Valentino Rossi et Marc Marquez, les temps forts d’une rivalité électrique

S’ils sont sans nul doute deux des plus grands pilotes qu’ait connu la MotoGP, leur rivalité volcanique a rythmé le monde des sports mécaniques pendant de nombreuses années. Revivez cette rivalité mythique à travers trois moments marquants dans la carrière de Valentino Rossi et Marc Márquez !

Valentino Rossi et Marc Márquez - une rivalité électrique
Une rivalité des plus électriques a opposé Valentino Rossi à Marc Márquez pendant de nombreuses années. ©PaddockGP

Laissez Valentino Rossi et Marc Marquez ensemble sur la piste et ils enflammeront le bitume. À eux deux, ils détiennent la majorité des titres de champion du monde de ces vingt dernières années. Si le règne de l’Italien a commencé dès 2002, il aura fallu attendre onze ans avant de voir l’Espagnol dominer le paddock, souvent au terme de luttes intenses avec le Doctor. Et l’issue aurait pu être dramatique à de nombreuses reprises, l’un et l’autre ayant fini à terre plus d’une fois.

Grand Prix des Pays-Bas 2013

Après des années d’hégémonie sur le circuit, le légendaire Valentino Rossi a dû faire face à un nouveau pilote particulièrement talentueux. Alors champion du monde de Moto 2, Marc Marquez a débarqué en trombes dans la catégorie reine et s’est imposé dès la deuxième manche de la saison sur la piste dont il est aujourd’hui le roi : Austin. Si l’Italien n’était que sixième en Amérique et n’a pas connu de victoire depuis deux ans, il n’a guère tardé à prendre sa revanche lors du Grand Prix des Pays-Bas.

Sous les yeux ébahis de 90 000 spectateurs, le Grand Prix d’Assen a marqué le début d’une lutte aussi sublime qu’électrique entre les deux rivaux. Enfin de retour chez Yamaha après deux ans chez Ducati, Rossi est redevenu le Doctor qu’on aime tant. Parti quatrième derrière Stefan Bradl, Marc Marquez et Cal Crutchlow, l’Italien s’est rapidement imposé comme le plus rapide en piste jusqu’à reprendre l’ascendant et monter à nouveau sur la plus haute marche du podium, juste devant Marc Marquez.

Si cette première lutte entre les deux était des plus cordiales pour le retour à l’avant de Valentino Rossi, toutes ne se sont pas déroulées de la meilleure des manières…

Retour d’une légende et naissance d’un champion. ©GPInside

Grand Prix de Malaisie 2015

« Impossible à pardonner« . Voilà comment résumer cette course malaysienne qui a fait exploser les tensions entre les deux pilotes. Sur le circuit de Sepang, avant-dernière course de la saison, Marc Marquez s’est élancé avec 224 points au classement des pilotes, soit environ 80 points de moins que son grand rival Valentino Rossi. Autant dire qu’à ce stade de la saison, les jeux étaient faits et l’Espagnol était bloqué à la troisième place.

Si Marquez n’était plus capable de se battre pour le titre, la lutte pour le championnat opposait désormais Valentino Rossi à un autre espagnol : Jorge Lorenzo. Seulement, la course de Marquez a été court-circuitée au septième tour en raison de ce que l’on considère aujourd’hui comme l’apogée des tensions entre le Catalan et Valentino Rossi.

Parti en deuxième position devant l’Italien, Marquez a dû concéder sa place à son coéquipier Jorge Lorenzo (parti quatrième), bien plus rapide sur la piste malaisienne. Commençait alors un mano à mano sans merci entre Marquez et Rossi, l’Espagnol bloquant sans cesse son rival afin laisser Lorenzo s’envoler. S’ils se sont dépassés mutuellement une bonne dizaine de fois dans les six premiers tours, le septième a marqué le dépassement de trop.

En voulant dépasser une nouvelle fois son adversaire, Rossi a utilisé une stratégie des plus classiques en MotoGP et élargi sa trajectoire afin de pousser Marquez à freiner. Ce que l’Espagnol a refusé de faire et, dans une ultime tentative de résistance, il a courbé sa trajectoire. Seulement voilà, la Honda a perdu toute l’adhérence à la piste et le casque de Marquez est venu percuter le genou de Rossi. Coup de pied volontaire de l’un ou manoeuvre abracadabrante de l’autre, les fans ont fait naître des théories des théories aussi folles qu’improbables et deux clans se sont créés.

Si certains considèrent encore que Rossi a provoqué la chute de l’Espagnol, les faits sont là : Marc Marquez a commis une erreur et failli entraîner l’Italien dans sa chute. Par ailleurs, les sanctions à l’issue de la course n’ont fait qu’exacerber les tensions entre les deux pilotes puisque Valentino Rossi a été condamné à la dernière place sur la grille de départ du GP de Valence, sous les sifflements des fans espagnols. Un an plus tard, la rancune est tenace et l’animosité était palpable entre Valentino Rossi et Marc Marquez en conférence de presse…

Grand Prix d’Argentine 2018

À Santiago del Estero, le circuit de Rio Hondo a été le témoin d’une course des plus imprévisibles. Si l’Australien Jack Miller est parvenu à décrocher sa toute première pole position sans avoir à utiliser les pneus slicks sur une piste mouillée, un nouvel accrochage entre Valentino Rossi et Marc Marquez a relégué les deux pilotes à l’arrière du peloton, les privant tous deux de points en Argentine.

Dans des circonstances inédites en MotoGP, Miller s’est élancé seul à l’avant, avec plusieurs dizaines de mètres d’avance sur ses poursuivants. À l’arrière, la course de Marc Marquez a démarré de manière assez chaotique. En effet, la Honda 93 a calé sur la grille, obligeant le pilote à faire demi-tour pour venir se replacer. Petit couac, la direction de course interdit formellement aux pilotes toute circulation en sens inverse, Marquez aurait donc dû partir de la voie des stands. Au lieu de ça, il a été sanctionné d’un passage aux stands au ralenti. De quoi faire pester le pilote qui avait déjà rattrapé Miller à l’avant.

Ce après quoi il s’est montré particulièrement agressif en piste, évitant de justesse l’Aprilia d’Aleix Espargaro quelques tours plus tard, à qui il a d’ailleurs dû rendre une place. En revanche, il n’a pas raté Valentino Rossi. Pour l’épisode 375 de leur histoire, un excès de confiance de l’Espagnol a ravivé les tensions. Au cours d’une action bien trop audacieuse, Marquez a percuté les carénages de la Yamaha et la surprise a poussé Rossi dans le décor.

Mais cette fois, la réaction du Catalan était différente. Conscient de son erreur, il est venu présenter ses excuses à Valentino Rossi après la course. Si cette réaction a montré une évolution de la mentalité du pilote, l’accueil de l’équipe italienne était glacial et Rossi a refusé de lui serrer la main. Plutôt normal, on vous l’accorde. Il le sait, il a commis une nouvelle erreur impardonnable. En guise de sanction, Marquez a écopé de trente secondes de pénalité. Il a donc terminé la course en dix-huitième position, juste devant Rossi…

Pour autant, un grand respect existe entre ces deux pilotes légendaires. En 2021, Valentino Rossi annonçait son départ en retraite. Si cette annonce a sonné le monde de la MotoGP, les hommages se sont multipliés en l’honneur du nonuple champion du monde. Et Marc Marquez n’a pas fait exception, rappelant à son tour l’immense champion qu’est Valentino Rossi.

« Il a beaucoup apporté à la moto. Ce qu’il a apporté va au-delà de ce qu’il a donné en piste, parce qu’il a attiré beaucoup de personnes. Un grand s’en va. Par chance, il sera dans le paddock avec ses équipes et promouvant de jeunes talents italiens […].

Comme tout le monde le sait, notre relation personnelle n’est pas bonne, chacun va de son côté, mais je n’ai aucun problème à reconnaître que sa carrière sportive est unique, une légende. Il fait de très bonnes choses en piste, et encore meilleures en-dehors. Nous avons tous beaucoup appris de Rossi, il nous a appris beaucoup de choses. Nous devons lui être reconnaissants et il continuera à nous apprendre des choses. Il faut féliciter un pilote qui a une carrière unique et exceptionnelle. »

Marc Marquez, de plus en plus mature sur la piste et en-dehors ?
Les tensions semblaient apaisées en 2019. ©Igor Zehl/CTK/dpa

Après des années de rivalité entre incidents, accrochages et imbroglios, les tensions entre les deux légendes semblent s’être quelque peu apaisées depuis 2019. Toutefois, si vous espérez toujours que ces deux-là se rapprochent et croisent à nouveau le fer, il faut se rendre à l’évidence : ils ne seront jamais les meilleurs amis du monde et si l’un a quitté la catégorie reine, l’autre est encore loin des pistes en raison de sa quatrième opération de l’humérus…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :