Les portraits du Club 115 : Serena Williams, la reine tire sa révérence

Avec ses 23 titres en Grand Chelem et ses 25 années de carrière, Serena Williams est l’une des plus grandes joueuses que la WTA ait connues. De son enfance atypique à ses plus grands succès, Le Club 115 vous propose de (re)découvrir cette personnalité emblématique.

Serena Williams en 2017
Serena Williams lors de sa dernière victoire en Grand Chelem, le 29 janvier 2017 en Australie. ©Tennis Majors

Une enfance atypique

Née le 26 septembre 1981 dans le Michigan, Serena Jameka Williams est la dernière d’une fratrie de cinq filles. Aux côtés de ses trois demi-soeurs et de sa soeur Vénus, elle a grandi dans des conditions très particulières. En effet, les deux soeurs Williams sont nées pour être des championnes et ont évolué selon un plan très précis élaboré par leur père avant même leur naissance.

Ce dernier, Richard Williams, est issu d’une famille pauvre et voulait à tout prix épargner cette condition sociale à ses filles. Pour ce faire, il a étudié chaque joueur et joueuse du circuit et conçu un plan détaillé de soixante dix-huit pages expliquant comment Vénus et Serena allaient devenir les plus grandes championnes de l’histoire du tennis. Serena n’avait que trois ans lorsque sa famille a déménagé à Compton, ville du sud de la Californie. C’est à cet âge que la jeune fille a tenu sa première raquette.

Toujours selon ce plan, Vénus et Serena ont suivi un entraînement méticuleux dispensé par leur père dans lequel toute pression était bannie. Peu à peu, elles ont toutes deux développé des capacités tennistiques hors normes et toujours grâce à la persévérance de Richard Williams, elles ont capté l’attention de différents entraîneurs. Un an plus jeune que sa soeur, Serena a d’abord évolué dans son ombre avant d’entrer elle aussi dans la lumière.

Serena Williams à droite et Vénus Williams à gauche autour de leur père Richard Williams en 1991. ©Getty Images

Jeune prodige

Après une entrée quelque peu décevante sur le circuit professionnel au tournoi de Québec, Serena s’est retirée pendant deux ans avant de revenir telle une lionne dans l’arène en 1997. Dès lors, nul n’a plus été en mesure de freiner ses ambitions. Si bien qu’à la fin de l’année, elle s’est hissée à la 99ème place du classement mondial après s’est offert Mary Pierce et Monica Seles à Chicago pour son premier coup d’éclat en carrière.

À 17 ans, la future championne a fait son entrée en Grand Chelem. Si elle est parvenue à évincer la tête de série n°6 au premier tour de l’Open d’Australie, c’est sa propre soeur, Vénus Williams, qui a mis fin à son parcours au tour suivant. Serena a très vite progressé cette saison, jusqu’à atteindre la vingtième place mondiale en 1998.

Toutefois, c’est en 1999 qu’elle est réellement entrée dans la légende. Très solide mentalement, la jeune joueuse a remporté son premier titre sur le circuit WTA à Paris, avant de s’offrir Lindsay Davenport, Mary Pierce et Steffi Graf à Indian Wells et de récidiver à Miami. Et ce n’est pas tout. Car en plus de ces Masters, l’Américaine a remporté son tout premier Grand Chelem sur le sol new-yorkais en venant à bout de la n°1 mondiale, Martina Hingis, en deux sets 6-3, 7-6. La machine était lancée.

US Open 1999 : Serena Williams remportait son tout premier Grand Chelem. ©Getty Images

Une douloureuse épreuve

Pas question de s’arrêter après un seul Grand Chelem. Malgré une saison 2001 de demi-teinte, elle a renoué avec la victoire pour remporter non pas un, ni deux, mais trois tournois du Grand Chelem en 2002 et devenir n°1 mondiale. Et devinez qui était son adversaire lors de ces trois finales ? Vénus Williams !

Malheureusement, la saison 2003 des soeurs Williams a été marquée par un drame familial. Le 14 septembre, une rixe éclate dans la ville de Compton et leur demi-soeur, Yetunde, est touchée mortellement par une balle perdue. Serena s’est renfermée sur elle-même, refusant les entraînements et s’éloignant des courts de tennis.

Cette douloureuse épreuve a causé le déclin de sa carrière. Mais on connaît la force de Serena Williams. Après deux ans de dépression, la guerrière est revenue sur le circuit, plus agressive et plus motivée que jamais. Victoire après victoire, elle fait taire les mauvaises langues qui considéraient l’ère Williams révolue. Que nenni.

Retour au sommet

Peu à peu, l’Américaine est revenue sur le devant de la scène. Grâce, entre autres, à un neuvième tournoi du Grand Chelem, elle retrouve sa place de numéro 1 mondiale et annonce la couleur : elle ne compte pas s’arrêter là et sa soif de victoire est insatiable. Toujours sur sa lancée, elle enchaîne les victoires et ajoute plusieurs majeurs à son palmarès, devenant par la même occasion la joueuse la plus riche de l’histoire. Efficace le plan de 78 pages.

Malgré une blessure persistante au genou gauche, la cadette des soeurs Williams a ruiné les espoirs des joueuses du circuit en 2012. Car en plus de ses victoires à Wimbledon, à l’US Open et au Masters, elle a décroché la médaille d’or aux Jeux Olympiques de Londres. Innarêtable, elle ajoute deux Grands Chelems et un Masters à sa liste de trophée en 2013. Étonnante statistique : sur 82 matchs cette saison-là, Serena en a remporté 78. Qui dit mieux ? Elle retrouve logiquement la tête du classement WTA et cette fois, elle va y rester pendant plus de 180 semaines.

Match après match, record après record, Serena Williams a remporté son 23ème tournoi du Grand Chelem en 2017 sur les courts australiens avant d’annoncer sa grossesse en avril de cette même année. De retour sur le circuit un an plus tard, la protégée de Patrick Mouratoglou s’est défendue pour rester dans le top 10 et atteindre de prestigieuses finales. Seulement, son genou devenant de plus en plus problématique au fil des années, elle a dû déclarer forfait à plusieurs reprises, mettant un sérieux frein à sa carrière.

Serena Williams décroche l’or olympique en 2012 grâce à sa victoire express face à Maria Sharapova en finale (63 minutes, 6-1, 6-0). Victoria Azarenka en bronze. ©AFP / Luis Acosta

Une dernière valse

En survivante, Serena se maintient tant bien que mal dans le top 10 au cours des deux années qui suivent et remporte un 73ème titre en simple en 2020 à Auckland, dernier de son immense carrière. Seulement, l’année suivante s’est avérée désastreuse pour la championne, qui a achevé sa saison à Wimbledon après une chute sur le court.

Après un an d’absence, Serena Williams a choisi de faire son grand retour à Wimbledon, où elle est tombée sur un os face à une jeune française, Harmony Tan. C’est finalement au début du mois d’août que l’icône fait l’annonce tant attendue que redoutée : elle prendra sa retraite à l’issue de l’US Open.

Ovationnée pour son entrée en lice par un public américain entièrement acquis à sa cause, Serena Williams a tout fait pour retarder l’échéance. Imperturbable face à Danka Kovinic au premier tour, galvanisée par le public face à la n°2 mondiale Anett Kontaveit, la détentrice de 23 Grands Chelems s’est finalement inclinée en trois manches face à la téméraire Ajla Tomljanovic pour ce qui restera l’un des plus beaux moments de l’histoire du tennis.

Serena Williams a quitté le court Arthur Ashe sous les acclamations d’un public ému aux larmes en remerciant tous ceux qui l’ont accompagnée, dont sa grande soeur Vénus, avec une humilité aussi grandiose que son palmarès.

« Je suis préparée pour ce jour, à vrai dire j’y suis préparée depuis plus d’une décennie. Si vous avez vu King Richard, vous savez que mon père m’a dit que je devais me préparer à toute éventualité, donc c’est ce que j’ai fait. En fin de compte, je pense que c’est vraiment important d’avoir un plan et c’est ce que j’ai toujours eu. »

serena williams

Ce que vous ignorez peut-être sur Serena Williams

Serena Williams en quelques chiffres :

  • 73 titres en simples
  • 23 tournois du Grand Chelem en simples, à 1 trophée seulement de la recordwoman Margaret Smith Court
  • 23 titres en doubles, dont 16 tournois du Grand Chelem
  • 1 médaille d’or olympique en simples, 3 en doubles
  • 319 semaines en tant que n°1 mondiale, dont 186 consécutives
  • 25 ans de carrière professionnelle
  • Serena Williams a un style de jeu très particulier. Joueuse de fond de court extrêmement puissante, elle a dérouté de nombreuses rivales avec son premier service tout aussi puissant et ses secondes balles liftées. Qui plus est, elle est l’une des premières joueuses à avoir démocratisé ce style de jeu d’attaque « à plat ».
  • Un film a été réalisé sur l’enfance des soeurs Williams, « La Méthode Williams« , avec Will Smith dans le rôle titre de Richard Williams. On y découvre comment le plan initié par leur père a permis aux deux enfants de devenir les légendes que nous connaissons aujourd’hui.
  • Les soeurs Williams, à la fois rivales et partenaires. Tout au long de leur carrière, les soeurs Williams se sont affrontées un bon paquet de fois sur le court, faisant de cette rivalité l’une des plus iconiques de l’histoire du tennis féminin. Au total, elles se sont rencontrées à 31 reprises et Serena est sortie victorieuse de 19 d’entre elles. Parmi toutes ces confrontations, 9 ont eu lieu en finale d’un Grand Chelem. Toutefois, elles ne sont pas uniquement rivales sur le court. En effet, les soeurs Williams se sont illustrées à maintes reprises en doubles.
  • En-dehors de sa carrière tennistique, Serena Williams a d’autres passions, comme la mode. Elle a d’ailleurs créé sa propre ligne de vêtements « S » pour « Strong, Sexy, Sophisticated, Smart, Stylish » ainsi qu’une ligne de bijoux. Ses tenues souvent originales lors des matchs ont parfois fait polémique.
  • En 2020, la championne a reversé l’intégralité de son Prize money obtenu à Auckland à une association humanitaire visant à aider les victimes des incendies en Australie.
  • C’est également une personnalité très engagée et une féministe accomplie, qui en a remis quelques uns à leur place, n’est-ce pas John McEnroe…
  • Le monde du tennis s’est rassemblé pour rendre hommage à l’icône du tennis. Des champions légendaires à la jeune génération, tous ont répondu présent.

« C’est très bien qu’on ait quelqu’un comme ça dans notre sport, qui a ouvert la voie et nous montre que l’on peut tout faire« . Iga Swiatek

« « J’ai eu ma première raquette à l’âge de six ans. Et j’ai commencé à suivre du tennis à la télévision six mois ou un an plus tard. Je regardais les tournois du Grand Chelem, et Serena était là. Elle et Venus se partageaient les victoires dans les plus grands tournois. Vingt ans plus tard, je suis professionnel, j’ai eu quelques succès, et Serena est toujours là. Chaque fois que je l’ai rencontrée, j’ai été frappé par la formidable énergie qui se dégageait d’elle. Elle laissera un héritage incroyable. Je suis sûr que dans cent ans, on parlera encore de Serena Williams ». Daniil Medvedev

« Elle n’a pas dominé pendant une génération, ni deux, mais pendant plus de trois. […] Serena, merci. C’est grâce à toi que je crois en ce rêve. L’impact que tu as eu sur moi va au-delà de tous les mots que l’on peut mettre ensemble et pour cela je te dis merci, merci, merci, Goat. » Coco Gauff

« Hey Serena, c’est Roger. Je voulais te féliciter pour ton incroyable carrière. Tu sais ce que tu as accompli. Je sais ce que tu as fait et nous savons que c’était tout simplement incroyable. C’est probablement avec des sentiments mitigés que tu quittes ce merveilleux sport qui t’a tout donné et plus encore. Je te souhaite le meilleur pour ta famille et tes fans, et je suis l’un d’entre eux, tu vas nous manquer ! Je repense à l’US Open 1999, lorsque tu as affronté Martina Hingis.

Je m’étais couché tard pour te voir jouer et c’était le début d’une carrière qui a été incroyable. Nous t’accueillerons toujours à bras ouverts et nous serons toujours heureux de te revoir. Alors, reviens s’il te plaît !. En attendant, profite de ce moment, profite de ce temps passé à l’US Open. Je pense à toi, tu as tout mon respect et je te souhaite le meilleur pour l’avenir. Prends soin de toi, Serena !« 

Roger Federer

« J’espérais que ce moment n’arrivera jamais lorsque vous annoncez votre retraite et nous y sommes. Vous pouvez être très très fier de ce que vous avez accompli et laissé derrière vous. Vous avez inspiré tant de générations différentes, non seulement des joueurs de tennis mais aussi des athlètes du monde entier. Vous êtes l’une des icônes mondiales de tous les temps, homme ou femme. Je suis juste honoré et fier d’avoir partagé le terrain avec vous pendant tant d’années »

Novak Djokovic

J’ai la chance d’avoir partagé de longues années avec elle, sur le circuit. Egoïstement, je trouve cela triste, qu’elle arrête. Mais d’un autre côté, nous ne pourrons jamais assez la remercier pour tout ce qu’elle a fait pour notre sport. Elle est une très grande source d’inspiration, pour beaucoup de gens, à travers le monde. Et elle mérite de choisir ce qui est le mieux pour elle, à ce stade de sa vie. Je lui souhaite vraiment le meilleur.

J’espère qu’on continuera à la voir sur le circuit. J’ai toujours pensé que notre sport (comme les autres sports, d’ailleurs) est plus grand et plus fort quand ses légendes sont présentes. Et Serena est une légende, l’une des plus grandes sportives de tous les temps. Donc j’espère que nous pourrons continuer à la fréquenter, d’une autre manière, mais au bord des courts malgré tout ».

Rafael Nadal

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :