ESTAC Troyes – Stade Rennais (1-1) : les tops et flops de la rencontre !

L’ESTAC avait l’occasion de confirmer sa très bonne prestation à Louis II mercredi soir avec la réception du Stade Rennais. Sans Adil Rami, et avec le retour de la recrue, Rony Lopes dans le 11, le stade de l’aube accueillait une équipe Rennaise toujours à la recherche de ses sensations de l’année passée. Voici les tops et les flops à retenir de cette confrontation. 

Le malaise d’un arbitre assistant à retardé le coup d’envoi du match. (crédits : Icon Sport)

Les tops :


La solidarité Troyenne 

Victorieux contre Angers, et très intéressants à Monaco, l’objectif était de confirmer cette bonne  dynamique du coté des Troyens. C’est désormais chose faite pour les hommes de Bruno Irlès qui empochent un point  bien mérité face à des Bretons tenu en échec du début à la fin de la rencontre. Ayant remporté près de 55% de ses duels, le bloc bas Troyen a su rester ultra-compact et ce malgré l’expulsion discutable  de Salmier à la 26e minute.

Laissant très clairement la possession aux rennais (77%), et subissant un  bon nombre de situations, ils n’ont cependant jamais été réellement mis en danger et ont pu  compter sur un excellent gardien.

La joie collective des Troyens après leur but. (Photo by FRANCOIS NASCIMBENI / AFP)

Florian Tardieu 

Il est clairement la plaque tournante de cette séduisante équipe de Troyes de ce début d’exercice. Décisif par ses buts depuis le début de la saison, il aura aujourd’hui fait preuve d’autant de justesse  que de combativité. Bien aidé par un Kouamé au volume de jeu toujours aussi important, il a su  conserver des ballons importants en première mi-temps, et est également à l’origine du but Troyen  grâce à un long coup franc tendu dans la surface.

Gauthier Gallon 

Peu mis à contribution en première période hormis sur quelques frappes plutôt anodines, il a ensuite  énormément contribué à la performance Troyenne. Écœurant tour à tour Traoré, Santamaria, Terrier  ou encore Bourigeaud, le gardien Champenois aura réalisé un total de 6 arrêts. Précieux. 

Les flops :


Le manque d’idée Rennais 

A l’image de leur 5 premières journées, les Rennais ont cruellement manqué d’inspiration face à  cette équipe très regroupée dans sa moitié de terrain. Bruno Génésio avait décidé de faire  directement confiance à sa nouvelle recrue, Amine Gouiri. Malgré beaucoup de volonté, le jeune  joueur formé à Lyon ne sera pas parvenu à inquiéter l’ESTAC.

Pour sa première, Amine Gouiri a eu du mal à s’exprimer. (crédits : BFM)

Par ailleurs, Lovro Majer a lui aussi  retrouvé sa place dans l’entrejeu Rennais, intéressant dans la distribution, il a tout de même semblé manquer de rythme et n’a pas eu l’air d’être au mieux physiquement. Remplacé à la mi-temps par le  Ghanéen Kamaldeen Sulemana, qui aura, lui aussi tenté de créer le déséquilibre, en vain. 

En résumé, et malgré leurs 19 tentatives, les Rennais ont énormément peiné à se montrer dangereux à quelques exceptions près. La supériorité numérique et le changement de dispositif à la mi-temps  n’y auront rien changé. Ils peuvent remercier Baptiste Santamaria, auteur d’un très gros matchs avec  ses 9 ballons récupérés, et décisif grâce à cette belle frappe du gauche en début de seconde période. 

Martin Terrier, la gueule de bois

Il était sans aucun doute le joueur important du Stade Rennais la saison dernière. Pourtant, cette  saison, l’ancien Strasbourgeois peine à se montrer autant décisif. Assez propre en première mi-temps et auteur d’une passe décisive, il a cependant été fantomatique suite à l’ajustement tactique  de Bruno Génésio qui visait à le repositionner dans l’axe aux côtés d’Amine Gouiri. Un choix qui  semblait payant aux premiers abords grâce à la bonne entame de seconde période rennaise mais finalement insuffisant.

MArtin Terrier n’est pas au mieux cette saison. (crédits : Icon Sport)

Mama Baldé, trop seul

Un flop « malgré lui » quelque part. Au coup d’envoi, la stratégie des Troyens était claire : subir la  possession Rennaise, et opérer en contre quand la possibilité s’offrait à eux. Suite à l’expulsion de  Salmier, il était encore plus compliqué de trouver l’attaquant bissaoguinéen qui aura eu  extrêmement peu de situations à négocier. 

Un match compliqué dans sa physionomie qui ne remet en rien les qualités de l’attaquant troyens, il a du se mettre au service de son équipe et son sacrifice montre un grand professionnalisme.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :