Racing 92-Stade Français (33-22) : les tops et les flops d’un derby disputé !

Vainqueur du Stade Français à l’Arena (33-22), le Racing 92 s’est offert une qualification pour les quarts de finale de la Champions Cup. Voici nos tops et nos flops de ce derby engagé !

Le Racing, en rouge, a fait la différence en seconde période !

LES TOPS


Le Stade Français a relevé la tête

Après deux défaites de suite face aux grands rivaux du Racing, le Stade Français a relevé la tête pour rendre une belle copie. Tant au niveau de l’état d’esprit que du jeu, les joueurs de Gonzalo Quesada ont répondu au défi de ce huitième de finale retour. Si la machine s’est progressivement enrayée au fil de la seconde période, on ne saura jamais ce qu’il se serait passé si les Parisiens n’avaient pas dû jouer à 14 pendant 44 minutes.

Lapègue et Thomas assurent le spectacle

Belle performance des deux ailiers ! Mention spéciale à celui du Stade Français, qui s’est offert un doublé en première période. D’abord en débordant toute la défense du Racing, avant de conclure en coin (21′). Puis, en mystifiant Teddy Thomas juste avant la pause (38′). Pour ce dernier, ce n’est pas tant ses essais (44′, 79′) que l’on retiendra, mais plutôt son activité. Difficile à reprendre, il a évolué au meilleur de sa forme, en étant juste, sans en faire trop. A l’arrière du Stade Français, Telusa Veainu a lui aussi porté son équipe, en étant dangereux sur chaque prise de balle. Il a d’ailleurs été élu star du match.

Qualif’ méritée pour le Racing malgré le contenu

Vainqueur sur les deux matchs, le Racing s’offre un quart de finale européen face à Sale. Les joueurs de Laurent Travers ont mis du temps à entrer dans leur partie, mais ont finalement su faire le dos rond, pour profiter de l’indiscipline parisienne. Vainqueurs aisés à l’aller (9-22), ils ont géré ce match face à une équipe dans l’obligation de réussir un exploit pour ne pas déjà partir en vacances. Finn Russell a bien animé le jeu francilien, tandis que la troisième ligne Diallo-Lauret-Tanga a fait mal aux attaques parisiennes.

LES FLOPS


L’excès d’engagement parisien

Pour réussir l’exploit de remonter treize points d’écart, le Stade Français devait évoluer avec ses tripes. Encore plus restant sur trois défaites au total cette saison. Malheureusement, le club de Hans-Peter Wild a parfois confondu engagement et excès d’agressivité. Le double carton jaune reçu par Sefanaia Naivalu, pour jeu dangereux, a lourdement handicapé son équipe. Outre l’indiscipline globale du Stade Français, le plaquage de Nicolas Sanchez sur Yoan Tanga est lui aussi bien malheureux, compte tenu de l’expérience de l’Argentin.

La cagade d’Antoine Gibert

A l’image de ses partenaires, Antoine Gibert n’a pas toujours fait les bons choix et a même pu déjouer. Juste avant la pause, il gâchait un surnombre monumental dans les 22 mètres, en envoyant une passe au pied incompréhensible, tant dans l’idée, que dans la réalisation, directement en touche. Une erreur qui n’aura finalement eu aucune conséquence !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page
Powered By
CHP Adblock Detector Plugin | Codehelppro