Rugby Championship : l’Australie déjà condamnée ?

Engluée dans un creux générationnel et confrontée à la forte concurrence d’autres sports, l’Australie vit des heures difficiles au moment de se confronter à ses rivaux du sud. Alors, les Wallabies sont-ils déjà condamnés ?

Les Australiens ont rendu les armes contre l’Angleterre le mois dernier (Darren England/AAP)

Un bilan désastreux cette saison


Malgré une deuxième place obtenue lors du dernier Rugby Championship, au bénéfice de deux victoires contre l’Argentine et l’Afrique du Sud, l’Australie avait quelque peu rassuré. Las, depuis la tournée d’automne, les Wallabies enchaînent les mauvais résultats et restent sur cinq défaites lors de leurs six dernières rencontres. Ils ont notamment perdu leur série d’été contre l’Angleterre.

Alors, à l’heure d’attaquer ce « Four Nations », le sélectionneur Dave Rennie doit composer avec un groupe remplit d’incertitudes. Des joueurs d’expérience comme Rory Arnold, Quade Cooper, James O’Connor ou Nick White seront bien présents… Mais ils ne font plus partie du gratin mondial.

L’absence de Will Skelton, qui avait fait son retour en sélection à l’automne dernier pénalisera aussi un pack au moins inférieur sur le papier à l’Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande. Seuls quelques joueurs semblent tirer leur épingle du jeu dans cette sélection à un an du mondial français. Il y a donc un vrai péril en la demeure.

Les stars : Michael Hooper et Marika Koroibete


Michael Hooper est le plus jeune centurion du rugby international (World Rugby)

À 30 ans, Michael Hooper est incontestablement l’une des plus grandes stars du rugby international. Fort de ses 121 capes sous le maillot australien, il sera une nouvelle fois le capitaine à la pointe du combat. Troisième ligne hyperactif, créatif, systématiquement au soutien et destructeur, le joueur des Warathas devra une nouvelle fois se démultiplier pour porter son pays.

Pour ce faire, il pourra compter sur Marika Koroibete, autre attraction des Green and Gold. Si les statistiques de l’ailier des Rebels sont en pannes cette année, son activité devrait permettre de créer des espaces pour ses partenaires. Puissance, véloce et rapide, il devra impérativement briller pour éviter une catastrophe aux Australiens.

Noah Lolesio n’a plus de temps pour apprendre


À 22 ans, l’ouvreur des Brumbies est l’un des plus jeunes ouvreurs du circuit mondial, avec Romain Ntamack et Marcus Smith. À l’heure d’une génération australienne à la peine, Noah Lolesio concentre donc de nombreux espoirs à un poste clé de notre jeu. Un talent indéniable qui se construit peu à peu en vue de la coupe du monde 2023.

Noah Lolesio sera le buteur des Wallabies lors de ce Rugby Championship (Getty Images)

L’apprentissage venant par l’expérience, ce Rugby Championship sera l’opportunité de faire un premier point sur le début de carrière du natif d’Auckland. Déjà capé 12 fois sous le maillot australien, Noah Lolesio doit donc continuer de grandir avec la pression du prestigieux maillot des Wallabies.

Éviter la dernière place ?


Si la concurrence semble elle aussi affaiblie au coup d’envoi de ce Rugby Championship, l’Australie apparaît en grand danger. Au programme : deux déplacements en Argentine, deux réceptions de l’Afrique du Sud, et une réception et un déplacement en Nouvelle-Zélande. Des rencontres loin d’être gagnées d’avance au regard des performances récentes des partenaires de Michael Hooper.

L’an dernier, les Australiens étaient déjà annoncés sur la corde raide, et avaient su déjouer les pronostics après deux lourdes défaites initiales contre les All Blacks. Sauront-ils de nouveau limiter la casse ? Ou bien s’écrouleront-ils définitivement pour marquer leur décadence ? Réponse dans les semaines à venir…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :