Benoît Paire, les cinq moments d’une moitié de saison ratée

Depuis le début de la saison 2022, Benoît Paire enchaîne les contre-performances. De ce fait, le Français a annoncé sur ses réseaux sociaux faire « une pause tennis pour une durée indéterminée ». Retour sur les cinq moments clés qui l’ont conduit tout droit vers cette décision plus que logique.

Benoît Paire
Un début de saison 2022 horrible pour le Français (© L’Équipe)

Open d’Australie, une défaite pleine d’encouragement

Comme chaque année, la dernière quinzaine de janvier est réservée à l’Open d’Australie. Avant de démarrer ce premier tournoi du Grand Chelem, le natif d’Avignon restait sur deux défaites consécutives depuis le début de saison en autant de tournoi. Une confiance très entachée qui ne l’a pas empêché de réaliser une belle performance.

Pour son premier tour de l’Open d’Australie, le nouveau 80e mondial s’est difficilement défait du Brésilien Thiago Monteiro en cinq sets (6-4/3-6/7-5/2-6/7-5). Une douloureuse victoire qui deux jours après était effacée avec une énorme performance pour Benoît Paire qui éliminait Grigor Dimitrov (6-4/6-4/6-7/7-6). Bien avant son seizième de finale face à Stefanos Tsitsipas, son séjour à Melbourne était réussi.

Sans véritable pression au moment d’entrer sur le court, le Français tient tête à l’ancien numéro 4 mondial, Stefanos Tsitsipas. Malgré la perte des deux premiers sets (6-3/7-5), il parvient à remporter le troisième au tie-break (sept points à deux). Même s’il finira par perdre le match (6-3/7-5/6-7/6-4), Benoît Paire aura montré un visage plein d’espoir.

Un OA qui promettait une belle saison (© L’Équipe)

En trois rencontres, il n’aura commis que 31 doubles fautes. Cette statistique aura son importance pour la suite.

Indian Wells et les quatre balles de match ratées

Pour son entrée en lice dans le tournoi le 11 mars dernier, Benoît Paire était opposé au modeste allemand, Dominik Koepfer. Avant cette rencontre, le joueur de 33 ans restait sur cinq défaites consécutifs. L’Allemand se situe aux alentours de la 100ème place mondial. Un adversaire sans encombre pour le Français s’il était en pleine confiance.

Après un premier set maitrisé (6-2),le vainqueur de l’ATP de Lyon en 2019 réalisait le break dans la seconda manche et s’apprêtait à servir pour le match. L’Avignonnais semblait tout proche d’une première victoire depuis plus d’un mois. Mais Benoît Paire a fait du Benoît Paire.

Le mental commençait déjà à lâcher pour Benoît Paire (© Getty Images)

Auteur d’un nombre incalculable de grossières erreurs, le Français a gâché quatre balles de match sur son service pour ensuite concéder deux breaks de suite, synonyme de perte du deuxième set. Une frustration qu’il a exprimé sur le court à l’entame de la dernière manche. Etonnement, Benoît Paire n’a pas totalement perdu pied dans le troisième set mais finira par s’incliner (2-6/7-5/6-4) et monte son nombre de matchs sans victoires à six.

Symbole d’un début d’agacement, il a commis sur ce seul match 15 doubles fautes soit un peu moins de la moitié que lors de ses trois matchs à Melbourne.

Un tournoi Challenger sans réussite

Suite à ses défaites respectives, le Français décide, comme chaque joueur en perte de confiance, de passer par la case Challenger. A presque 400km d’Indian Wells, se trouve la ville de Phoenix. C’est là où le joueur d’un mètre quatre-vingt seize dispute son premier tournoi Challenger de l’année, une semaine après sa dernière défaite face à Dominik Koepfer.

Se classant au 53ème rang ATP à l’ouverture du tournoi, Benoît Paire démarre avec l’étiquette de tête de série numéro un et donc de favori. Un statut qu’il tient dès son premier match face à Emilio Nava (243ème). Une victoire acquise sans difficulté en deux sets (7-5/6-2). Une victoire face à un jeune joueur qui redonne (normalement) confiance.

Malheureusement, sa défaite lors des huitièmes de finale face au Moldave Radu Albot, ancien 39ème mondial, lui remet un coup sur la tête. L’actuel 121ème à l’ATP n’est pas le plus coriace du circuit mais il demeure toujours difficile à affronter. Malgré la perte du premier set (6-2), le Français reprend confiance et remporte le set suivant (6-4). Puis, il repart (encore) dans ses mauvais démons.

Benoît Paire a sous estimé le Moldave (© AFP)

Même s’il ne sert pas pour le gain du match comme à Indian Wells, le Français possède un break d’avance dans le dernier set et sert pour mener cinq jeux à trois. Alors qu’il semblait prendre le dessus sur le Moldave, le Français de 33 ans concède son service au bout de la cinquième balle de break. Un mental friable qui lui fit perdre encore une fois le match (6-2/4-6/7-5). Au total, il aura commis sept doubles fautes dont cinq dans le dernier set. Lorsque Benoît Paire accumule les fautes directes et les doubles fautes, il devient méconnaissable.

Une nouvelle défaite d’entrée

A la mi-avril, Benoît Paire affronte le Sud-Coréen Soonwoo Kwon pour la deuxième fois de la semaine. Avant cet affrontement, le Français restait sur huit tournois ATP consécutifs sans passer le premier tour. Une série qui montre les difficultés du Français depuis sa défaite à l’Open d’Australie.

Une semaine auparavant, le Français s’était incliné en deux sets à Barcelone face au Sud-Coréen (6-4/6-4). La semaine suivante, même son de cloche. Nouvelle défaite en deux sets face au même adversaire (6-4/7-5) à Estoril. Cette fois-ci, le plus âgé des deux joueurs a eu des occasions mais a encore manqué de concentration à ce moment.

Tête baissée, le Français accumule les échecs (© Reuters)

Breaké à quatre jeux partout, le Français voyait son adversaire servir pour le gain du premier set. Un jeu de service où il s’est procuré quatre balles de break en menant 0-40. Le moins que l’on puisse dire c’est que le Sud-Coréen a surtout profité des fautes directes de son adversaire que sur sa qualité de jeu lors des ces points. Premier gros moment frustrant dans ce match.

La reprise du deuxième set était bien meilleure avec un break réalisé pour mener deux jeux à zéro. Comme à son habitude, Benoît Paire décrit et cède son service sur le jeu suivant. Un peu plus tard, le Français va dégoupiller. Il menait cinq jeux à quatre lorsque Soonwoo Kwon s’apprêtait à servir pour recoller à cinq jeux partout. Comme si c’était écrit, l’Avignonnais mène 0-40 et se procure quatre balles de break comme au premier set. A la différence que celles-ci sont également des balles de set.

Le modèle reste le même, il les gâche et voit son adversaire recoller au score dans le second acte. Frustré, notre Français offre (presque) son service à son adversaire qui derrière remporte sa mise en jeu pour s’adjuger le match (7-5/6-2).

Nous sommes, à ce moment, à un mois de Roland-Garros et le moral de Benoît Paire est au plus mal.

Roland-Garros comme coup de massue

Avant son entrée en lice sur la terre battue parisienne face à Ilya Ivashka, l’Avignonnais restait sur treize défaites sur ses quatorze dernières rencontres dans le tableau principal d’un tournoi ATP. Sa seule victoire a été enregistrée une semaine avant le deuxième Grand Chelem de l’année. Une victoire difficile en trois sets face à Emil Ruusuvuori (7-5/5-7/6-4) à Genève.

A Roland-Garros, tout est possible pour le Français mais là encore, les difficultés sont réelles. En moins d’une heure trente, le Français se retrouve mené deux sets à zéro face au Biélorusse malgré une interruption la vieille (6-3/1-2) à cause de la pluie. Le voilà proche d’une élimination dès le premier tour.

Alors que rien n’allait dans son sens, soutenu par le public du Simonne-Mathieu, le numéro 7 français parvient à réduire l’écart en remportant très largement le troisième set (6-1). Lors de ce troisième set, son taux de première balle était supérieur à celui des autres sets (59%) et son nombre de doubles fautes a considérablement baissé (deux contre sept pour les deux premiers). L’exploit était-il en marche pour le Français de 33 ans ?

Benoît Paire a encore fait des siennes à Roland Garros (© L’Équipe)

Il n’en était rien, comme depuis le début de la saison, il nous refait un scénario que lui seul peut créer à volonté. Dans le quatrième set, Benoît Paire mène 40-0 sur son service et se procure donc trois balles de set. La chanson vous la connaissez, il ne conclut pas et se fait débreaker dès la première occasion adverse. Ensuite, il cède à nouveau son service et le match (6-3/7-5/1-6/7-5).

Souvenez vous à l’Open d’Australie, il avait commis 31 doubles fautes en trois rencontres. A Roland-Garros il en a commis sept de moins (24) mais en seulement une rencontre. Le Benoît Paire du milieu des années 2010 qui a réussi à atteindre le 18ème place mondiale semble très très loin.

Après les échecs sur dur et sur terre battue, le Français a tenté sa chance sur herbe mais sa défaite au premier tour face à Lorenzo Sonego (7-5/6-2) avec un premier set à l’image de la saison l’a contraint à se retirer du tennis. Même si lui-même ne sait pas quand il reprendra, ne serait-ce pas le début de la fin de carrière de Benoît Paire ? Lui qui déclarait se rendre dans les trounoirs juste pour l’argent. Affaire à suivre…

Quand reverra-t-on ce visage chez le Français ? (© AFP)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.