Pavel Datsyuk : le petit russe devenu le « Magic Man » de Detroit

Légende de Detroit, Pavel Datsyuk a réalisé une carrière exceptionnelle malgré des débuts difficiles dans sa Russie natale. Revenons sur le parcours d’un athlète au parcours écorché.

Datsyuk (à droite) et son agent (CARLOS OSORIO, ASSOCIATED PRESS)

Son enfance


Pavel Datsyuk naît le 20 juillet 1978, dans l’actuelle Ekaterinbourg, en URSS. Son enfance très difficile est marquée par le décès de sa mère dans son sommeil, alors qu’il n’avait que 12 ans. Il mesure 1m75 et fait à peine 68kg lorsqu’il entre dans le monde professionnel du hockey et débute avec l’équipe réserve du Spartak Iekaterinbourg dans la Pervaïa Liga (troisième division russe). Malgré sa technique et son talent hors normes, sa taille et sa corpulence le bloquent dans le monde professionnel.

Il est remarqué par Vladimir Krikounov, le nouvel entraîneur de l’équipe. Krikounov, qui entraîne l’équipe première du Spartak en Superliga, la première division russe (après la KHL qui est une ligue intercontinentale) l’intègre très vite dans ses plans. Par la suite, il part au CSKA Moscou, mais ne s’adapte pas au club de la capitale et revient dans sa Sibérie natale. Il n’est d’ailleurs pas repêché lors des rafts 1996 et 1997. Mais un coup de pouce du destin lui arrive, lorsque le directeur Europe de Detroit, le voit jouer. Si ce directeur était initialement venu regarder un défenseur de l’équipe adverse, c’est finalement le talent du jeune Pavel qui le frappe.

Pavel Datsyuk jouant avec le CSKA durant le lockout (livejournal.com)

Les Etats-Unis, et la naissance d’une légende


Il est donc intégré par l’entraîneur de Detroit dans les camps d’entrainements sous la tutelle de Larionov, surnommé « Le Professeur » dans l’équipe. Et il est conservé dans l’effectif ! Il joue son premier match le 4 octobre 2001 face aux Sharks de San Jose. Il est ensuite sélectionné pour les jeux olympiques de 2002. La carrière de Pavel commence à exploser. Lors de cette saison les Red-Wings décrochent la Coupe Stanley, il remporte alors la coupe dès sa première saison dans la grande ligue.

La saison suivante la ligne des Two Kids and an Old Goat est née, elle est composée de  Boyd Devereaux, Pavel Datsyuk, et Brett Hull. Les saisons passent, et l’importance de Datsyuk dans l’effectif croît, il marque de plus en plus au fil des années. En 2005-2006, il réalise sa première saison à plus d’un point par match avec 87 points en 75 matchs. En 2007-2008 il est nommé par les fans, en tant que capitaine de son équipe du all-star game. Et, lors de cette même saison, il remporte la Coupe Stanley.

Datsyuk soulevant sa première Coupe Stanley (playersbio.com)

Datsyuk brise le mythe qui montrait que les joueurs européens n’étaient pas fiables en play-off. Il remporte pour la troisième fois consécutive le Trophée Lady Bing… il est alors le premier joueur à réaliser cet exploit. Il continue ensuite sa carrière à Detroit mais sans re gagner la Coupe Stanley. Son corps commence à le lâcher et il enchaîne les blessures. En 2015-2016 il fait donc sa dernière saison dans la ligue américaine avant de retourner en Russie.

Il est devenu une légende à Détroit et sûrement à ce jour la dernière légende de Detroit, car il n’a jamais baissé les bras. Exemple de fair-play également et très discipliné, il a permis à Detroit de remporter sa dernière Coupe Stanley en date et reste donc dans la légende de cette franchise.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro
Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.

Rafraichir la page
Powered By
CHP Adblock Detector Plugin | Codehelppro