Les trois chiffres à retenir du match AS Roma – Betis Seville (1-2)

Jeudi soir, le club éternel recevait le Real Betis pour tenter de se rapprocher de la première place du groupe C de Ligue Europa. Après un match à rebondissements, ce sont les joueurs du club espagnol qui se sont imposés. Découvrez les trois statistiques à retenir du succès bético.

Le désarroi de Nicolo Zaniolo (premier plan) après le but victorieux du Real Betis Balompié. Crédit photo : Romapress.

88 :

C’est la minute à laquelle Luiz Henrique s’est élevé pour inscrire son deuxième but de la saison en Ligue Europa et ainsi libérer, d’un coup de tête, les siens face à la Roma. Le Real Betis a par la même occasion, prit l’avantage pour la première fois dans ce match sur son seul tir cadré de la deuxième mi-temps (Paulo Dybala avait ouvert le score avant que Guido Rodriguez n’égalise à la 40ème).

Le but rageur et tardif du remplaçant de Nabil Fekir (sorti dès la 24ème minute) démontre tout l’esprit guerrier et toute l’envie des joueurs espagnols à se battre jusqu’à la toute fin du match pour aller chercher la victoire.

La joie du buteur après sa tête victorieuse (crédits photo : Icon Sport)

2 :

Le nombre de cartons reçus par l’AS Roma dans ce match. Un carton jaune… et un carton rouge suite à un mauvais geste de Nicolo Zaniolo, logiquement expulsé après l’intervention du VAR (90ème). Les deux cartons, adressés dans les vingt dernières minutes du match, dénotent du contraste d’agressivité par rapport à leurs adversaires (quatre cartons jaunes pour seize fautes des « Béticos » contre seulement cinq fautes pour les « Giallorossi »).

Le carton rouge de Zaniolo symbolise aussi la frustration des Romains après leur deuxième défaite dans la compétition (la Roma s’était inclinée dès la première journée face au Ludogorets Razgrad en Bulgarie). Un début délicat pour les Giallorossi.

9 :

Soit le nombre de points du Real Betis Balompié après trois journées. Auteurs d’un sans faute, les Verdiblancos se retrouvent parfaitement placés pour la première place et pour ainsi décrocher un billet pour les huitièmes de finale (le second de poule devant jouer un tour supplémentaire contre un reversé de Ligue des Champions).

Dans des matchs souvent accrochés, le Betis a su trouver les armes nécessaires pour s’imposer et ainsi s’installer dans le fauteuil de leader du groupe C. La Roma compte, quant à elle, trois points (à déjà six longueurs des Espagnols) avant son déplacement à Benito-Villamarín jeudi prochain. Insuffisant en vue d’une qualification pour la suite de la compétition. Le Real Betis est, quant à lui, en position de force et peut espérer continuer encore la compétition.

Résumé de la rencontre opposant le club de la Louve au Real Betis Balompié.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :