Une nouvelle victoire pour Charles Leclerc en Australie !

Et de deux ! Trois semaines après sa victoire à Bahreïn, le Monégasque Charles Leclerc remet ça en Australie avec une course menée de bout en bout. En revanche, son coéquipier Carlos Sainz et leur rival chez Red Bull Max Verstappen ont tous deux dû abandonner avant le drapeau à damiers.

Seconde victoire de la saison pour Charles Leclerc
La seconde victoire de la saison pour Charles Leclerc sur le circuit d’Albert Park. ©Scuderia Ferrari

Pole Position pour Charles Leclerc

Les qualifications ont une nouvelle fois été favorables à Charles Leclerc et Max Verstappen qui prennent respectivement la pole position et la seconde place sur la grille de départ. En revanche, les Williams d’Alex Albon et Nicholas Latifi ainsi que les Aston Martin de Sebastian Vettel et Lance Stroll ont passé un mauvais quart d’heure.

En Q1, le Néerlandais Max Verstappen a très vite pris le meilleur temps, avec plus de deux secondes d’avance sur son coéquipier Sergio Perez. Chez les rouges, on a entendu Carlos Sainz se plaindre de nouveau du marsouinage dans les lignes droites de l’Albert Park. Les McLaren et les Alpine se sont plutôt bien débrouillées lors de cette première partie et accèdent donc à la Q2. Mais voilà, c’est l’heure du petit couac ! En serrant Nicholas Latifi sur le côté de la piste, Lance Stroll a provoqué un accident. Et qui dit accident, dit drapeau rouge. Stroll, Latifi, Magnussen et Albon sont éliminés. Idem pour Sebastian Vettel qui rate son retour après deux courses manquées.

En Q2, c’est l’Espagnol de Red Bull Sergio Perez qui impose son rythme au reste du paddock. Les grandes perdantes de cette seconde manche sont les Alpha Tauri de Pierre Gasly et Yuki Tsunoda ainsi les Alfa Romeo de Guanyu Zhou et Valtteri Bottas, mettant fin au record du Finlandais après 103 Q3 consécutives. La Haas de Mick Schumacher s’arrête également en Q2.

Lors de l’ultime étape, la lutte entre Red Bull et Ferrari est intense. Charles Leclerc signe le meilleur temps à quelques secondes d’un nouveau drapeau rouge. Le pilote Alpine Fernando Alonso a pâti d’une défaillance de sa monoplace et percuté le mur. Heureusement, plus de peur que de mal pour l’Espagnol. Au final, le Monégasque est le plus rapide en Q3, à un millième de son poursuivant.

Pole position pour le Monégasque Charles Leclerc. ©Scuderia Ferrari

Une course menée de A à Z

Le Monégasque Charles Leclerc n’a jamais été inquiété à Melbourne. Auteur d’un nouveau hat trick (pole position, victoire et meilleur temps) sur la piste australienne, il a dominé ce Grand Prix sans qu’aucun autre pilote du paddock ne vienne se mettre entre lui et la victoire, pas même son rival de début de saison Max Verstappen. Mais le hat trick n’était pas suffisant pour le pilote Ferrari. À cela, il rajoute tous les tours en tête de gondole et réalise le Grand Chelem.

Néanmoins, la fête n’était que d’un côte chez Ferrari. Carlos Sainz signe un mauvais départ en Australie et descend de cinq places au démarrage. La malchance ne s’arrête pas là pour Sainz. Après seulement deux tours de piste, l’Espagnol rate sa manoeuvre et termine dans le bac à graviers. Le Grand Prix d’Australie se termine donc ici pour lui et une première voiture de sécurité vient ralentir les pilotes.

Chez les Flèches d’Argent, Lewis Hamilton et George Russell s’en tirent bien avec un podium pour le plus jeune et une quatrième place pour le septuple champion du monde. Idem pour McLaren juste derrière, qui souffre de nombreuses défaillances en ce début de saison, à la fois au niveau des freins et de l’appui aérodynamique des MCL36. En revanche, la joie n’est pas de la partie chez Aston Martin. L’Allemand Sebastian Vettel est venu percuter un mur et a par conséquent dû s’arrêter là. Auteur de manoeuvres jugées hors règles, son coéquipier Lance Stroll a lui été pénalisé de cinq secondes à l’arrivée en plus de sa sanction en qualifications.

Alors que la voiture de sécurité s’est enfin décidée à rentrer au bercail, Max Verstappen accélère derrière Charles Leclerc pour espérer se rapprocher du Monégasque. Sauf que… Le Néerlandais est de nouveau victime de la fiabilité aléatoire de sa RB18. Au 39ème tour, il est contraint à l’abandon quant à l’arrière, Alex Albon passe le drapeau à damiers et récolte son premier point de la saison, le premier également pour Williams.


Un nouvel abandon pour Max Verstappen

Trois semaines après le fiasco de Bahreïn, Red Bull n’est pas encore à la fête. Si les deux pilotes avaient dû abandonner le navire lors de la manche d’ouverture à la suite d’un problème moteur, c’est « seulement » la RB18 de Max Verstappen qui a posé problème ce dimanche.

Au 39ème tour lors du Grand prix d’Australie, le champion du monde en titre a dû s’arrêter en urgence et s’extirper d’une voiture qui commençait à s’enflammer. En trois Grand Prix, c’est la deuxième fois que le Néerlandais revient bredouille. Ce pourquoi il siège désormais à la sixième place du championnat. Comme expliquer un tel manque de fiabilité ?

En plus du retrait de son motoriste Honda fin 2021, Red Bull doit faire face aux nouvelles règlementations et à une surcharge sur ses RB18. Les dix kilos en trop sont un sérieux problème que l’écurie autrichienne va devoir résoudre. Qui plus est, la vitesse jugée trop lente de la voiture de sécurité d’Aston Martin a mis Max Verstappen en difficulté à Melbourne.

« Pour sûr, la voiture de sécurité de Mercedes est bien plus rapide grâce à davantage d’aéro, parce que cette Aston Martin est très lente. Elle a vraiment besoin de plus d’adhérence parce que nos pneus étaient froids comme de la pierre. »

Max Verstappen

Toutefois, le coéquipier de Verstappen chez Red Bull n’a pas eu d’encombres en Australie. En effet, deux semaines après sa pole position en Arabie saoudite, Sergio Perez est monté sur le podium, juste derrière Charles Leclerc et devant le jeune pilote Mercedes George Russell.


Après cette seconde victoire, Charles Leclerc prend le large et mène désormais le classement du championnat avec 71 points, soit 34 de plus que George Russell à la deuxième place. Du côté des constructeurs, Ferrari mène évidemment la danse avec 104 points contre 65 pour Mercedes.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :