NBA Playoffs 2022 : Un point sur les dynamiques de la Conférence Est !

A moins de deux semaines du début des playoffs, les franchises NBA commencent à y voir plus clair sur leur classement final, et leurs potentiels adversaire. Mais quelles sont les équipes qui sont en forme, et au contraire celles qui marquent le pas ?

Bucks, Celtics, Sixers, Heat : des dynamiques différentes ?

Les bonnes dynamiques

Boston Celtics :

Et si la meilleure équipe de 2022 c’était les Celtics ? Moroses voire très médiocres en début de saison, la nouvelle année a coïncidé avec un renouveau pour Boston. Une des meilleures défenses de NBA, un duo en la personne de Jayson Tatum et Jaylen Brown qui s’entend de mieux en mieux et qui martyrise toutes les équipes qui se dressent sur leur chemin.

Ime Udoka semble avoir trouvé la bonne formule, et le bilan de Boston s’en ressent. 31 victoires sur les 42 matchs disputés depuis le premier janvier 2022, 7 victoires dans les 10 derniers matchs, tout sourit à la franchise du Massachussets. Seule ombre au tableau, la blessure de Robert Williams, si important pour la défense des Celtics dans leur remontée fantastique. Un temps annoncé out pour un bon moment, les dernières nouvelles pointent vers un possible retour pour le second tour des playoffs, il faudra cependant s’adapter pour y arriver.

Qui pourra les stopper ? Les deux Jay sont très en forme en 2022 !

Toronto Raptors :

Comme bien souvent les Canadiens traversent la saison régulière en sous-marin, et pourraient bien surprendre du monde lors de cette post-season. Après le départ de Kyle Lowry l’été dernier, peu d’observateurs pronostiquaient une place dans le top 6 de l’Est, mais Nick Nurse aime bien déjouer les pronostics. En se basant sur un collectif soudé et une défense capable de switcher sur n’importe quel joueur, Toronto a su se faire une place de choix cette saison. Scottie Barnes a crevé l’écran, Pascal Siakam est en feu depuis quelques semaines, les voyants sont au vert pour les Raptors.

Scottie Barnes aura un grand rôle à jouer en post-season pour les Raptors (Crédits photo : AFP)

Il faudra cependant que Fred VanVleet retrouve son adresse du début de saison, sans quoi certaines oppositions pourraient bien être compliquée en Playoffs si la seconde option offensive bégaye. La mission maintenant ? Essayer d’aller chercher la 5ème place des Bulls (même bilan de 45-32), voire même l’avantage du terrain si les Sixers ont un coup de mou. Seulement deux défaites d’écart, tout est possible même s’il faudra aussi gérer les organismes pour arriver à 100% le jour J.

Brooklyn Nets :

Une équipe en forme, mais de manière différente des 2 franchises citées précédemment. Le jeu collectif des Nets est toujours aussi fluctuant, les besoin en défense se font sentir mais la franchise de New-York a pu compter sur le retour à temps plein de Kyrie Irving, au meilleur des moments. Une dizaine de matchs pour parfaire la relation avec Kévin Durant, se mettre en rythme, parfait pour l’ancien de Cleveland.

De même depuis le trade de James Harden, les Nets se sont clairement améliorés dans le jeu, et présentent une plus grande versatilité offensive. Seth Curry est venu pallier l’absence prolongée de Joe Harris, et André Drummond amène son grand gabarit à l’intérieur et est toujours capable de faire des grosses performances. En attendant le retour de Ben Simmons, la présence des Nets en Playoffs en sortie de play-in ressemble de plus en plus à un cadeau empoisonné pour les équipe du haut de tableau.

Charlotte Hornets :

Eux aussi réalisent une saisons très satisfaisante, et entreront dans la post-season avec une belle dynamique. Les hommes de Taylor Jenkins restent sur 8 victoires lors des 10 derniers matchs avant la soirée de samedi, et assurent peu à peu leur place dans le play-in tournament. Si pour le moment une confrontation avec les Hawks s’annonce, la bande à LaMelo sera bien compliquée à prendre pour Trae Young. Avec le retour annoncé sous peu de Gordon Hayward, Charlotte aura encore plus d’options sur le terrain et avec la confiance emmagasinée dans un groupe jeune, le perdant de Cleveland – Brooklyn aura du souci à se faire pour assurer sa place en playoff.

Ça coince un peu

Cleveland Cavaliers :

Justement les Cavs, étincelants jusqu’au All-Star break, coincent un peu à l’orée de cette dernière ligne droite. Handicapé par les blessures, ce groupe certes jeune commence à tirer la langue. Kévin Love n’est plus aussi bien entouré et se fait cibler en défense, Darius Garland semble émoussé, et Cleveland qui a longtemps lutté pour une place dans le top 4 va devoir jouer sa place dans le play-in. Les retours d’Evan Mobley et de Jarrett Allen vont faire le plus grand bien, mais ce sera peut-être trop tard. Une petite déception au vu de la saison réalisée dans son ensemble, mais prometteuse pour l’avenir.

Garland à bout de souffle, c’est tout Cleveland qui est fatigué. (Getty Images)

Miami Heat :

Premier de l’Est, pourquoi Miami serait-il dans cette section? Et bien malgré leur place au classement, le Heat n’est certainement pas l’équipe la plus sereine de la Conférence Est. Des résultats mitigés, capable de grosses victoires contre les Celtics et de perdre contre l’équipe C des Warriors, ils soufflent le chaud et le froid. Avec en plus des tensions en interne, la sérénité n’est pas au summum en Floride.

Trouble in paradise en Floride ? (NBA)

Ajoutons à cela un 5 majeur enfin formé, mais qui peine à enchainer les gros résultats, la dynamique n’est pas la meilleure pour eux. Un bilan tout juste à l’équilibre lors des 10 derniers matchs, qui reflète cette période floue pour Miami. La bande à Butler a le matériel pour faire de bonnes choses en post-season, à eux de nous le prouver.

Philadelphie 76ers :

Avec l’arrivée de James Harden et le chapitre Ben Simmons clôt, les Sixers pouvaient enfin se concentrer sur le jeu. Avec de bons débuts, les Sixers étaient prêts à se lancer à l’assaut de la Conférence Est. Cependant la machine ne se huile pas aussi facilement et aussi rapidement, les résultats ne sont pas aussi bons qu’espérés. Un bilan à l’équilibre lors des 10 derniers matchs, un James Harden qui souffle le chaud et le froid dans ses performances et qui est ciblé par Doc Rivers en conférence de presse, tout n’est pas rose.

Pourtant Joël Embiid est incroyable cette saison, mais les Sixers manquent de profondeur sur le banc et sont tributaires des performances d’Harden et de Tobias Harris. L’alchimie pourra t-elle être trouvée avant les playoffs? Peut-on faire confiance à Doc Rivers pour cela ?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page
Powered By
CHP Adblock Detector Plugin | Codehelppro