Autriche : La génération Alaba manque encore le coche en Coupe du monde

Battu par le Pays de Galles (2-1), l’Autriche est de nouveau passée à côté d’une qualification en Coupe du Monde. Une vraie déception pour la génération Alaba.

La déception des Autrichiens après la défaite contre le Pays de Galles (GEPA)

Il n’y aura donc pas de première qualification autrichienne en Coupe du monde au XXIème siècle. Présente lors des derniers Euros, la génération des David Alaba, Marcel Sabitzer ou Konrad Laimer ne verra pas le Qatar à la fin de l’année. Une véritable déception, avec le sentiment de ne pas avoir exploité un potentiel pourtant intéressant. Face au Pays de Galles, les Autrichiens avaient pourtant une vraie chance de continuer de rêver. Las, un Gareth Bale survolté a balayé leurs espoirs.

Franco Foda, premier responsable ?

Entraîneur de la sélection depuis 2017, Franco Foda a donc manqué l’objectif de guider la belle génération autrichienne aux côtés des meilleures nations mondiales. Pour l’entraîneur allemand, déjà mis en échec lors du dernier Euro, cette non-qualification est peut-être la déception de trop. Timorée, son équipe ne semble pas avoir de fil conducteur. Déjà triste à observer lors de l’Euro, l’été dernier, elle avait sauvé les apparences en réalisant un grand match contre le futur champion italien (1-2, AP).

Mais contre les Gallois, c’est de nouveau une performance bien faiblarde qui nous a été offerte. Le sentiment d’un jeu stérile, à l’intérieur duquel aucun joueur n’ose prendre ses responsabilités. La stature en club des leaders autrichiens nous permet pourtant d’attendre un certain niveau. David Alaba évolue au Real Madrid, Marcel Sabitzer au Bayern Munich, Konrad Laimer à Leipzig. Mais d’autres joueurs se montrent aussi à leur avantage comme Xaver Schlager (Wolfsburg), Stefan Lainer (Gladbach) ou Martin Hinteregger (Francfort). Nicolas Seiwald est aussi l’une des révélations de Salzbourg

Une campagne à oublier

Battue cinq fois en 11 rencontres lors de cette campagne de qualification, l’Autriche est donc bel et bien à sa place. Opposée au Danemark dans son groupe, elle avait coulé à domicile (0-4), avant de s’incliner à Copenhague (1-0). Un terrible bilan, qui montre l’écart de niveau entre deux nations pourtant similaires, y compris en terme d’individualités. Mais contrairement aux Danois, qui comptent sur la magnifique vision du foot de leur entraîneur, Kasper Hjulmand, les Autrichiens n’ont pas de flamme collective.

Le match nul (1-1) et la défaite contre l’Écosse (0-1) en étaient aussi l’illustration, au même titre que la gifle reçu à Israël (5-2). Pour l’Autriche, l’heure de la remise en cause doit donc sonner. En 2026, la génération Alaba participera à sa dernière chance d’accéder à une Coupe du Monde. Mais il faudra faire bouger les lignes, pour que le potentiel de cette équipe se transforme en belles prestations sur le terrain.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :