Real-Barça (0-4) : les tops et les flops d’un Clasico à sens unique

A Santiago-Bernabéu, le Barça a fait exploser un Real Madrid complètement dépassé en l’espace d’une mi-temps (0-4). Voici les tops et les flops de cette rencontre à sens unique.

« PEA » a inscrit l’un des quatre buts barcelonais à Madrid (Marca)

LES TOPS


Un Barça très intense

Xavi a donné des repères à cette équipe, en lui inculquant l’ADN « Barça ». Si le collectif barcelonais a réussi une rencontre cohérente sur toutes les lignes, l’intensité mise par les Catalans est l’une des clés fondatrices de leur succès. Considéré comme une équipe dépassée par les exigences du football moderne depuis plusieurs années, le Barça a précisément battu le Real sur ce terrain. Plus frais, plus rapides, les partenaires de Sergio Busquets ont imprimer leur rythme durant toute la rencontre. Un cercle vertueux, qui permet à Barcelone de se créer des occasions, et d’être moins mis en danger en défense.

Le mileu barcelonais au sommet

Face aux vieux briscards du Real, Modric-Kroos-Casemiro, le milieu Catalan a régné sans partage sur la rencontre. Dans un fauteuil, Segio Busquets a orienté le jeu d’une main de maître, tandis que Frenkie De Jong, Pedri, puis Gavi ont montré leur supériorité technique. Trop propres, trop vifs, ils ont souligné toutes les carences du Real Madrid depuis le mois de janvier.

Barcelone : les recrues s’éclatent

Pour accompagner cette nouvelle génération, le Barça peut compter sur ses paris réussis du mercato d’hiver. Sur les quatre buts catalans, deux sont à créditer à Ferran Torres, et un à Pierre-Emerick Aubameyang. Les deux attaquants ont gommé les faiblesses offensives du Barça depuis plusieurs années. Ousmane Dembélé a lui aussi réalisé une partie de gala pour accompagner les deux transfuges.

LES FLOPS


Le Real au point mort

Que retenir de positif de cette rencontre pour le Real Madrid ? Peut-être les quelques dribbles de Vinicius. Pas plus. Pris dans tous les secteurs, les Madrilènes ont été d’une passivité presque honteuse en défense, tout en étant inexistant devant les buts de Ter Stegen. Privée de Karim Benzema, la Maison Blanche a semblé jouer à dix durant toute la rencontre avec Rodrygo en pointe. Derrière, personne n’est à sauver. Si le milieu de terrain n’a pas permis d’endiguer les vagues catalanes, les espaces laissés par la charnière Alaba-Militao sont très inquiétants.

Ancelotti coupable ?

En s’appuyant sur un milieu de terrain vieillissant, Carlo Ancelotti s’est trompé de composition. Aligné sur l’aile droite, Federico Valverde n’a pas pu rayonner à la hauteur de son talent. De son côté, Eduardo Camavinga a du attendre le retour des vestiaires pour faire son apparition. Dommage de ne pas voir l’ancien rennais plus souvent, alors qu’il incarne clairement une solution d’avenir chez les Merengues !

Benzema-dépendance inacceptable

L’absence de Karim Benzema a coûté très cher au Real. Les conclusions à tirer de ce constat son alarmantes. Un club comme Madrid ne peut pas dépendre autant d’un seul joueur. Trop précieux de par son jeu complet, et son rôle de leader, Karim Benzema cache en grande partie les carences de son équipes depuis trop de temps. Ce match doit permettre au Real de se remettre en question, en vue des prochaines échéances. Cette lourde défaite ne devrait pourtant pas le priver du titre de champion d’Espagne.

Les maillots

Le Real joue en blanc, le Barça en rouge et bleu, surtout dans un Clasico. Le maillot noir des Madrilènes face aux couleurs catalanes du Barça n’ont pas respecté les codes de cette rencontre mythique du football espagnol. C’est bien dommage.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page
Powered By
CHP Adblock Detector Plugin | Codehelppro