Les Tops et les Flops d’Ecosse – Ukraine (1-3) : La Tartan Army sans inspiration, l’Ukraine en finale.

À Hampden Park, l’Ukraine s’est imposée face à l’Écosse. Mais tout n’a pas été parfait pour les hommes d’Oleksandr Petrakov! Voici les tops et les flops du Club 115 !

Les Tops

Le jeu sur les ailes de l’Ukraine :

L’attaque ukrainienne s’est majoritairement concentrée sur les ailes. Dès les débuts de la rencontre on pouvait constater un focus sur le flanc gauche grâce Tsygankov. Aaron Hickey et Scott McTominay, considérés comme les points faibles de l’équipe écossaise, étaient la cible des attaques ukrainiennes grâce à des appels en profondeur et des transversales pour renverser le jeu. Du côté droit de l’attaque, Yarmolenko utilisait sa vitesse pour créer des problèmes au sein de la défenses écossaises. Ses courses séparaient les défenseurs et créaient d’autres ouvertures autre part sur le terrain.

Il marque d’ailleurs le premier but ukrainien grâce à un très bon appel en profondeur où il n’est pas hors jeu grâce à Hanley qui est pas aligné avec le reste de la défense. Il finit l’action avec un lob en deux touches au-dessus de la tête de Gordon. Yarmolenko et Tsygankov sont tous les deux remplacés (par Mudryk à la 72e puis Zubkov à la 78e) pour apporter de l’énergie et continuer à exploiter les faiblesses adverses.

Le titan Craig Gordon :

Les trois buts concédés à domicile sont loin d’être un point positif pour l’Écosse. Pourtant sans son gardien, Craig Gordon, le match aurait pu être beaucoup plus désastreux. Le vétéran de 39 ans a sorti d’énormes arrêts tout au long de la rencontre, notamment à la 7e minute sur une demi-volée de Tsygankov après une erreur défensive de Cooper et de Hanley qui laisse filer le ballon dans la surface. On peut aussi souligner son magnifique double arrêt à la 16e minutes quand il sauve le ballon sur la ligne après une frappe à bout portant de Yarmolenko.

La victoire Ukrainienne :

Un beau résultat pour une nation ravagé par la guerre. Les Ukrainiens ont su rester calmes (malgré quelques fautes évitables) et remporter un match important pour leur pays. Ils ne sont à plus qu’une victoire d’une qualification à la coupe du monde au Qatar. S’ils arrivent à battre le Pays de Galles le 05/06/22 ils apporteront une lueur d’espoir au peuple ukrainien.

Les Flops :

Une première mi-temps écossaise désorganisée :

Le match s’est joué en deux parties distinctes, de la 1ère à la 55e minute puis de la 55e minute à la 95e. Steve Clarke a choisi d’entamer cette rencontre avec une variante de son dispositif habituel. Un 3-4-1-2 qui passe en 5-3-2 en phase défensif. Dans les premières 15 minutes l’Écosse dominait le ballon, mais très vite l’Ukraine à su s’adapter. Le manque de pressing, l’espace entre la défense et l’attaque et le peu de combinaison rapide ont permis à l’Ukraine de s’organiser calmement et de marquer deux buts (un premier à la 33e minute puis un deuxième à la 49e). Ce n’est qu’après ce deuxième but que les hommes de Steve Clarke se sont réveillés. Ils sont passés à un 4-5-1 avec McTominay qui rejoint le milieu de terrain. Ce changement leur a permis de créer le surnombre au milieu du terrain et d’enchainer des passes vers l’avant. Mais c’était trop peu trop tard.

Dykes et Hickey :

L’attaque du « Tartan Amy » se concentrait sur des centres vers Lyndon Dykes, une stratégie qui ne c’est pas montrée efficace. Dykes n’apporte rien au jeu à part sa présence aérienne et a donc empêché le reste de l’équipe d’innover et de varier ses attaques. À part un carton jaune à la 45e minute l’attaquant de QPR a été invisible. Son changement à la mi-temps pour Ryan Christie était justifié.

Autre point négatif de l’équipe, le match du jeune Aaron Hickey. Arrière gauche de 19 ans n’a pas su gérer son couloir droit (Clarke a préféré le faire jouer arrière droit à cause du peu de minute de Patterson cette saison). Le défenseur de Bologne a eu du mal à s’organiser avec McTominay et a perdu le ballon à de multiples reprises à cause de ses mauvais contrôles. Il perd aussi son duel de la tête décisive face à Yaremchuk à la 49e minute. Un match à oublier pour l’Écossais.

La défaite écossaise :

L’Ecosse devra attendre 4 ans de plus pour se qualifier à sa première coupe du monde depuis 1998. Malgré leur parcours impressionnant depuis l’euro, la défaite contre l’Ukraine est extrêmement décevante et rappelle une période difficile pour le football écossais. Toute leur attention sera dorénavant sur la ligue des nations et le match contre l’Arménie le 08/06/22.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.