Morgan Parra, les adieux au peuple jaune et bleu. Retour sur l’histoire du « gamin teigneux »

Après 13 ans de bons et loyaux services, la légende clermontoise quitte le stade Marcel-Michelin pour rejoindre la capitale la saison prochaine. Son leadership et son talent ont marqué d’une trace indélébile l’histoire de l’ASM. Voici les clés de l’union entre un club et son champion.  

les adieux de Morgan Parra le 5 juin dernier lors de son dernier match avec le club clermontois. (Richard BRUNEL/ LaMontagne)

Un talent à épanouir et un caractère à contenir

En provenance de Bourgoin-Jallieu où il a joué son premier match en première division le 18 novembre 2006, Morgan Parra arrive en Auvergne en 2009 avec l’insouciance et la teigne d’un joueur de 20 ans.

Un caractère qui lui permettra de devenir un grand joueur dans la suite de sa carrière mais qui lui a aussi fait défaut lors de son arrivée dans le vestiaire déjà bien rempli de l’ASM.

En effet, les débuts de Morgan Parra au sein de l’effectif clermontois étaient loin de prédire une idylle, mais avec le soutien et la confiance de Vern Cotter (manager de l’époque), le jeune joueur qu’il était a su se faire une place sur le terrain en prenant ses responsabilités, jusqu’à son rôle déterminant lors du titre de Champion de France 2010.

Devenu le petit protégé du public clermontois grâce à ses bonnes performances, celles-ci lui ont également permis de gagner la confiance d’Aurélien Rougerie et les siens. 

Morgan Parra faisant sa place parmi les grands noms de l’ASM, ici Elvis Vermeulen, Thomas Domingo, Aurelien Rougerie et Thibaut Privat (de gauche à droite) – (l’Equipe)

Par la suite, avec sa patte gauche et son style bien à lui, Morgan Parra s’est fait une place jusqu’à Marcousis. Alors qu’il a connu sa première titularisation en 2008, lors du tournoi des 6 nations face à l’Ecosse, il devient rapidement une menace pour Dimitri Yachvili, alors titulaire au poste de numéro 9.

Protagoniste incontestable du Grand chelem 2010, la concurrence au poste de demi-de-mêlée affole le petit monde du rugby au préalable de la Coupe du Monde en Nouvelle-Zélande.

Marc Lièvremont tranche, Parra jouera 6 matchs sur 7 en tant que titulaire dont 5 au poste d’ouvreur, bien aidé par le destin (blessure de David Skrela) et les mauvaises performances de François Trinh-Duc.

Revenu en Auvergne avec des yeux aux couleurs de son club, le clermontois sortira grandi de cette expérience internationale.  

De Brock James à Camille Lopez, une histoire de paire

En club, Morgan Parra prend ses marques et enchaine les titularisations. Bien qu’il ait été associé à 18 ouvreurs différents au cours de sa carrière en jaune et bleu, c’est avec Brock James que nait l’alchimie et la magie l’année du titre de 2010.

Une charnière d’une fidélité rare dont l’union durera 6 ans, se terminant avec le départ de l’Australien à La Rochelle en 2016. Cependant, c’est avec Camille Lopez que Morgan Parra va battre le record d’association à la charnière du club montferandais en comptabilisant 129 matchs disputés ensemble dont 92 titularisations.

Une complicité sur le terrain issue d’une amitié en dehors, qui emmènera le club jusqu’au Bouclier de Brennus en 2017 après de nombreuses désillusions en finales les années précédentes. 

Des chiffres impressionnants qui peuvent s’expliquer par la bonne santé de Morgan Parra, rarement blessé, son leadership. Véritable meneur d’Hommes, le taulier de l’effectif clermontois comptabilise plus de 300 matchs sous le maillots jaune et bleu. 

Les deux joueurs emblématiques de l’ASM quittent le club la saison prochaine, Camille Lopez a signé à Bayonne quant à Morgan Parra il s’est engagé avec le Stade Français. (Richard Brunel / LaMontagne)

Toujours en jambe ?

Les chiffres parlent souvent d’eux-mêmes alors pourquoi déroger à la règle ? Lors de cette saison 2021-2022, le clermontois a battu un des rares records qu’il ne détenait pas déjà : celui du nombre de pénalités réussies en série.

En effet, à 48 reprises, le demi-de-mêlée a passé le ballon entre les perches sans flancher, dépassant son ancien compère de la charnière Brock James, qui détenait le record avec 41 pénalités. Cette série impressionnante s’est effectuée sur 9 mois, débutant le 3 février 2021 et prenant fin 23 octobre face à Pau. Un record spectaculaire qui montre que le champion de 33 ans en a encore sous le pied. 

C’est avec le Stade Français que le joueur originaire de Metz à décider de continuer l’aventure malgré une offre du club clermontois. Morgan Parra se dit prêt à découvrir un style et une mentalité différente, et rassure ses détracteurs : il n’ira pas en pré-retraite « tranquille » ! 

Nous pouvons compter sur le perfectionnisme du demi de mêlée, qui pour se rassurer aura un premier match au stade Jean Bouin à appréhender, le 2 septembre prochain, en première journée du Top14 contre un club qu’il connait bien…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :