Top 14 : l’équipe-type des demi-finales

Qualifiés en finale, Castrais et Montpelliérains sont sur-représentés dans notre équipe-type des demi-finales du Top 14.

Jan Serfontain a neutralisé Matthieu Jalibert

15. Julien Dumora (Castres)

Si Thomas Ramos a manqué de précision face aux perches, son homologue castrais, Julien Dumora est l’un des grands hommes de la qualification du CO. Comme à son habitude, le Béarnais a réussi une prestation solide, que ce soit dans le jeu courant comme dans le jeu d’occupation et sous les ballons hauts. Son essai de la qualification, à la 77ème minute, sublime sa performance.

14. Arthur Vincent (Montpellier)

Quel plaisir de revoir l’international français sur les terrains, après sa terrible blessure survenue lors de la cinquième journée contre La Rochelle. S’il n’avait rejoué que 17 minutes, contre Clermont il y a deux semaines, le natif de Mauguio a disputé l’intégralité de la rencontre contre l’UBB. Pas une maigre performance au regard de l’intensité du match. Vincent a souvent réussi à gagner ses duels et a montré qu’il était plus que jamais en mode guerrier sur son aile. Un super joueur !

13. Geoffrey Doumayrou (Montpellier)

À 32 ans, Geoffrey Doumayrou a apporté son expérience à la ligne de trois-quarts montpelliéraine. Déterminé, l’ancien rochelais a été solide en défense (6 plaquages réussis). S’il n’a pas eu d’éclair, il a livré la meilleure prestation des demi-finales à son poste.

12. Jan Serfontain (Montpellier)

Très grosse performance du Sud-Africain face à Bordeaux-Bègles. Très rugueux en défense, c’est notamment à la suite de son caramel que Vincent Rattez a inscrit l’essai montpelliérain du match. Par sa puissance, Serfontain a participé à mettre son équipe dans l’avancée et à empêcher l’UBB de gagner la ligne d’avantage.

11. Matthis Lebel (Toulouse)

Malgré la défaite du Stade Toulousain, Mathis Lebel a inscrit un essai de toute beauté (bien que peut-être entaché d’un en-avant). En jambes, l’ailier international a surnagé au sein d’une ligne de trois-quarts toulousaine en difficulté face aux montées inversées des castrais. Moins en vue cette saison, Lebel a rappelé qu’il avait le potentiel pour être une grand joueur de notre championnat.

10. Benjamin Urdapilleta (Castres)

Excellent au pied (5/5) depuis n’importe quelle partie du terrain, l’ouvreur tarnais a porté son équipe vers la victoire. Sa superbe initiative au pied, qui a aboutie sur l’essai de Julien Dumora, souligne une fois de plus à quel point l’Argentin est le maître des horloges du côté de Castres. Il sera un élément majeur du CO en finale.

9. Santiago Arata (Castres)

Si le demi de mêlée géorgien du MHR, Gela Aprasidze, a réussi les deux pénalités de mammouth du week-end pour enfoncer le clou face aux Girondins, la performance de Santiago Arata est encore plus belle. Outre son essai de filou, l’Uruguayen a incarné l’esprit castrais face à Toulouse, distribuant caramels et bons ballons. La relève de Rory Kockott est assurée.

8. Zack Mercer (Montpellier)

La recrue de l’année du MHR a assumé son statut face à l’UBB. Très rugueux, dur à plaquer, l’Anglais a systématiquement avancé ballon en main. Fort de ses 53 mètres gagnés, il a aussi très bien joué le coup sur l’essai de Rattez. En défense, il a participé activement a rendre inefficace l’attaque de l’UBB. Excellent joueur.

7. Nick Champion De Crespigny (Castres)

L’Australien a disputé l’intégralité de la rencontre face au Stade Toulousain. Très fort en défense, présent en touche, il a répondu présent pour endiguer les vagues toulousaines avec l’ensemble de ses partenaires. Lui aussi recruté l’été dernier, il rendu la confiance que le club lui avait accordée tout au long de la saison.

6. Anthony Jelonch (Toulouse)

Avec ses 15 plaquages réussis face au CO, Anthony Jelonch a répondu présent contre son ancien club. L’international français regrettera de ne pas connaître sa première finale avec le Stade Toulousain, mais n’a rien à se reprocher. Au terme d’une saison longue et éreintante, Jelonch a de nouveau répondu présent dans le combat, son domaine de prédilection.

5. Tom Staniforth (Castres)

Tom Staniforth est l’un des grands hommes de ce week-end. A l’image de sa saison, l’Australien a lui aussi incarné l’esprit tarnais avec une performance XXL contre Toulouse. Indispensable en touche, omniprésent en défense et dans les rucks, il fait partie de ces deuxièmes lignes capables de porter le ballon sans fléchir. Une poutre qui correspond parfaitement aux besoins du CO.

4. Florian Verhaeghe (Montpellier)

A 25 ans, l’ancien toulousain continue de prendre une dimension intéressante en enchaînant les bons matchs. Sur ces demi-finales, il gagne sa place dans l’équipe type grâce à ses 11 plaquages réalisés. Fort en touche et relativement mobile, Verhaeghe a assuré !

3. Mohammed Haouas (Montpellier)

Solide en mêlée, l’international français a tenu son rang face à Thierry Paiva, puis Jefferson Poirot. Sorti à la 70ème minute, Haouas et ses neuf plaquages ont contribué à éteindre l’UBB tout au long du match.

2. Gaëtan Barlot (Castres)

Sur la lancée de sa saison, Gaëtan Barlot a brillé contre le Stade Toulousain et a même pris le pas sur Julien Marchand. Si son activité et sa puissance ont été de précieux atouts dans la manche de Pierre-Henry Broncan, ses lancers en touche ont souvent été très précis, permettant à Castres de maîtriser ce secteur de la conquête.

1. Lamositele (Montpellier)

Avec 15 mètres gagnés en 63 minutes jouées, l’international américain a clairement été le pilier gauche le plus influent des deux confrontations. Fort en mêlée, son duel avec Wilfrid Hounkpatin sera très intéressant à suivre en finale !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Bloqueur de publicité détecté !

Aidez-nous à continuer notre activité en désactivant votre bloqueur de publicité ! La publicité fait vivre le site, ne nous laissez pas mourir.