Le Baromètre NBA, semaine 3 : un tank qui roule vite dans l’Utah et des Loups bien dociles.

Fin de la troisième semaine de compétition en NBA et les premiers 10% de la saison régulière sont déjà passés. Alors quelles équipes ont bien travaillé ? Des tendances qui se confirment, des équipes dans le dur, on fait le point sur les bons et les mauvais élèves de NBA.

Ils sont en forme


Los Angeles Clippers

Alors qu’ils étaient dans le dur la semaine dernière, les Clippers ont bien redressé la barre lors de cette troisième semaine. Derrière les performances de Paul George, joueur de la semaine à l’Ouest, l’autre franchise de Los Angeles a récolté 4 victoires en 5 matchs. Après une série de 4 défaites d’affilée, ils ont su profiter d’un calendrier favorable (Rockets x2, Spurs notamment) pour se remettre dans une bonne dynamique et confirmer leur bon retour en forme hier soir face aux Cavs en leur infligeant leur seconde défaite de la saison.

En l’absence de Kawhi Leonard toujours sur la touche, PG13 a mis du temps mais semble enfin avoir trouvé son rythme sur les 5 derniers matchs. Ajoutez à cela les apports des joueurs du banc et vous obtenez une équipe homogène, capable de produire du beau jeu et de gagner n’importe quel match. On retrouve petit à petit les Clippers de 2021, et on respire un peu mieux du coté de Steve Ballmer.

Cavs et Bucks

Deux équipes qui ont vu leur série d’invincibilité tomber hier soir, mais cela n’enlève en rien leur bonne dynamique. Les deux équipes en haut de l’Est ont été impeccables, avec de grosses victoires pour continuer leur bon début de saison. Le retour de Darius Garland à Cleveland n’a rien déréglé sur le plan collectif, et l’alchimie avec Donovan Mitchell sur le secteur extérieur s’est tout de suite sentie. Ce dernier aurait même pu se voir honoré d’un titre de joueur de la semaine, mais les votants ont préféré récompenser Kevin Durant, auteur lui aussi d’une grosse semaine.

De belles victoires pour les Cavs dont notamment celle face aux Celtics, 114 à 113 à domicile, grosse prestation illustrée par les 29 points et 12 passes de Darius Garland pour son retour. Coté Bucks la série de victoire s’est allongée, allant même jusqu’à un bilan de 9-0 avant la défaite d’hier face aux Hawks. Pistons, Wolves, Thunder, le calendrier n’était pas impossible mais les Bucks ont le mérite de faire ce que plusieurs équipes n’arrivent pas à faire cette saison : gagner les match qu’il faut gagner. Rappelons tout de même que Milwaukee accuse toujours l’absence de Khris Middleton et réussit quand même ce genre de prestation, de quoi faire peur à beaucoup d’équipes de l’Est.

Utah Jazz

Comment ne pas avoir une mention pour l’actuel premier de la conférence Ouest ? Toujours aussi performants alors qu’on prédisait une saison très sale pour le Jazz, les hommes de Will Hardy viennent de compiler 4 victoires en 5 matchs en s’imposant contre des équipes comme les Clippers, les Lakers et les Grizzlies, et ne se sont inclinés que de 3 points contre les Mavs.

Avec un effectif chamboulé cet été mais bourré de talent, Utah joue libéré, sans aucune pression et semble prendre chaque match l’un après l’autre, et ça marche ! Sans aucune obligation de résultats, le Jazz s’amuse, et développe en même temps un très beau jeu collectif. Une vraie surprise, illustrée par un Lauri Markkanen dans la lignée de son excellent Euro et qui s’épanouit enfin au poste 3.

Avec les Hawks, les Wizards et les Sixers au programme des trois prochains matchs, la magie peut-elle durer ? Quelle est la stratégie de ce Jazz ? On le saura bien vite, en attendant le soleil brille du coté de Salt Lake City et les fans du Jazz apprécient ce qu’ils voient.

Ils sont dans le dur


Golden State Warriors

Mais que ce passe-t-il aux Warriors? On en parlait sur le site la semaine dernière, la machine a du mal à se mettre en route après l’obtention du titre en juin dernier, mais les coéquipiers de Steph Curry commencent à filer un mauvais coton.

Voir aussi : Warriors ou le syndrome de la gueule de bois.

La formulation de la dernière phrase n’est pas anodine, puisqu’on veut précisément pointer du doigt les coéquipiers de Steph Curry. Absolument énorme depuis le début de saison (32.6pts, 7.1 rebonds et 6.9 passes, le tout quasiment en 50-45-95), le MVP des Finales 2022 n’a rien à se reprocher. Mais autour de lui ça ronronne, ça ne trouve pas le rythme, et le niveau affiché des deux cotés du terrain est inquiétant.

Grâce aux 47 points de Steph Curry hier soir, les Warriors ont enfin gagné (crédits : Getty Images)

Hier soir les Warriors ont (enfin) gagné contre Sacramento, certes dans la douleur mais cette victoire a au moins le mérite de mettre fin à une série de 5 défaites de suite. Des défaites qui font mal lorsqu’on voit le calibre des équipes affrontées : Hornets, Pistons, Magic, que des équipes qui sont supposément plus faibles. Samedi Golden State reçoit les Cavs pour un gros choc et jouera les Kings ainsi que les Spurs dans la foulée, allons-nous assister à un regain de forme, ou à une rechute ?

Minnesota Timberwolves

Très souvent placées dans les équipes intrigantes avant le début de saison, les Minnesota Timberwolves n’arrivent pas eux non plus à trouver leur rythme et à démarrer leur saison. Un bilan de 5 victoires pour 6 défaites, une intégration balbutiante de Rudy Gobert et la frustration qui commence à pointer le bout de son nez chez certains fans.

Des défaites contre les équipes du haut du classement, et des victoires contre des équipes plus faibles, pour le moment Minnesota ne convainc pas, et peine à instaurer une réelle dynamique. Anthony Edwards l’a lui-même déclaré : « on joue beaucoup trop soft ». Et c’est un peu ce qui ressort de ce début de saison pour le Wolves. Une équipe qui se cherche, qui ne fait pas preuve de caractère et qui doit trouver ses leaders.

Et il va falloir vite les trouver puisque ce sont les Suns, les Grizzlies et les Cavs qui se mettront prochainement sur le chemin des loups, et une nouvelle série de défaite pourrait mettre Minnesota dans une position bien délicate en vue de la qualification en Playoffs. Le potentiel est présent dans cette équipe, encore faut-il trouver la bonne recette pour que cela fonctionne.

San Antonio Spurs

Un retour à la normale direz-vous? Oui et non, puisque si on attendait une baisse de régime de ces Spurs, il ne faudrait pas oublier le contexte extra-sportif derrière la dernière semaine à San Antonio. Les défaites commencent à s’accumuler (ils sont sur une série de 4 revers consécutifs), c’est dans le domaine extra-sportif que San Antonio a fait parler.

L’affaire entourant Josh Primo a pris de nouveaux tournants après de nouvelles révélations. L’ancienne psychologue des Spurs aurait l’intention d’attaquer en justice la franchise pour inaction après plusieurs signalements des actions obscènes du meneur lors de plusieurs séances. Cette personne aurait été libérée de son contrat par la suite, sans pour autant sanctionner Primo.

Une vilaine tâche sur la franchise qui était sans aucun doute l’une des mieux gérées de la NBA, mais qui fait face à une situation inédite. Quand le sportif et l’extra-sportif ne vont pas, c’est ce qu’on pourrait appeler une très mauvaise semaine dans le Texas.

le Dr. Hillary Cauthen en rajoute une couche concernant Josh Primo et les Spurs

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :