Supercup : 5 points clés de la victoire du Bayern Munich (3-5)

Vainqueur de la DFL-Supercup à Leipzig (3-5), le Bayern Munich a remporté son premier trophée de la saison. Voici 5 points clés à retenir de la victoire des hommes de Julian Nagelsmann.

Leroy Sané et Sadio Mané ont chacun inscrit un but (Reuters)

1. Deux mi-temps, deux visages


Puissant, solide et équilibré le Bayern menait largement à la pause (3-0). Un visage séduisant pour une équipe qui avait pêché par ses difficultés dans le secteur défensif l’an passé, mais aussi une belle réponse aux craintes suscitées par le départ de Robert Lewandowski.

Plombée par un duel perdu et un penalty concédé par Benjamin Pavard, la formation bavaroise s’est pourtant mise en difficulté toute seule dans le second acte. Plus friable, le bloc s’es étiolé au fur et à mesure des changements de Julian Nagelsmann (voir le point numéro 4 ci-dessous).

2. Sadio Mané : trois en un


Ce samedi soir, Sadio Mané n’a pas seulement inscrit son premier but en profitant du très bon travail de Serge Gnabry. Il a aussi battu Peter Gulacsi par deux fois : d’abord en face à face, puis à bout portant. Si ces deux dernières réalisations ont été refusées pour de très légères positions de hors-jeu, la bonne forme du Sénégalais ne fait aucun doute.

En faisant la fine bouche, il faudra tout de même reconnaître que Mané n’a pas toujours été trouvé par ses partenaires et que automatismes doivent logiquement encore se créer. Cette victoire à cinq buts sur le terrain de Leipzig devrait aider les attaquants bavarois à se régler dans la sérénité, sans laisser planer l’ombre du départ de Lewandowski.

3. Jamal Musiala survolté, Leroy Sané déterminé


Aligné d’entrée sur le flanc gauche, Jamal Musiala a largement répondu aux attentes de son entraîneur. Tout d’abord parce qu’il a ouvert le score avec beaucoup de classe, mais aussi en raison de sa qualité de dribble qui le rend insaisissable.

Vexé d’avoir débuté sur le banc, au profit de la pépite Musiala, Leroy Sané a offert une entrée pleine de détermination à Nagelsmann. Avant de marquer tout seul le cinquième but bavarois, l’ancien citizen avait montré une incroyable soif de combat dans son pressing. La concurrence renforcée au sein de l’effectif bavarois devrait lui faire le plus grand bien !

4. Les recrues en phase d’adaptation


Si Sadio Mané a connu une très bonne première soirée, les autres recrues du FCB ne peuvent pas en dire autant. Entrés en jeu pour les dernières 20-25 minutes, Ryan Gravenberch, Noussair Mazraoui et Matthijs De Ligt ont encore du chemin pour s’adapter aux exigences de la Bundesliga et du maillot des Rekordmeister.

Rentré sur l’aile droite en remplacement de Thomas Müller, Ryan Gravenberch n’a pas grand chose à se reprocher. Le choix de Nagelsmann de ne pas aligner l’ancien prodige de l’attaque au milieu, quitte à passer en 4-3-3, est contestable puisqu’il a mis en difficulté sa jeune recrue.

Entré à la place du Benjamin Pavard, Noussair Mazraoui n’a pas commis d’impair. Mais s’il laisse entrevoir un bon potentiel, l’international marocain va devoir redoubler d’efforts pour s’adapter à son nouveau club, sur un poste qui demande un large éventail de qualités.

Peu fameux sur le troisième but de Leipzig, Matthijs De Ligt a montré qu’il n’était pas encore au sommet de sa forme. Le Néerlandais devra batailler pour gagner sa place, même si la prestation difficile de Benjamin Pavard pourrait lui faciliter le travail.

5. Les failles entrevues


Les failles de ce Bayern là sont donc globalement les mêmes que depuis le début de l’année civile 2022, et lors de la deuxième saison sous Hansi Flick (2020-2021) : les coups de pieds arrêtés défensifs et les contre-attaques adverses.

Sur le premier point, le Bayern a concédé un but et une barre transversale sur corner adverse. Les défenseurs bavarois doivent se montrer bien plus costauds dans les duels aériens, et les prochaines titularisations de Matthijs De Ligt doivent impérativement répondre à ce besoin.

Sur le deuxième point, le Bayern travaille au recrutement d’un numéro 6 (Konrad Laimer) pour rééquilibrer son jeu. Mais si le milieu autrichien ne posait pas ses valises en Bavière, d’autres solutions existent. La première mi-temps a d’ailleurs montré que le Bayern savait défendre en bloc avec son équipe-type et des automatismes.

Nagelsmann pourrait aussi passer dans un milieu à trois dans les rencontres plus difficiles. Ryan Gravenberch semble prometteur et Marcel Sabitzer, relativement bon ce vendredi, monte en puissance. Une défense à trois pourrait aussi aider à stabiliser le secteur dans les semaines à venir…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :