commis des fautes, et n’ont jamais réussi à battre Liam Williams. Puis en touche, qui était habituellement un point fort de l’équipe. Cette fois, elle a été chahuté dans ce secteur, y compris Cameron Woki pourtant très à l’aise dans le domaine. Les Gallois avaient assurément bien étudié nos lancements.

Une attaque brouillonne

Si l’essai d’Anthony Jelonch résulte d’une superbe offensive tricolore, les Bleus n’ont pas su imposer leur jeu. En deuxième période, ils ne se sont jamais montrés très menaçants et ont joué dans leur camp. Beaucoup de fautes de main ont entaché les intentions françaises, et le manque d’organisation sur certaines séquences n’a pas permis au jeu de se déployer. Il faut dire aussi, qu’en face, l’adversaire s’est dépouillé et a laissé sa vie pour son maillot.

Le Pays de Galles impuissant

Les Gallois peinent de plus en plus à faire illusion dans le tournoi. Si leur performance globale est bonne, ils ont néanmoins eu toutes les peines du monde à gagner la ligne d’avantage. En inscrivant seulement neuf points devant leur public, ils ont été contraints de concéder une troisième défaite en quatre rencontres. Après la victoire dans le tournoi l’an passé, déjà très contestée au vu des circonstances favorable en leur faveur, les joueurs de Pivac semblent rentrer dans le rang après une décennie de succès (2012, 2013, 2019).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :