Moto GP, Récap de mi-saison : Repsol Honda, du début encourageant au cauchemar

Marc Márquez et Pol Espargaró sont arrivés avec une nouvelle moto totalement différente et des ambitions très élevées. Néanmoins, après un début de saison encourageant, celle-ci vire au cauchemar et les chutes s’enchaînent…

Repsol Honda 2022
Les deux pilotes Honda officiels @MotoGP

Nouvelle moto et début prometteur

Repsol Honda Team a présenté en début de saison une toute nouvelle moto. Du moteur au châssis en passant par l’électronique, tout a changé. Même à l’oeil nu, la RC213V est complétement différente avec un nouveau carénage, une prise d’air ressemblant à la Yamaha et des ailerons innovants. Le but de l’écurie de Marc Márquez : améliorer le grip à l’arrière de la moto et ainsi permettre aux autres pilotes Honda de pouvoir maîtriser cette moto.

L’optimisme était donc de mise chez la Honda Racing Corporation (HRC), comme l’a expliqué le directeur de la HRC Tetsuhiro Kuwata lors de la présentation de la moto en début de saison : « Je peux vous garantir que nous avons comblé nos points faibles. Notre objectif reste de gagner le championnat« .

Les essais de présaison et la première course au Qatar ont confirmé cet optimisme. Les essais hivernaux se sont très bien déroulés pour la firme nippone et notamment sur le nouveau circuit de Mandalika en Indonésie. Les pilotes officiels Honda ont terminé avec le premier et le troisième meilleur temps à la fin de la dernière journée d’essais. Le premier Grand-Prix de la saison au Qatar a renforcé les impressions des essais de pré-saison. Auteurs de bonnes qualifications, les pilotes Repsol Honda ont mené le peloton une bonne partie de la course et ont terminé troisième pour Espargaró et cinquième pour Márquez. Malheureusement, la suite de la saison ne sera pas du même acabit.


Mandalika, le premier coup d’arrêt

Le crash de Marc Marquez pendant le Warm-up indonésien.

Après le premier Grand-Prix de la saison, le rendez-vous de Mandalika s’annonçait sous les meilleurs auspices. Surtout au vu des tours réalisés par les pilotes Honda pendant la pré-saison. Néanmoins le week-end indonésien a tourné au cauchemar et à l’effroi pour l’équipe. Passé par la Q1, Marc Márquez a chuté deux fois pendant cette séance. Cependant le plus gros crash est intervenu pendant le Warm-up où le pilote espagnol a littéralement détruit sa Honda en faisant lui-même un vol plané sur plusieurs mètres à plus de deux mètres de hauteur. Miraculeusement, le pilote Honda ne s’est pas blessé. Cependant il n’a pas participé à la course.

Le dimanche, un torrent s’abat sur le circuit de Mandalika et le départ est retardé. Donné une heure plus tard sur une piste toujours humide, l’autre pilote Honda, Pol Espargaró traverse cette course dans le milieu du classement. Seule une chute rattrapée de justesse sur la ligne droite de départ/arrivé a marqué sa course. Il a fini à la douzième place. Cette course marque le premier gros accident et le premier week-end raté de l’équipe.


Marc Márquez toujours le seul pilote Honda performant

Marc Marquez rattrape une chute a Jerez pour son meilleur résultat de l’année @MotoGP

Pour Honda, l’objectif de cette année était de créer une moto que chaque pilote puisse exploiter. Malheureusement ce n’est toujours pas le cas. Marc Márquez est encore le seul qui peut maîtriser la Honda. Cette année, elle se conduit avec l’arrière. Alors que depuis l’arrivée de l’Espagnol en catégorie reine, la Honda a toujours été une moto qui se conduisait avec l’avant. Donc, avec une moto qui ne convient pas à son style de pilotage, Márquez réussit à être le plus rapide des pilotes Honda. En outre, cette moto n’a pas la niveau des Ducati ou des Aprilia.

Marc Márquez a bien tenté quelques coûts d’éclats. Le premier au Grand-Prix des Amériques où le « gouverneur du Texas » comme on l’appelle a déjà gagné 7 fois. Sur le circuit d’Austin, le pilote espagnol rate son départ à cause d’un problème électronique et repart dernier. Cependant, au prix d’une remontée exceptionnelle, le pilote espagnol termine la course en sixième position. Le deuxième, à Jerez, où après un début de week-end difficile, le pilote Honda se qualifie cinquième et termine la course quatrième après une bataille avec Jack Miller et Aleix Espargaró et une nouvelle chute « rattrapée » dont lui seul à le secret.


Le cauchemar des derniers Grand-Prix

La descente aux enfers des pilotes Honda a réellement commencé en Italie. Dans une séance de qualifications pluvieuse Marc Márquez a encore chuté. Cette chute est celle de trop pour l’octuple champion du monde. Il s’est fait opérer de l’humérus droit (quatrième opération) quelques jours après ce week-end italien, mettant fin à sa saison. Depuis le Grand-Prix d’Italie, l’équipe Repsol Honda n’a pas marqué un seul point. Le meilleur résultat, une seizième place pour le troisième pilote de l’équipe Stefan Bradl en Allemagne.

Pour Pol Espargaró, cette mi-saison s’est achevée sur une double chute en Allemagne dont la deuxième est un high-side ce qui fait passé le pilote au-dessus de la moto. Cette chute est aussi celle de trop et le frère d’Aleix a renoncé à participer au Grand-Prix des Pays-Bas.

Le High-side de Pol Espargaró en Allemagne @automoto

Malgré une nouvelle moto, la saison de Repsol Honda tourne au cauchemar avec des chutes et de la malchance. À la mi-saison, l’équipe occupe la neuvième place au classement des écuries avec 100 points. Marc Márquez est treizième avec 60 points et Pol Espargaró dix-septième avec 40 points. Il est temps que la saison se termine pour l’équipe Japonaise et qu’elle retrouve Marc Márquez.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :