Bayern Munich : un mercato sur-mesure pour Julian Nagelsmann

L’arrivée du défenseur néerlandais Matthijs De Ligt confirme la volonté des dirigeants bavarois de donner un maximum de flexibilité à Julian Nagelsmann la saison prochaine.

Présentation de l’effectif 2022-2023 à l’Allianz Arena (Getty Images)

Avec le recrutement de Sadio Mané, Ryan Gravenberch, Noussair Mazraoui et Matthijs De Ligt, le Bayern Munich réalise l’un des meilleurs mercato d’Europe jusqu’à maintenant.

La pépite français Mathys Tel (17 ans) et l’inépuisable milieu autrichien Konrad Laimer (25 ans) sont aussi attendus en Bavière dans les prochains jours pour parachever l’oeuvre du board munichois.

Une gestion quasi parfaite de cette fenêtre estivale qui a pour objet de répondre aux exigences du manager Julian Nagelsmann, toujours en recherche de plus de variété dans les systèmes de son équipe, mais aussi de gommer les carences aperçues en deuxième partie de saison dernière.

Jeunesse, flexibilité et dépenses intelligentes

Pour se renforcer, la formation munichoise n’a pas dérogé à ses principes de base en matière économique. Certes, Matthijs De Ligt (67M) représente un très gros investissement à l’échelle de l’histoire du club. Mais les arrivées de Sadio Mané (32M), de Ryan Gravenberch (18,5M) et de Noussair Mazraoui (libre) ressemblent à des coups de maître.

Si à 30 ans Sadio Mané est la recrue le plus âgée, son transfert pour un montant aussi faible au regard de son niveau est une très belle opération. Encore plus pour succéder à Robert Lewandowski, qui pesait 50 buts par saison. Le Sénégalais apporte avec lui sa capacité à évoluer sur tout le front de l’attaque : une qualité très chère à Nagelsmann.

Serge Gnabry et Sadio Mané pourraient former un beau duo en point de l’attaque bavaroise (Getty Images)

Le technicien bavarois a aussi obtenu un renfort au milieu de terrain avec Ryan Gravenberch (20 ans) mais surtout son piston droit tant attendu en la personne de Noussair Mazraoui (24 ans). L’arrivée de Matthijs De Ligt (23 ans) doit étoffer la défense centrale et lui offrir un leader pour combler une certaine perméabilité aperçue quelques fois l’an passé.

Retrouver un équilibre défensif

Pour sa première saison en Bavière, l’ancien manager du RB Leipzig a souvent eu recours dans le classique 4-2-3-1 du FCB, notamment en première partie de saison. Sur la phase retour, son besoin d’expérimenter a pénalisé son équipe, souvent bien trop déséquilibrée et donc friable sur le plan défensif.

Le recrutement doit gommer cela et permettre à Nagelsmann de faire évoluer son Bayern dans plusieurs dispositifs. Le 4-2-3-1 sera assurément de nouveau utilisé, mais devrait régulièrement faire place à un système à trois défenseurs (3-4-3 ou 3-5-2). La défense la plus chère du monde : Hernandez, De Ligt et Upamecano (ou Pavard) suscite beaucoup d’attentes en Bavière.

Souvent juste dans l’analyse des faiblesses de son équipe, la direction bavaroise veut conclure le transfert de Konrad Laimer dans les prochains jours. Le joueur de Leipzig doit incarner le numéro 6 qui a manqué la saison dernière pour soutenir la défense, mais aussi créer du liant avec l’attaque.

Multiplier les options offensives

Pour combler le départ de Robert Lewandowski, le Bayern devra répartir les buts marqués par le Polonais sur les épaules de ses différents attaquants. Une mini révolution guette le club, puisqu’il est en passe d’évoluer sans attaquant de pointe de métier pour la première fois de sa glorieuse histoire.

Julian Nagelsmann pourra compter sur une armada exceptionnelle : Mazraoui et Davies en pistons, Müller en meneur de jeu, Sané, Coman, Musiala, Wanner en détonateurs puis Mané et Gnabry dans un rôle plus axial. Le but : faire combiner ces joueurs ensemble, en leur conférant un maximum de liberté de mouvement sur le front offensif.

Une compo possible pour l’an prochain (Chosen 11)

À titre de comparaison, le Bayern Munich 2022-2023 pourrait se rapprocher de la manière de jouer du Chelsea de Thomas Tuchel, tout en possédant des individualités globalement supérieures à celles des Blues.

Le jeu du Bayern se voudra intense, offensif et varié mais aussi équilibré, tactique et solide… Un cocktail qui devra être impérativement suivi de près !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :