Pays-Bas – Allemagne (1-1) : la Mannschaft en progrès mais…

Tenue en échec à Amsterdam (1-1), après avoir dominé la rencontre pendant plus d’une heure, l’Allemagne a affiché ses progrès, mais s’est aussi souvenue de ses failles.

Thomas Müller a envoyé un mine dans la lucarne néerlandaise (Matthias Koch / Imago)

Le match


Dominatrice dans la possession, l’Allemagne a récompensé sa bonne première période grâce à l’ouverture du score de Thomas Müller avant la pause (45’+2). Timo Werner avait aussi touché la barre quelques minutes plus tôt (21′). En seconde période, la Mannschaft continuait de contrôler le rythme, sans doubler la mise. Les Néerlandais en profitaient, pour égaliser par Steven Bergwijn (68′). La fin de match était alors à l’avantage des Oranje, et laissera forcément un goût amer au sélectionneur allemand, Hansi Flick.

Les points forts de l’Allemagne


Privée de nombreux joueurs importants (Gnabry, Kimmich, Goretzka ou Süle), l’Allemagne a montré un visage séduisant. Organisée dans un 3-4-3, elle a plutôt bien utilisée les espaces et fait courir les Pays-Bas. Les choix offensifs de Hansi Flick, qui alignait Jamal Musiala, Kai Havertz, Thomas Müller, Leroy Sané et Timo Werner dès le coup d’envoi, n’ont pas trop déséquilibré le bloc allemand.

Le pressing haut, que la Mannschaft a imposé durant les 60 premières minutes, a considérablement gêné les Bataves à la construction. Sans être très intense, il a permis aux quadruples champions du monde de s’installer dans le camp adverse. Si elle a pu se faire quelques frayeurs, la défense centrale (Kehrer-Rüdiger-Schlotterbeck) s’est montrée sereine.

Les points à travailler


A 9 mois de la Coupe du monde, les Allemands continuent de reprendre des couleurs. Tout n’est pourtant pas encore parfait. Loin de là. S’ils ont contrôlé les deux premiers tiers de la partie, ils ont abandonné la fin de match à leurs adversaires. Sur le fil, Kehrer manquait de concéder un penalty, finalement retiré par la VAR (73′). Si les Néerlandais n’ont pas réalisé un grand match, la fébrilité allemande, qui faisait suite à l’égalisation, aurait pu leur permettre d’espérer mieux.

Quelques oublies défensifs laissent donc présager du travail dans ce secteur. Si les montées de Raum, et même de Kehrer, parfois, ont été intéressantes, il faudra un bloc plus compact au Qatar. Au complet, et en compétition, il y a cependant de fortes chances pour que l’Allemagne montre un visage séduisant sur 90 minutes à la fin de l’année. Ce match nul ramené des Pays-Bas, eux aussi plus ou moins dans le doute, est donc plutôt positif pour Hansi Flick.

Depuis sa prise de fonction, l’ancien entraîneur du Bayern avait remporté ses huit premières rencontres. Pour son premier gros test, le match nul à Amsterdam signe donc la fin d’une série de victoire, mais confirme la bonne direction prise par son équipe. À valider en juin, avec la Ligues des Nations face à l’Angleterre, l’Italie et la Hongrie.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page
Powered By
CHP Adblock Detector Plugin | Codehelppro