Amstel Gold Race – Dénouement cruel pour Cosnefroy !

Amstel Gold Race – La classique néerlandaise nous a offert un grand spectacle ce dimanche avec un dénouement dont elle seule a le secret. Comme l’an dernier, l’organisation a eu besoin de la photo-finish pour départager Kwiatkowski et Cosnefroy. Terrible pour le français qui a cru à la victoire…

De gauche à droite : Cosnefroy, Kwiatkowski et Benoot sur le podium. (Twitter AG2R Citroën Team)

Un nouveau parcours décevant ?

Pour cette 56ème édition de l’Amstel Gold Race, les organisateurs ont décidé de changer le parcours en allongeant la course. Près de 250 kilomètres dans les jambes des coureurs avec pas moins de 33 côtes à gravir. Pourtant, le nouveau tracé n’a pas favorisé le mouvement cette année avec notamment un Cauberg escamoté (habituel juge de paix de la classique). Les coureurs les plus costauds n’auront finalement pas réussi à profiter des monts pour se départager. C’est sur le plat que la différence s’est faite.

Les cadors en plein effort dans un Cauberg qui n’aura pas eu son impact habituel. (Twitter Groupama-FDJ)

Les INEOS en grande forme

Les INEOS ont décidé de faire la course ce dimanche. C’est sous leur impulsion que le peloton a explosé à 35 kilomètres de l’arrivée dans le Keutenberg. Kwiatkowski a profité de l’un des monts les plus durs de la journée pour produire son effort et emmené dans sa roue une dizaine de coureurs.

On a donc retrouvé les onze coureurs les plus forts à l’avant : Van der Poel (Alpecin-Fenix), Benoot (Jumbo-Visma), Cosnefroy (AG2R-Citroën), Küng (Groupama-FDJ), Teuns (Bahrain-Victorious), Kamp (Trek-Segafredo), Asgreen (Quick-Step Alpha Vinyl), Hirschi (UAE-Emirates), Matthews (BikeExchange), Pidcock et Kwiatkowski (INEOS).

Les INEOS mènent le peloton avant la bagarre des favoris. (Capture d’écran GCN)

Cosnefroy aérien !

Cette année, l’Amstel se finit avec un dernier circuit de 21 kilomètres. C’est lors de l’entrée sur celui-là que Michal Kwiatkowski est sorti. Dans le groupe, personne n’a réagit jusqu’à l’ascension du Geumeleurberg et l’accélération surpuissante de Benoît Cosnefroy. Le français est revenu à toute vitesse sur le polonais et ils se sont mis en route vers l’arrivée à Valkenburg.

Le coureur de AG2R-Citroën a beaucoup si ce n’est trop travaillé pour empêcher le retour des autres favoris. Derrière, Teuns, Van der Poel et Hirschi ont entre autres tenté leur chance à tour de rôle. C’est finalement Benoot qui a réussi à sortir du groupe pour s’offrir le podium.

Cosnefroy (ici devant Kwiatkowski) a fait beaucoup d’effort dans le final mais cela n’a pas suffit. (Twitter AG2R Citroën)

Fausse joie pour Cosnefroy

C’est donc au sprint que s’est joué la victoire entre Kwiatkowski et Cosnefroy. Le français a lancé le sprint à 200 mètres de la ligne. Là encore peut-être un peu trop loin ? Le polonais est revenu à hauteur du français à 100 mètres de la ligne. Suffisant pour le déborder ?

Benoît Cosnefroy commence à célébrer sa victoire… (France 3)

La photo-finish va devoir déterminer le vainqueur. C’est un scénario que l’on connaît bien sur l’Amstel puisqu’en 2021 déjà Pidcock et Van Aert en avaient eu besoin. Tout le monde pense que les organisateurs ont appris de leur erreur de l’an dernier. Et bien non, après la photo-finish sur le téléphone de l’arbitre l’an passé, cette année c’est la mauvaise annonce du vainqueur.

C’est donc Benoît Cosnefroy qui est annoncé vainqueur dans un premier temps sans même que l’on ait pu voir la photo-finish. Malheureusement, quelques minutes plus tard, c’est Michal Kwiatkowski qui est sacré en Hollande. La photo-finish a rendu son verdict, c’était une erreur pour Cosnefroy, c’est bien le polonais qui l’emporte grâce à un meilleur jeter de vélo.

La photo-finish qui montre Kwiatkowski devant Cosnefroy. (Organisation)

Van der Poel à la limite

Mathieu Van der Poel est apparu en retrait une semaine après son succès sur le Ronde et une semaine avant Paris-Roubaix. Pour autant, il accroche une belle quatrième place ce qui reste une très belle performance. Dans le top 10, on retrouve encore Stefan Küng qui est décidément en très grande forme en ce moment. Mention honorable pour Alexander Kamp, le danois de la Trek a réalisé une belle course en finissant à la cinquième place.

Le classement final de l’Amstel Gold Race 2022. (Capture d’écran GCN)

Un petit mot pour le malheureux Anthony Turgis de la TotalEnergies qui est encore tombé et a dû abandonner. Décidément, le coureur français joue de malchance cette année. Il ne lui reste plus que Paris-Roubaix pour sauver son printemps.

Pour finir, il faut souligner la magnifique victoire de Marta Cavalli, la coureuse de la FDJ Nouvelle-Aquitaine Futuroscope qui remporte la course chez les femmes.

Marta Cavalli lève les bras à Valkenburg. (Capture d’écran GCN)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :