Vuelta – Le calme avant la tempête Roglic !

Décidément, Primoz Roglic n’est pas un coureur comme les autres. Le slovène a secoué le peloton comme jamais dans les trois derniers kilomètres alors qu’il ne s’était rien passé de la journée. Il a mis tout le monde à mal avant de tomber dans le sprint final en touchant la roue de Fred Wright. Pendant ce temps, Pedersen s’impose et Evenepoel s’en sort très bien avec son maillot rouge.

Quelle course de Primoz Roglic ! Même si cela n’a pas payé, le slovène a écrit une nouvelle page de son histoire aujourd’hui ! (Twitter Jumbo-Visma)

Une longue sieste andalouse !

Scénario classique pour entamer cette troisième semaine de course. Une longue procession de 190 kilomètres avec seulement deux courageux pour aller à l’avant. Sur un parcours tout plat entre Sanlucar de Barrameda et Tomares, les coureurs sont restés tranquilles avant un final plus tendu.

Luis Angel Mate (Euskatel-Euskadi) et Ander Okamika (Burgos-BH) ont tout de même tenté leur chance en s’extirpant du peloton. Pour Mate, cela va lui permettre de faire pousser un peu plus d’arbres (On rappelle qu’il a annoncé qu’il planterait un arbre pour chaque kilomètre parcouru en tête de course). Avec les 175 kilomètres du jour, cela fait près de 216 arbres qui seront plantés grâce aux performances de l’espagnol.

Dans le final, Ibai Azurmendi (Euskatel-Euskadi) a tenté de sortir dans la bosse de deux kilomètres juste après la fin de l’échappée à un peu plus de dix bornes de l’arrivée. Bien tenté mais insuffisant pour semer le peloton et espérer jouer la victoire. L’équipe basque avait des fourmis dans les jambes aujourd’hui. Après cette tentative, le peloton semblait se diriger tout droit vers un sprint…

Azurmendi a montré le maillot de bien belle manière en tentant de sortir dans le final mais le peloton était trop fort. (Capture d’écran GCN)

Le panache de Roglic !

Quel coureur extraordinaire ! Primoz Roglic n’est pas comme les autres et il l’a encore démontré aujourd’hui. Le leader de l’équipe Jumbo-Visma a décidé de prendre les choses en main à trois kilomètres de l’arrivée. Il a attaqué dans une montée non répertoriée. Seul Pascal Ackermann, le sprinter de UAE Team Emirates a réussi à le suivre dans un premier temps.

Au même moment, Remco Evenepoel a crevé ! Pendant que Roglic était en train de tout donner à l’avant, le maillot rouge attendait tranquillement sa voiture à l’arrière sachant pertinemment qu’il serait crédité du même temps que le peloton grâce à la règle des trois kilomètres.

Finalement, c’est cinq coureurs qui ont réussi à suivre Roglic. Avec les sprinters dans la roue, le slovène a assuré le tempo avant que Pedersen (Trek-Segafredo), Wright (Bahrain-Victorious), Ackermann (UAE Team Emirates) et Van Poppel (Bora-Hansgrohe) ne se battent pour la victoire d’étape.

Roglic est phénoménal ! Il a placé une violente attaque pour tenter de déstabiliser le peloton dans une étape promise aux sprinters. (Capture d’écran GCN)

Grosse chute pour Roglic !

Primoz Roglic a tout fait pour reprendre du temps à Remco Evenepoel. Il en a peut-être trop fait… Finalement, dans l’emballage final, en se rabattant le slovène a touché la roue de Wright. Une chute très (trop) lourde dans un sprint à cinq normalement sans danger.

L’inquiétude est désormais de mise quant à l’état de santé du triple tenant du titre. Il est touché au niveau du coude et du genou droit. Il va maintenant passer des examens médicaux afin de savoir s’il n’a rien de cassé.

Malgré tout, sa présence au départ demain matin est remise en cause. Dans quel état sera-t-il s’il est partant ? Certes, le triple tenant du titre a repris huit secondes au maillot rouge mais au moment de faire les comptes, on peut dire que le jeu n’en vaut pas la chandelle finalement.

Primoz Roglic est bien touché après sa chute dans le final. Reste à savoir s’il sera au départ demain matin. (Capture d’écran GCN)

Pedersen seul au monde !

Dans le sprint final, c’est Mads Pedersen qui s’est imposé devant Pascal Ackermann et Danny Van Poppel. Le danois est trop fort sur les sprints depuis l’abandon de Sam Bennett. C’est sa deuxième victoire d’étape sur cette Vuelta. Un bon bilan pour une première sur cette course surtout si l’on ajoute à cela trois deuxièmes places et un maillot vert.

D’ailleurs, il écrase le classement par points depuis l’abandon de Sam Bennett. Son principal concurrent, Fred Wright est à plus de 220 points, il n’y a donc rien à craindre pour Pedersen. Les derniers dangers restants sont le covid et la montagne. Le danois va devoir faire attention aux délais notamment samedi dans une étape qui s’annonce folle.

Mads Pedersen s’impose haut la main à Tomares. (Twitter Sean Cardo)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :