La Salernitana, les cinq symboles d’un maintien historique

Cela fait plusieurs semaines que le championnat italien est parti en vacances. Dans ce sprint final, la Salernitana a réussi l’exploit de se maintenir. Voici les symboles de ce maintien miraculeux.

Il l’ont fait ! (© AFP)

L’arrivée de Franck Ribéry

Fraichement promu en Serie A, la Salernitana décide d’apporter de l’expérience à son effectif. C’est dans cette optique que Franck Ribéry débarque à Salerne le 6 septembre dernier. L’ex numéro 7 du Bayern Munich venait de passer deux saisons dans l’élite italienne avec la Fiorentina. Deux années où il aura été décisif à quatorze reprises en 51 rencontres. Suffisant pour convaincre les dirigeants et Fabrizio Castori (entraîneur à ce moment) de l’accueillir librement. 

En globalité, l’apport du Français cette saison sur le terrain ne s’est pas montré très concluant avec seulement trois passes décisives à son actif. Cependant, en dehors Franck Ribéry s’est montré exemplaire et a aidé son équipe à se maintenir. Preuve de son implication, il a été prolongé d’une saison supplémentaire avec les Granata suite au maintien du club.

Avoir Franck Ribéry dans son effectif est un atout (© Getty Images)

Le rachat par Daniele Iervolino

C’est sans doute l’un des plus points de départs des joueurs de Salerne. En proie à des difficultés économiques, la Salernitana a eu l’autorisation de monter en Serie A lors de cette saison 2021-2022. En contrepartie, le club devait se trouver un nouveau propriétaire avant le 1er janvier 2022 à minuit.

Cette situation a sans nul doute eu un lien sur le niveau de jeu affiché par les joueurs lors de la première partie de saison. Joué avec une menace de rétrogradation économique avant même la fin de l’année n’est pas une mince à faire. L’espoir d’un maintien renaît fin décembre 2021. Le club est alors englué à la 20e place du championnat avec 10 points de retard sur le premier non reléguable.

Voici le sauveur de Salerne (© Gazzetta del Sud)

Par miracle, un homme, Daniele Iervolino, devient officiellement le propriétaire de la Salernitana quelques minutes avant la l’heure butoir. Un rachat qui se fait vite ressentir quelques semaines après.

Un mercato hivernal dantesque

Et oui ! Le rachat du club se fait juste avant le début du mercato hivernal. Durant cette période, le club est dans l’obligation de se renforcer pour avoir une petite chance de se maintenir. De nombreux joueurs ont acceptés de venir en prêt dans cette mission commando. 

Parmi ces arrivées, on retrouve Luigi Sepe, Federico Fazio, Simone Verdi ou encore Diego Perotti. Le premier cité est venu prendre la place du gardien titulaire jusque-là, Belec. Le Bosniaque réalisait une première saison catastrophique. On veut bien lui accorder que sa défense ne l’a pas aidé mais il a été coupable de plusieurs boulettes. Cette saison il a encaissé en moyenne 2,08 buts/match contre 1,3 pour le gardien italien, bien aidé (ou non) par le recrutement de Federico Fazio.

Le gardien italien a tenu les rangs (© Transfermarkt)

Entre les deux attaquants Simone Verdi et Diego Perotti, le constat est sans appel. L’attaquant italien a sauvé son équipe à plusieurs reprises pendant que son compère argentin a raté un pénalty qui aurait pu coûter la descente en Serie B. Heureusement, Diego Perotti pourra se reprendre la saison prochaine ici-même à Salerne.

Le départ de Stefano Colantuono

Malgré un début de seconde partie pleine de promesses, les dirigeants de la Salernitana décident de limoger un deuxième entraîneur. Venu remplacé Fabrizio Castori en début de saison, Stefano Colantuono est à son tour remplacé le 15 février dernier par Davide Nicola. 

Le bilan de l’entraîneur italien avant son départ était de 3 victoires 3 nuls et 12 défaites. Des résultats très en deçà combinés à un jeu très pauvre malgré un recrutement massif l’hiver dernier.

Même si l’effectif de Davide Nicola était supérieur à celui de son prédécesseur, il n’empêche que le bilan comptable lui est nettement supérieur. Sous les ordres de Stefano Colantuono, le club tournait à une moyenne de 0,3 but/match contre 1,1 avec Davide Nicola. Le groupe est devenu d’un coup devenu solidaire et c’est sans doute ce qu’il fallait à cet effectif pour se maintenir.

La victoire face à l’Udinese

A un mois de la fin du championnat, la Salernitana disputait son match en retard de la 19e journée face à l’Udinese. Une rencontre qui au départ était donné gagnant au Zebrette sur tapis vert. Au final, pour le plus grand bonheur des Granata, les instances ont décidé de décaler le match au 20 avril 2022.

Quatre jours avant d’affronter l’Udinese, les coéquipiers de Federico Fazio avait créé une sensation en venant à bout de la Sampdoria (2-1). Ce succès venait mettre un terme à une série de onze matchs sans victoire. C’est avec le plein de confiance que les visiteurs sont entrés sur la pelouse.

Après une première période compliquée offensivement, les hommes de Davide Nicola remontent (un peu) la tête et se projette plus facilement sur les cages de Marco Silvestri. Laissant tout de même la possession à leurs adversaires. Une situation que les joueurs de Salerne ont connu toute la saison.

Encore une recrue qui sauve les Granata (© Getty Images)

Alors que l’on se dirigeait tout droit vers un match nul et vierge. L’attaquant italien Simone Verdi, entrée en jeu cinq minutes avant, change le cours du match et ouvre le score quelques minutes avant le coup de sifflet final. Une victoire qui permet à la Salernitana de croire à un possible maintien.

La suite vous la connaissez, le club enchaine les bonnes performances et se sauve in extremis. Le souhait des dirigeant est exaucé, la Salernitana continuera au minimum une saison de plus en Serie A. Il faudra considérablement se renforcer pour la saison prochaine. 

A l’image d’une Serie A haletante, le club de Salerne nous a offert un merveilleux finish. La fête est passée, les vacances sont arrivées. Un repos bien mérité pour cet effectif. Dès la reprise, les joueurs prêtés seront retournés dans leur club respectif. Il faudra alors recruter malin. Pour l’heure, Messieurs, profitez de vos vacances.

Une reprise sans Federico Bonazzoli (10 buts) qui retournera à la Sampdoria (© Reuters)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.