Tedesco 2/2 : Comment relève-t-il le RB Leipzig ?

Après une première partie qui s’intéressait à la carrière de Domenico Tedesco, l’heure est venue de découvrir comment le technicien allemand a redressé la barre depuis son arrivée au RB Leipzig, le 9 décembre dernier.

Domenico Tedesco peut célébrer ses débuts avec le RB Leipzig ! (Thomas Eisenhuth/Getty Images)

Leipzig a retrouvé de sa superbe

Une qualification en quarts de finale d’Europa League, une quatrième place en Bundesliga et une qualif’ en coupe, le RB Leipzig s’est remis sur pieds après un début de saison difficile. Après le départ de Julian Nagelsmann cet été, la formation saxonne avait confié les clés du camion Jesse Marsch. Mais suite à un bilan insuffisant (7v, 4n, 6d), l’entraîneur américain était remercié et Domenico Tedesco intronisé.

Depuis son arrivée sur le banc de l’écurie Red Bull, la dynamique sportive de l’équipe a changé. En 16 rencontres disputées sous les ordres du coach d’origine italienne, le RBL l’a emporté à 11 reprises, pour trois matchs nuls et deux défaites. En onzième position lorsque Jesse Marsch a été licencié, Leipzig est désormais revenu dans les places qualificatives pour la prochaine Ligue des Champions. Le pari Tedesco est donc assurément gagnant, alors que ce dernier cherchait à relancer sa carrière en Bundesliga.

Retour au 3-4-3 gagnant

Si Jesse Marsch tâtonnait entre différents systèmes de jeu, Tedesco est revenu aux basiques du RBL sous Nagelsmann : le 3-4-3. Et le mariage est gagnant ! Pour le nouvel entraîneur lipsien, cette formation est déjà bien connue. Lorsqu’il a terminé deuxième de Bundesliga avec Schalke 04, il s’appuyait déjà sur une base défensive solide, et des pistons portés vers l’attaque (Caligiuri et Oczipka). Alors que Gvardiol (20 ans) et Simakan (21 ans) découvrent la Bundesliga, les aligner dans une défense à trois avec l’expérimenté Willy Orban (29 ans) est aussi très bénéfique.

En profitant de la superbe forme de Christopher Nkunku depuis le début de saison, Leipzig est aussi plus prolifique devant les cages. 43 buts en 16 rencontres sous Tedesco contre 45 en 22 matchs sous Marsch. Cette attaque est particulièrement menaçante, puisque les dangers viennent depuis cinq axes principaux sur le terrain. D’abord des deux ailes, avec les pistons Mukiele et Angelino. Le second est très porté vers l’attaque, comme c’était déjà le cas sous Nagelsmann.

Les deux soutiens à l’attaquant de pointe occupent ensuite l’axe gauche et l’axe droit. Ce rôle est souvent attribué à Christopher Nkunku et Dani Olmo. Mais l’Espagnol est aussi capable de plonger dans l’axe, lorsque Andre Silva dézone sur sa droite. La qualité technique de ces joueurs fait ensuite la différence. Leipzig est la quatrième meilleure attaque et la troisième meilleure défense de Bundesliga, ce qui illustre bien la recherche d’équilibre de Domenico Tedesco.

Quelle fin de saison pour Leipzig ?

A un point de la troisième place occupée par le Bayer Leverkusen (3e, 45 pts), Leipzig peut espérer surfer sur sa dynamique et viser le podium. Le championnat s’annonce serré jusqu’au bout, avec la belle saison du SC Freiburg, cinquième, avec le même nombre de points en que le RBL. En Coupe d’Allemagne, il y aura un gros coup à jouer pour les Saxons. Opposés à Union Berlin en demi-finale, ils peuvent espérer remporter le trophée avec les éliminations du Bayern et de Dortmund. Qualifiés en quart de finale d’Europa League, une belle fin de saison européenne est aussi envisageable. De quoi nous donner envie de suivre l’évolution de Domenico Tedesco dans son nouveau club !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :