OM : Gerson, une montée en puissance impressionnante

Depuis le début de la seconde partie de saison, Gerson rayonne sur le terrain. Il a pris une place prépondérante dans le groupe olympien. Retour sur sa première saison marseillaise et sur son apport pour les prochaines rencontres.

Le Brésilien fait l’unanimité au club (© Maxppp)

Des débuts en deçà des attentes

Replongeons-nous lors de l’été 2021 lorsque Pablo Longoria était à la recherche de bons plans pour reconstruire une équipe digne de l’Olympique de Marseille. Alors que le principal problème au milieu de terrain concernait Boubacar Kamara à qui il restait qu’une seule année de contrat à ce moment. Cependant le président espagnol a tojours un coup d’avance et décide de recruter le Brésilien qui évoluait à Flamengo pour un montant de 25M€. Une somme jugée impressionnante à l’heure où le club olympien devait se restreindre financièrement. Dans la hiérarchie de départ, il devait être associé à Boubacar Kamara et Mattéo Guendouzi dans l’entrejeu.

C’est ce que confirme le premier XI de départ de Sampaoli lors du match face à Montpelier. L’international brésilien est titulaire dans un 3-2-4-1 en association avec Mattéo Guendouzi. Une prestation peu convaincante qui suivre d’un remplacement par l’attaquant Dario Benedetto peu après l’heure de jeu. Un changement qui coïncide avec la victoire marseillaise (3-2).

Des débuts difficiles pour le numéro 8 (© Getty Images)

Malgré deux rencontres pleines de promesses face à Bordeaux (2e journée) et Saint-Etienne (3e journée), son impact dans les matchs s’amenuise de matchs en matchs. Le joueur de 24 ans n’est pas le pire sur le terrain en témoigne de ses 3 buts et 2 passes décisives lors de la première moitié de saison mais son influence sur le terrain à ce moment là ne reflète pas son prix d’achat. Les supporters n’avaient sans doute pas très envie que les performances de leur nouveau brésilien ne ressemblent à celles de Luis Henrique.

L’étonnante métamorphose offensive

La différence entre l’ailier brésilien et son compatriote du milieu de terrain concerne le temps de jeu. Gerson a pu compter sur un temps de jeu assez conséquent pour une recrue qui découvre le championnat français. À l’aube de la seconde partie de saison le numéro 8 marseillais s’est révélé aux yeux des supporters et des journalistes.

Son premier match en 2022 face à Chauvigny en Coupe de France a servi de point d’encrage à sa nouvelle dynamique. Face à cette équipe de N3, le Brésilien a été l’auteur de deux passes décisives. Un match qui lui a permis de prendre conscience de son potentiel offensif.

Depuis le match face à Chauvigny, le milieu de terrain se montre plus offensif. En moyenne, il se situe à 1,55 frappes/ match contre 0,82 durant la phase aller. Depuis janvier, Gerson n’a loupé que 5 rencontres. Un temps de jeu qui en dit long sur son niveau actuel. Au total, il comptabilise huit buts et sept passes décisives toutes compétitions confondues. Sur ses quinze actions décisives, dix l’ont été durant la deuxième partie de saison de l’Olympique de Marseille.

Gerson n’entend plus les critiques (© F Porcu/ L’Équipe)

Un rôle de couteau suisse

Sous l’ère Sampaoli, le premier à avoir hérité d’un tel rôle s’appelle Valentin Rongier. L’ancien nantais joue tantôt au milieu de terrain et tantôt en tant que latéral droit. Pour Gerson, c’est la même chose. Il alterne les différents postes du milieu de terrain. Un match sur l’aile droite, un autre en tant que numéro 10, après en tant que 8, des changements de positions dont il a eu du mal à s’y faire. Bien aidé par un Mattéo Guendouzi et un Dimitri Payet, l’ex joueur de Flamengo rayonne dès à présent à ces différents postes.

A l’heure actuelle, il possède une palette de jeu dont il pourra montrer son étendu au fil de sa carrière. Toujours utile que le Brésilien répond présent aux meilleurs des moments. Si l’OM se retrouve à la seconde place de Ligue 1 ainsi qu’en demi-finale de Conférence League, il n’y est pas étranger. Cependant depuis le blessure de Konrad de la Fuente et la méforme de Cengiz Ünder, son coach a tendance à le faire jouer côté droit ou côté gauche. Cela lui permet de permuter dans l’axe avec Dimitri Payet. D’ailleurs, la relation entre les deux hommes est excellente puisque le numéro 10 olympien lui a offert quatre passes décisives et à l’inverse, Gerson n’en a offert qu’une seule au Français.

Une célébration devenue à la mode (© Icon Sport)

L’attente sera plus forte l’année prochaine

L’environnement marseillais peut être cruelle parfois. Quelques mauvaises prestations peuvent provoquer une bronca et plonger des joueurs dans une mauvaise passe comme Jordan Amavi. Le brésilien a éviter cette passe de part son statut de Sud-Américain qui agit comme un collier d’immunité au seins des supporters marseillais. Devenu un joueur essentiel en l’espace de six mois, la saison prochaine sera sans doute la plus difficile. Beaucoup de joueurs ont eu du mal à franchir le cap de la confirmation.

Sans Boubacar Kamara pour assurer ses arrières, il devra faire confiance à Pape Gueye ou à une future recrue pour remplir son rôle à moins que le compatriote de Gabriel Jesus ne parvienne à surprendre et à s’améliorer au niveau défensif. Il sait se montrer utile défensivement. Il sait tacler et récupérer des ballons importants. En chiffre, il tacle en moyenne 1,38 fois/ match et est auteur de 0,52 interception/ match. Son compère au milieu, Mattéo Guendouzi, tacle quant à lui 1,12 fois/ match et intercepte le ballon 0,72 fois/ match. Les deux se complètent à merveilles et la confirmation du recrutement de l’ex joueur d’Arsenal promet une belle saison 2022/2023.

L’attente sera grande et la pression plus forte à gérer la saison prochaine que ce soit pour Gerson ou ses coéquipiers. Pour le moment, le Brésilien doit aider l’OM à se qualifier pour la prochaine Ligue Des Champions et espère remporter la Conférence League dans les prochaines semaines.

L’équipe sera attendue au tournant la saison prochaine (© AFP)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :