Les tops/flops de Dortmund-Schalke (1-0)

Voilà plus d’un an que les passionnés du football allemand trépignaient de revoir le derby de la Ruhr. Remonté cette année dans l’élite, Schalke 04 est reparti penaud de son déplacement à Dortmund, à quelques lieues de Gelsenkirchen (0-1). Analyse de la victoire du BVB.

Youssoufa Moukoko a délivré les siens en marquant son deuxième but de la saison (source : Frankfurter Rundschau)

Longtemps fermé, le match s’est débloqué dans le dernier quart d’heure grâce à un buteur providentiel. Découvrez son identité en bas. Globalement décevant dans le spectacle proposé, des réserves sont à émettre sur la réelle qualité de cette affiche. C’est parti !

LES TOPS


L’ambiance au Westfalenstadion

L’inverse nous aurait étonné. Qu’il pleuve ou qu’il grêle, le Westfalenstadion est célèbre pour sa ferveur inconditionnelle. Cet après-midi, des gouttes sont tombées sur le gazon de la splendide arène, et ce n’étaient pas les larmes de joie des spectateurs extatiques devant ces retrouvailles. Le temps maussade, semblable à la qualité de jeu après-midi, a été réchauffé par les chœurs des supporters.

Noirs et jaunes ou bleus et blancs, ils se sont égosillés et ont craqué une myriade de fumigènes, pour réchauffer en ce jour saint nos cœurs ankylosés par le froid et le triste multiplex de Bundesliga. De leur parcage visiteur, les fans de Schalke sont parvenus à se faire entendre, répondant présent au défi vocal lancé par le gelbe Wand (le mur jaune).

Youssoufa Moukoko offre le derby au BVB

Vous le connaissez bien, mais pouvez-vous rappeler son âge ? Le gamin venait à peine de souffler ses seize bougies lorsqu’il a battu le record de précocité du joueur le plus jeune à jouer et marquer dans un match de Bundesliga. C’était il y a deux saisons. Depuis, le prodige s’est un peu fait oublier mais il est revenu en force.

Après un premier but déjà marqué contre Fribourg en août, il a remplacé l’infructueux Anthony Modeste à la 64e minute. Il lui a suffi d’une quinzaine de minutes pour donner le tournis à la défense bleu royal et donner un avantage décisif à son équipe, reprenant de la tête un excellent centre de Marius Wolf. Il a encore 17 ans, si vous vous posiez la question !

Le retour de Gelsenkirchen et du derby !

On a tellement l’habitude de cocher cette affiche sur notre calendrier que l’on s’était retrouvé orphelin de ce magnifique derby l’année dernière. Schalke 04 traversait une passe délicate, menaçant de déposer le bilan, mais a fait preuve de résilience pour maintenir le navire à flot. Ils ont été sacrés de Bundesliga 2 en dépit de tous ces vents contraires, et ponctuent leur remontée par des performances honorables comme ce soir.

Partager le point du nul n’aurait pas été illogique, mais l’équipe de Frank Kramer peut construire sur sa longue résistance au combat, elle qui était la seconde pire défense du championnat avec 13 buts encaissés.

LES FLOPS


La grave blessure de Marco Reus

28e minute de jeu, Marco Reus lutte pour le gain du ballon aux abords de la surface adverse. L’attaquant passe devant son vis-à-vis Florian Flick qui, chancelant, emporte la cheville maudite de Reus : la droite ! Dès lors, en visionnant les ralentis, on se fait peu d’illusions.

Le malheureux est très fragile depuis une terrible blessure survenue il y a plusieurs années qui, à cause de rechutes, lui a fait manquer une Coupe du Monde deux Euros. Si ce coup dur explique peut-être le manque d’efficacité du Borussia, privé de son génial buteur, sa durée d’absence ne devrait finalement pas mettre son mondial en danger ! Un bien moindre mal pour ce joueur déjà privé du titre en 2014.

Le niveau de jeu

Nous l’évoquions, le spectacle fut assez terne ce samedi à Dortmund. Les locaux ont beaucoup tenté mais sans succès face à un bloc de Schalke bien organisé, armant 19 frappes dont 7 cadrées contre 3 sans précision de la part des Knappen (mineurs). Sans son maître à jouer Marcinho Reus et l’inspiration de Julian Brandt, trop inconstant pour constater son « génie » qui lui est parfois loué, on s’est un peu ennuyé.

Cepedant, il y avait de quoi nourrir de l’espoir pour le BVB qui sortait d’un match satisfaisant mais frustrant contre City en Champions League (1-2). Ils ont infligé la même correction à leur ennemi, peut-être de quoi extérioriser.

Un derby surfait ?

Elle est loin l’époque où Schalke remportait la DFB-Pokal (la coupe nationale) et disputait la Champions League, pendant que Dortmund faisait frémir les défenses allemandes en ravissant le titre en championnat au Bayern. Un derby restant un derby, il est agréable d’assister à cette messe traditionnelle, mais on attend avec impatience un nouveau cycle où les clubs rhénans redeviennent hégémoniques.

L’histoire et la dramaturgie des plus récents derbys a tout de même prouvé que le spectacle pouvait être au rendez-vous. On pense bien sûr à la victoire 4 buts à 2 de Schalke au Westfalen pour priver le BVB du titre 2019. Où encore au fameux 4 buts partout de la saison 2017-2018, alors que Dortmund menait 4-0 à la pause.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :