LOSC – Chelsea (1-2) : Lille peut nourrir des regrets

Face aux Champions d’Europe en titre, le LOSC n’a pas su inverser la tendance après la défaite 2-0 à Stamford Bridge. Les Nordistes se sont pourtant montrés séduisants et pourront regretter un manque de réussite dans les deux surfaces.

Buteur, Burak Yilmaz n’a pu éviter l’élimination des siens, ce mercredi 16 mars. Getty Images

Était-ce le feuilleton Abramovitch ou l’ambiance survoltée du stade Pierre Mauroy qui pesait sur les Blues ? Ou bien était-ce les Lillois qui, comme souvent depuis le début de saison, ont enfilé le costume d’européens pour afficher un visage bien plus séduisant que durant les week-ends de Ligue 1 ? Quoi qu’il en soit, le score de ce soir ne reflète pas la physionomie d’un match pleins du LOSC, jouant de malchance mais sortant de C1 la tête haute.

Une première période presque parfaite

Dès l’entame du match, les Dogues ont montré les dents. Appliqués, organisés, les hommes de Gourvennec imposaient un pressing serré à leurs adversaires, récompensé par une récupération haute de Benjamin André dès la 7eme minute de jeu. En situation de trois contre trois, Burak Yilmaz choisit de frapper mais Silva était sur la trajectoire. Une mauvaise décision du Turc, dont la grinta ne suffit plus à pallier un déficit technique et physique criant depuis septembre, contrastant avec sa saison 2020-2021 héroïque. Les joutes européennes constituent néanmoins un bol d’air pour l’ancien du Besiktas, en vue ce soir là.

Le LOSC aura posé de sérieux problèmes à Chelsea. ©Maxppp

Les Lillois ont continué d’attaquer, de défendre en bloc haut, de rester solidaires. Cette belle partition fut récompensée à la 35eme minute. Suite à un corner de Bamba, la défense de Chelsea balbutie sa relance et le ballon arrive sur Xeka. Le contrôle-poitrine orienté du Portugais est contré par le bras décollé de Jorginho. Dans un premier temps, Mr Davide Massa ne bronche pas, mais il interrompt finalement le jeu après l’appel de la VAR. Le checking est rapide, et le point de penalty est logiquement désigné. Dans cet exercice, difficile de reprocher quoi que ce soit à Yilmaz. Le Turc propulse un missile dans la lucarne de Mendy, impuissant. Plus que jamais, tous les espoirs sont permis, alors que Pierre Mauroy (qui connait la 3eme meilleure affluence de son histoire) se fait de plus en plus bouillant.

45 premières minutes de grande qualité côté lillois, mais pas suffisant pour rentrer aux vestiaires en tête. Alors qu’on joue la fin du temps additionnel, Jorginho se présente à 25m du but de Leo Jardim. Voyant que Gudmundsson ne fait pas l’effort défensif, André se précipite sur l’Italien, laissant un boulevard à Pulisic dans son dos. Bien trouvé par le top 3 au dernier Ballon d’Or, l’Américain parvient a ajuster une frappe côté opposé dans un angle relativement fermé. Cruel pour Lille, qui voit son avance et ses efforts réduits à néant sur l’ultime action des Blues.

Un retour des vestiaires cauchemardesque

A la reprise, les Lillois n’ont pas perdu de leur superbe. 51eme minute, Bamba enrhume Alonso et parvient à centrer pour Burak, dont la tête passe juste à côté des buts de Mendy. Le Turc est à l’origine d’un nouveau centre dix minutes plus tard. Cette fois, c’est Xeka qui est à la réception, mais sa tête appuyé vient fracasser le montant gauche des Blues. Le LOSC, qui vient de perdre Botman et Celik sur blessure, semble maudit.

Le coup de massue survient à la 71e minute. Mount hérite d’une longue transversale côté gauche, et s’infiltre dans la surface lilloise. Son centre tendu profite à César Azpilicueta. En avance sur Weah, l’ancien marseillais reprend du genou et donne l’avantage à Chelsea. De quoi complètement annihiler les derniers espoirs lillois. L’entrée d’Hatem Ben Arfa ne changera pas l’issue du match. 1-2 score final.

Eliminé de C1, Lille est actuellement 6eme de Ligue 1. Getty Images

Malgré un 4-1 peu représentatif de la performance du LOSC sur l’ensemble des deux rencontres, les Dogues sortent la tête haute de la compétition. S’ils échouent une nouvelle fois à rallier un quart de C1, les Lillois auront montré un beau visage face aux champions d’Europe en titre, dont plusieurs classes les séparent. La saison européenne touche à sa fin, et il faudra dorénavant batailler en Ligue 1, ce dès samedi face à Nantes, pour pouvoir y rejouer l’année prochaine.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :