OM – Reims (4-1) : Première réussie pour Igor Tudor

Pour clôturer cette bonne première journée de Ligue 1, l’OM recevait Reims. Cela marquait aussi le premier match officiel d’Igor Tudor, hué par le Vélodrome. Retour sur sa tactique gagnante.

Belle première pour les Marseillais (© Getty Images)

Des pistons de haut niveau

C’était l’un des grands changements tactique avec l’arrivé d’Igor Tudor. Les anciens latéraux titulaires sous Jorge Sampaoli avaient de grandes chances de retourner sur le banc. Pour cela il fallait que les dirigeants olympiens recrutent de véritables pistons. Ils ont alors opté pour Jonathan Clauss et Nuño Tavares.

Le premier nommé a continué sur sa lancée de sa dernière saison lensoise. Arrivé du Nord avec un dernier exercice où il a totalisé cinq buts et onze passes décisives en Ligue 1, le joueur de 29 ans s’est montré très intéressant. Son volume de jeu dans son couloir a été d’une grande aide dans l’animation offensive. C’est même lui qui provoque le CSC de Wout Faes.

Son compère côté gauche n’aurait pas pu rêver mieux comme premier match officiel. Arrivé d’Arsenal où il a peu joué, le joueur n’est que prêté sans option d’achat. Accroché à cette piste, le Portugais a montré à Pablo Longoria qu’il avait bien fait de rester fixé sur son idée. Très impliqué, offensivement et défensivement, le numéro 30 s’est offert un but du pied droit (son mauvais pied) depuis l’extérieur de la surface.

Les deux pistons, essentiels dans le schéma tactique, ont réalisé une bonne première au Vélodrome avec une grande disponibilité. Jonathan Clauss a touché 55 ballons et son homologue portugais vingt de plus (95) en ayant joué dix minutes supplémentaires que le Français.

Pressing et jeu rapide

Les joueurs ainsi que les dirigeants olympiens l’ont signalé, le jeu prôné par Igor Tudor est complètement à l’opposée de celui de l’année dernière. Si certains ont eu du mal à voir la patte du coach Croate durant la pré-saison et qui voulait le voir sauter, cette première journée a du en faire taire certain… Au moins pour quelques temps.

Dès l’entame de la rencontre, Matteo Guendouzi, Gerson, Jonathan Clauss et même Cengiz Ünder ont mis la pression sur les joueurs rémois. Permettant de se projeter rapidement en attaque à la récupération du ballon. Des attaques rapides que l’on avait rarement vu sous Jorge Sampaoli. C’est comme cela que l’OM a marqué son premier but et que Cengiz Ünder a touché le montant quelques minutes après.

Cengiz Ünder, titulaire surprise ce soir (© @OM_officiel)

C’est peut être dans ce sens que le Croate a décidé de mettre Dimitri Payet sur le banc dès l’entame de la rencontre. Même si sa technique et son influence sont indéniables, il a tendance à ralentir le jeu. Là où Cengiz Ünder l’a dynamisé. Un choix qui a fait débat mais le score final donne raison au technicien fraîchement débarqué. Au moins, il n’a pas peur de prendre des décisions.

L’utilité des du banc de touche

Depuis le début de la période post-Covid, les entraîneurs ont le droit d’effectuer cinq changements. Règle qui a été officiellement adoptée il y a peu. L’année dernière, l’OM effectuait que très rarement tous ses changements et le peu se déroulaient à la fin du match. Cette année, petite nouveauté, beaucoup de changements devraient être effectués durant les rencontre.

Pour sa première, Igor Tudor remplace Cengiz Ünder et Arkadiusz Milik dès l’heure de jeu par Jordan Veretout et Luis Suarez. Cela fait monter Matteo Guendouzi d’un cran au côté de Gerson et en soutien de l’attaquant colombien.

Une dizaine de minutes après son entrée en jeu, Luis Suarez profite d’une frappe revenue dans ses pieds a quelques mètres du but pour placer le ballon dans le petit filet, hors de portée du malheureux Patrick Pentz. Ce but intervenu contre le cours du jeu permet à l’OM de mener par trois buts d’écarts (3-0).

Luis Suarez rassure déjà les supporters (© @OM_Officiel)

Tombé dans ses mauvais travers de la saison dernière, les Olympiens encaissent un but par l’intermédiaire de Folarin Balogun, lui aussi entrée en jeu (3-1) sur une légère erreur de Leonardo Balerdi. Avec Nuño Tavares, Arsenal a vu ses deux joueurs prêtés marquer dans le même match. À la 77e minute, Dimitri Payet et Cédric Bakambu foulent la pelouse du Vélodrome, prenant la place de Gerson et Matteo Guendouzi.

Des changements offensifs qui amèneront un quatrième but à quelques secondes du terme avec le doublé de Luis Suarez (4-1) sur une passe décisive de Cédric Bakambu. Sur les deux buts marqués par l’OM en seconde période, trois remplaçants sont décisifs. Coaching gagnant. Même si cela reste que le premier match, on voit que chaque joueur est concerné.

Depuis son arrivée, Igor Tudor a fait débat. Tantôt prise de tête avec Cengiz Ünder, Dimitri Payet ou encore Matteo Guendouzi. Quoiqu’il en soit, pour son premier match, l’OM s’est montré solide et semble adhérer à son nouveau manager. Pour l’ancien coach de l’Hellas Vérone, c’est une victoire aussi bien comptable que morale. Reste à confirmer face à Brest la semaine prochaine, puis sur la durée de la saison… Ce ne sera pas une mince affaire !

Les joueurs doivent maintenant confirmer ce qu’ils ont montré (© Icon Sport)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :