5 raisons d’y croire pour le Stade Rochelais

Samedi, à 17h45, c’est un Stade Rochelais dans un costume d’ultra outsider qui se présentera sur la pelouse du Stade Vélodrome face au Leinster. Pourtant, les Maritimes ont des raisons d’espérer.

L’an passé, le Stade Rochelais avait submergé le Leinster en demi-finale… De quoi donner des idées pour samedi (Xavier Leoty/AFP)

5. Certains « absents » pourraient répondre… présents


Pour un match d’une telle importance, tous les moyens sont mis en oeuvre pour compter sur un maximum de forces vives. Si La Rochelle pourrait être amputée de certains joueurs majeurs – ce qui compromettrait définitivement ses chances – des solutions sont en passe d’être trouvées !

Pour Victor Vito, touché à la cheville, une décision sera prise ce jeudi quant à sa participation ou non à la finale. De retour contre le Stade Français, Will Skelton, qui est la poutre indispensable du pack rochelais, devrait bel et bien postuler à la feuille de match contre le Leinster, même si rien a encore été officialisé.

Derrière, Tawera Kerr-Barlow, victime d’une fracture de la main est lui aussi en passe de revenir ! Ronan O’Gara a commandé un gant spécial de protection en provenance d’Irlande, qui pourrait permettre au Néo-Zélandais de signer un retour inespéré. Enfin, Brice Dulin, touché aux côtes, est lui aussi dans les petits papiers du coach irlandais.

4. Ronan O’Gara connaît le jeu irlandais


Qui d’autre pour contrer les Irlandais qu’un autre Irlandais ? Légende du Munster et du XV de Trèfle, Ronan O’Gara représente un atout de taille pour décortiquer, analyser, connaître et enfin anéantir les schémas du Leinster. La province de Dublin joue un rugby incroyable jusqu’à maintenant… Mais elle a le défaut de ses qualités : si son rugby récité au millimètre est contrarié, elle ne saura pas s’adapter.

Pour les Maritimes l’enjeu sera donc de faire déjouer l’équipe adverse, en l’emmenant dans un rugby qu’elle ne maîtrise pas. Ronan O’Gara a forcément quelques idées en tête pour appliquer un plan qui serait fatal aux partenaire de Jonathan Sexton. La tâche s’annonce âpre, mais pas impossible.

3. La Rochelle a désormais de l’expérience


Avec deux finales disputées la saison passée, le Stade Rochelais a désormais de l’expérience pour faire face à ce genre de rencontre. Bien sûr, la fiabilité de Ihaia West face aux perches reste questionnable, tout comme la forme globale de l’équipe, qui plus est face à un adversaire surpuissant. Mais La Rochelle a du vécu en commun et saura mieux appréhender l’événement.

80 minutes, 15 bonhommes contre 15 bonhommes, diraient les anciens. Et ils auraient raison ! L’an dernier, La Rochelle semblait en bien meilleure forme que Toulouse avant la finale de Top 14… Pour le résultat que l’on connaît. Une finale peut paralyser, mais peut aussi sublimer, et rebattre toutes les cartes. C’est ce que l’on souhaite aux Rochelais samedi !

2. La finale se joue en France


Sans compter que la finale va se jouer dans le bouillonnant Stade Vélodrome ! Le public rochelais répondra présent en masse pour un soutien maximal des ses joueurs. Marseille doit devenir jaune et noire le temps d’une journée pour renverser la montagne irlandaise. De quoi donner l’envie à un Grégory Alldritt de marquer physiquement un Jonathan Sexton dès le coup d’envoi !

Le combat sera la clé de ce match, et l’esprit de défendre sa terre peut donner un supplément d’âme décisif. Pour le Leinster, le déplacement sera plus long, le climat probablement moins favorable, et l’ambiance hostile, bien que de nombreux Irlandais feront aussi le déplacement pour cette grande fête du rugby.

1. Ils l’ont déjà fait !


Mais la première raison d’y croire est simplement factuelle : l’an passé, le Stade Rochelais a roulé sur le Leinster à Marcel-Deflandre, au stade des demi-finales (32-23). Le score était presque flatteur pour les Irlandais, qui s’étaient fait rouler dessus après dix bonnes premières minutes. La Rochelle a montré qu’en dominant en conquête et sur les impacts, le Leinster devenait une équipe fébrile et prenable.

L’enjeu sera donc de rééditer la même performance, sur 80 minutes cette fois, pour espérer avoir une chance. La Rochelle semble moins en forme qu’il y a un an, et vice versa pour le Leinster, mais à coeur vaillant rien d’impossible !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.