A quel point l’Union est elle dépendante de Matthieu Jalibert ?

Coulée en Champions Cup par La Rochelle, tombée de sa première place en Top 14, l’Union Bordeaux-Bègles vit des heures difficiles depuis l’absence prolongée de Matthieu Jalibert.

Matthieu Jalibert devrait bientôt faire son retour avec l’UBB (Daniel Vaquero/SIPA)

Samedi dernier, c’est depuis le bord du terrain que Matthieu Jalibert observait la déroute de son équipe face au Stade Rochelais (13-31). Certes, l’ouvreur international n’était pas le seul absent de marque de l’Union, qui déplorait aussi les indisponibilités de UJ Seuteni, Yoram Moefana ou Romain Buros. Mais les chiffres de la saison bordelo-béglaise parlent d’eux-même : avec ou sans Jalibert, la mayonnaise n’a pas le même goût en Gironde.

Des stats sans appel

En Top 14, le natif de Saint-Germain-en-Laye a disputé 10 des 22 matchs de l’UBB depuis le début de la saison. Et le bilan est plutôt flatteur, puisqu’il totalise 8 victoires, pour un match nul (à Castres) et une seule défaite (à Biarritz). Sans lui, la formation de Christophe Urios a donc joué 12 rencontres, pour un constat sans appel : sept défaites pour seulement cinq victoires. Matthieu Jalibert a donc incontestablement une forte influence sur les résultats de son équipe, comme tout le monde peut s’en douter.

Pourtant, doit-on réellement considérer que la seule spirale négative de l’UBB incombe à l’absence de son joueur clé ? Il est évident que non, pour plusieurs raisons. Déjà, parce que l’Union n’a pas toujours perdu lorsque Jalibert était absent cette saison. A l’automne, elle gagnait largement devant Clermont (25-9) et se montrait implacable au Racing 92 (14-37). La récente victoire au Stade Français (18-31) avait aussi montré que Jalibert n’était pas l’alpha et l’omega des performances girondines.

Un retour attendu

Ensuite, parce que d’autres joueurs ont aussi manqué à l’appel ces derniers temps. Soit en raison du tournoi des six nations (Woki, Lucu), soit pour blessure. Jalibert est peut-être le joueur le plus important de Christophe Urios, aussi parce qu’il n’a pas de remplaçant de très haut niveau. François Trinh-Duc (35 ans) arrive sur sa fin de carrière, et Matéo Garcia (19 ans) est encore un peu tendre.

S’il devrait faire son retour à l’occasion du déplacement, dans dix jours, face au leader montpelliérain, Matthieu Jalibert pourrait revenir en pleine forme, pour porter son équipe vers les sommets du Top 14. C’est en tout cas ce qu’espère Christophe Urios, après de longues semaines à composer difficilement sans son poulain.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page
Powered By
CHP Adblock Detector Plugin | Codehelppro