FC Bâle – OM : Comment jouer sans Payet ?

Ce jeudi à 18h45, l’OM se déplace en Suisse pour affronter le FC Bâle. Un match retour compliqué où Marseille qui ne compte qu’un but d’avance, se déplace dans une forteresse sans son numéro 10, Dimitri Payet, suspendu pour cette rencontre. Comment doit jouer Sampaoli ? Le Club 115 s’est posé la question.

Comment jouer en son absence ? (© S. Mantey/ L’Équipe)

Des statistiques équilibrées

Avant de commencer à parler tactique, revenons sur les statistiques de l’OM sans leur meneur de jeu. Des chiffres qui montrent une légère Payet dépendance

Cette saison, le numéro 10 olympien a loupé 6 matchs toutes compétions confondues. C’était face à Monaco, Angers, Lokomotiv, Lille, Galatasaray et Brest. Sur ses matchs, l’OM présente un bilan de deux victoires (Monaco et Brest), deux nuls (Angers et Lokomotiv) ainsi que deux défaites (Lille et Galatasaray). Un bilan équilibré en son absence du groupe.

Lors de ces matchs, les Olympiens ont marqué huit fois. Un nombre qui ne choque pas aux premiers abords mais il faut savoir que les marseillais sont restés muet à trois reprises. Seule la démonstration face à Brest suave les apparences. Payet est une plaque tournante du jeu marseillais, tout est fait pour lui. Pourtant jeudi, il faudra s’inspirer du jeu produit face à Brest le week-end dernier.

Gerson s’était épanoui côté gauche face aux Brestois (© Getty Images)

Un 4-2-3-1 avec Harit à la place de Payet.

L’excellent match d’Amine Harit face à Brest, nous a permis d’évoquer la relégation sur le banc de Payet au profit du marocain le temps que le numéro 10 retrouve son niveau du début de saison. Si Sampaoli a été conquis, le moment est venu de lui montrer.

Même si quelques joueurs sont sûrs de sortir du XI face à Bâle, le cas du numéro 7 marseillais n’est pas si évidente. On le sait Sampaoli a la fâcheuse manie de couper l’herbe aux joueurs qui montent en puissance. Steve Mandanda, Gerson, Konrad ou Milik peuvent en témoigner dans des mesures différentes.

Harit sera-t-il récompensé ? (© Icon Sport)

Loin de faire l’unanimité lors de l’annonce du XI de départ, Harit a réussi à mettre les supporters marseillais dans sa poche pour le moment. Évidemment, il ne devrait pas avoir Guendouzi et/ou Lirola pour combiner sur l’aile droite, mais cela devrait être le spécialiste du poste Cengiz Ünder. Au change, le marocain est largement gagnant.

Sa relation avec Milik et Gerson très en vue lors du dernier match devrait logiquement être reconduite en Suisse. Sur les quatre buts marqués, il est décisif sur trois d’entre eux. Dont le premier but où on peut admirer est la combinaison Harit- Milik- Gerson.

Taux de probabilité : 80%

Le retour de Konrad qui décalerai Gerson en meneur de jeu

Autre hypothèse qui pourrait trottiner dans la tête de Sampaoli concerne le positionnement de Gerson. Le Brésilien pourrait profiter de la venue de Konrad De la Fuente pour être repositionné dans l’axe à la place d’Harit

Une entrée dans le XI de Konrad à la place d’Harit ? (© Icon Sport)

Il faut savoir que Gerson est le couteau suisse de l’argentin sur le front de l’attaque. Comme peut l’être Valentin Rongier qui joue tantôt au milieu et tantôt en latéral droit. Concernant le numéro 8 de l’OM, ce poste de meneur de jeu ne lui serai pas inconnu. C’est même à ce poste qu’il a commencé à monter en puissance au sein du club. Bien qu’il était souvent aidé par Payet qui pouvait alterner son positionnement pour lui donner les clés du jeu. Voyons comment c’est débrouillé Gerson sans Payet à ses côtés.

Face à Monaco en septembre à Louis II, il remplace Harit (qui suppléait Payet) au poste de meneur de jeu pour les dix dernière minutes. Quelques semaines après, c’est au stade Raymond- Kopa qu’il est titulaire en tant que relayeur gauche. Un match assez terne comme son équipe en général avec notamment les titularisations de Henrique et Amavi en manque de temps de jeu. Face à Lille, il joue numéro 6 pendant que Kamara le guette du banc de touche. Un poste peu à son avantage où il a sombré. Dernier match raté face à Galatasaray lors de la journée décisive pour la qualification en Europa League, où plaçait aux côtés de Kamara dans un 4-4-2 il n’a pas existé à l’image de son équipe.

Le match face à Galatasaray a fait mal au mental de Gerson (© Getty Images)

Pour les matchs réussi ils sont au nombre de deux. Le plus ancien, lors de la première journée d’Europa League face au Lokomotiv. Le joueur placé en numéro 10 réalise une prestation encourageante dans un rôle qui semblait lui convenir avec un Harit en faux numéro 9 qui peut alterner. Preuve, il sort replaçait par Pape Gueye et les Russes égaliseront quelques secondes après. Pour finir, son meilleur match sans Payet date de dimanche dernier face à Brest. Une prestation XXL sur le côté gauche, où il a pu prendre certaine liberté. Un peu comme Payet lorsqu’il est titulaire sur ce même côté.

Le Brésilien a un qualité technique indéniable et un physique qui peut faire des dégâts, il sait garder le ballon. Souvent critiqué par son jeu en arrière, sa progression dans ce domaine est notable. Il peut bien évidement jouer 10 comme Payet mais la maîtrise ne sera pas équivalente.

Taux de probabilité : 25 %

Deux attaquants et deux véritables ailiers pour jouer les contres

Dans la logique de Sampaoli, un système à deux attaquants et deux ailiers n’a peu de chance d’aboutir et pourtant elle n’est pas si farfelue.

Le but à l’extérieur ne compte plus, l’OM s’est imposé 2-1 chez lui, il faut donc que les Suisses découvrent un minimum pour arracher au mieux le match nul. Qui dit se découvrir se rapporte à laisses beaucoup d’espaces sur le terrain. C’est alors que l’idée d’associer Milik à la recrue hivernale Bakambu entre en jeu. Le Polonais n’est pas le plus rapide de l’effectif mais sait garder le ballon face à la pression adverse et lancer le Congolais dans la profondeur ou alors les deux ailiers qui seront sur les terrains. Évidement le deuxième attaquant peut s’appeler Bamba Dieng.

Milik a rarement joué avec un attaquant à ses côtés à l’OM (© Icon Sport)

L’apport des ailiers de formation que sont Ünder et Konrad, sachant qu’Henrique n’est plus sur la liste de la compétition, permet de provoquer les latéraux qui auront sans doute beaucoup d’aller- retour a effectué. Certes il n’y aurait pas de numéro 10 mais l’apport que montre Matteo Guendouzi sur le terrain depuis le début de la saison montre qu’il peut être à l’aise balle au pied, comme Kamara. Le plan du 4-4-2 tomberait à l’eau si les Suisses viennent à marquer tôt dans la rencontre. Ce système de jeu peut éventuellement être utilisé en cours de match.

Probabilité : 5%

Peut importe la formation de départ du coach argentin, les choix ne manqueront pas. À lui de trouver la bonne formule ou à s’adapter en fonction du déroulé du match. Chose à laquelle il a du mal ces derniers temps.

Les choix de Sampaoli seront scrutés (© Icon Sport)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page
Powered By
CHP Adblock Detector Plugin | Codehelppro