5 espoirs anglais en passe de bousculer la hiérarchie

À la peine depuis le mondial 2019, le XV de la Rose est à la recherche d’un second souffle qui pourrait passer par sa jeunesse. Voici cinq espoirs anglais en passe de prendre du gallon sous Eddie Jones.

Tommy Freeman au contact face au Racing 92. Crédit photo : Skysports

Henry Arundell (20 ans, London Irish)


Assurément le joueur à suivre lors de la prochaine saison en Premiership Rugby. Il s’est fait un nom au cours du huitième de final retour de Challenge Cup contre Toulon au stade Mayol en inscrivant un essai de près de quatre-vingt dix mètres.

Véritable relanceur et adepte du rugby d’évitement, sa rapidité et ses crochets dévastateurs en font un joueur hors norme. Habile au jeu au pied, ce jeune arrière de vingt ans a marqué sept essais en 14 matchs (toutes compétitions confondues) avec les London Irish, même si la régularité sera la clé de sa progression.

Appelé pour la tournée du XV de la Rose en Australie, il a inscrit son premier essai lors de sa première apparition et durant le premier match, perdu par les Anglais (28-30). Barré par Freddie Steward, il pourrait se faire une place à l’arrière l’année prochaine avant, peut-être, de prétendre à une place de titulaire dans le XV de la Rose pour la prochaine coupe du monde en France.

Crédit vidéo : Top Rugby, France 4, YouTube

Alfie Barbeary (21 ans, London Wasps)


Ce talonneur de formation aux mensurations imposantes (1,86 m pour 117 kg) s’est fait une place aux Wasps en tant que troisième ligne. Ses percussions sont destructrices et sa capacité à gratter les ballons le rendent précieux. Bien qu’il soit parfois sanctionné, Alfie Barbeary n’a reçu qu’un seul carton jaune et aucun carton rouge sur ses dix huit matchs cette saison, preuve de sa propreté défensive.

D’ailleurs, définir son style de jeu comme celui d’un joueur de contacts serait réducteur. Il est capable de malice, aussi à l’aise dans les feintes de passes que pour les passes après contact. Il est usant pour tous ses adversaires et sa capacité à évoluer aussi bien en talonneur qu’en flanker, en plus des postes de troisième ligne, offre une polyvalence luxueuse à ses entraineurs.

Eddie Jones le considérerait comme le futur talonneur de l’équipe d’Angleterre après l’avoir appelé lors du dernier tournoi des six nations à ce poste, sans pour autant lui offrir sa première apparition avec le maillot blanc. Nul doute que l’année prochaine, les Wasps auront dans leur rang un joueur capable d’imposer sa puissance et de renforcer le pack londonien.

Alfie Barbeary ballon en main, crédit photo : BBC Sport

Jack van Poortvliet (21 ans, Leicester)


Régulièrement sur les feuilles de matchs comme remplaçant de Ben Youngs (27 matchs cette saison dont 12 en tant que titulaire), ce jeune demi de mêlée de 21 ans a remporté la Premiership 2022 avec les Leicester Tigers.

Joueur vif et malin, il peut se muer en finisseur grâce à ses appuis et à sa capacité à être au soutien de ses attaquants proches des lignes.

Appelé lui aussi pour la première fois cet été avec l’Angleterre en Australie, le joueur de Leicester s’était distingué lors du six nations espoirs 2021 en étant élu meilleur joueur du tournoi.

Pour sa première apparition avec le XV de la Rose, il a inscrit un essai (défaite 28-30 face aux Wallabies) avant de connaître sa première titularisation une semaine plus tard (victoire 25 à 17 à Brisbane) pour la revanche des Tests matchs.

Samedi dernier, son entrée fut solide (il a remplacé Dany Care en seconde période). Son rythme permettant notamment à l’Angleterre de s’imposer et de remporter la tournée (victoire 21-17 contre l’Australie).

Jack Van Poortvliet aura profité de ces Tests matchs pour devenir un sérieux concurrent au poste de demi de mêlée. La saison prochaine pourrait lui permettre de continuer sa progression.

Crédit vidéo : Uracco, YouTube

Ollie Chessum (21 ans, Leicester Tigers)


Le deuxième joueur des Leicester Tigers de cette liste est, à n’en point douter, le futur de la deuxième ligne anglaise.

Ollie Chessum a un gabarit impressionnant (2m pour 118 kg) lui permettant d’être un atout considérable en touche. Véritable poison pour la conquête adverse, il est autant capable de contrer les touches que de détruire les mauls des autres équipes.

Sa taille lui permet d’être un danger dans les rucks tandis que son poids en fait une parfaite solution de lancement des offensives de ses formations.

Il gagnerait cependant à accompagner davantage les sorties de mauls ou les « picks and go » (prendre le ballon et avancer sans passe) près de la ligne d’en but afin de devenir plus prolifique en terme de points marqués (un seul essai en vingt-trois matchs cette saison avec les Tigers). Bien que ce dernier point ne soit pas essentiel pour son poste, il deviendrait ainsi une menace à tous les étages.

Cette saison, le polyvalent deuxième ligne a découvert la sélection anglaise durant le dernier tournoi des six nations et a participé aux matchs contre l’Italie (victoire 33-0) et face à la France (victoire 25 à 13 du XV de France qui sacra les Bleus).

Titularisé contre l’Australie lors du dernier match, il se place comme une sérieuse alternative à la paire Itoje/Hill (Courtney Laws étant maintenant placé en troisième ligne), et devrait continuer à grappiller du temps de jeu, avec les champions d’Angleterre comme avec sa sélection.

Tommy Freeman (21 ans, Northampton)


Joueur puissant et solide à l’impact grâce à sa carrure (1m88 pour 89 kg), Tommy Freeman s’est révélé cette année avec les Northampton Saints. Il a pris part à dix-neuf matchs cette saison avec les Saints principalement en tant qu’arrière et a été titularisé lors des deux derniers Tests matchs contre l’Australie en tant qu’ailier.

Adroit dans plusieurs domaines, il excelle dans les percussions et dans les prises d’intervalles. C’est un joueur qui peut passer après contacts et par conséquent faire jouer après lui.

Doté d’un sens du jeu remarquable, il sait faire preuve d’altruisme pour finir les actions tout en jouant intelligemment les offensives, ce qui lui permet d’être un des meilleurs marqueurs d’essai de son équipe (quatorze essais avec Northampton cette saison).

Tommy Freeman est aussi à l’aise dans le jeu au pied et sa puissance permet de soulager sa défense en allongeant le jeu ou d’être à la retombée de chandelles et ainsi mettre la pression sur les équipes adverses. C’est un challenger qui jouera gros l’année prochaine et qui pourrait bien devenir une surprise du XV titulaire d’Eddie Jones et du XV de la Rose.

Reste à voir comment ces cinq joueurs évolueront la saison prochaine, avant d’avoir leur chance en sélection.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :