F1 : Tout ce qu’il faut savoir sur le GP de Sao Paulo

Avant-dernière manche et troisième sprint de la saison, le GP de Sao Paulo se tiendra pour la 38ème fois à Interlagos sur les lieux du premier sacre de Lewis Hamilton. Caractéristiques du circuit, enjeux restants et programme complet, voici tout ce qu’il vous faut savoir sur cette 21ème étape !

Départ du Grand Prix de Sao Paulo 2021
En 2021, Lewis Hamilton remportait le Grand Prix de Sao Paulo devant Max Verstappen et Valtteri Bottas. ©Red Bull Content Pool

Le circuit

  • Lieu : Autodromo José Carlos Pace, Interlagos, Sao Paulo, Brésil.
  • Longueur : 4,309 km.
  • Nombre de tours : 71.
  • Particularités : Si le Grand Prix du Brésil (devenu GP de Sao Paulo en 2021) se dispute depuis 1972, il n’est officiellement apparu au calendrier du championnat qu’un an plus tard. En 1973, le pilote suédois Ronnie Peterson a signé la première pole position de l’étape brésilienne aux commandes d’une Ferrari, performance non négligeable puisque c’était la 200ème de la Scuderia depuis ses débuts en Formule 1. Néanmoins, c’est le local de Lotus-Ford, Emerson Fittipaldi, qui s’est imposé lors du Grand Prix à Interlagos. Le Brésilien est d’ailleurs resté invaincu l’année suivante. Quelques années plus tard, le Français Alain Prost s’offrait le record de victoires sur ce même circuit en franchissant la ligne d’arrivée en première position pour la sixième fois en 1990. Le record du tour en course a été signé par Valtteri Bottas en 2018, soit 1:10;540.

2008, une dernière course folle à Sao Paulo

C’est sur ce circuit brésilien que Lewis Hamilton a décroché la première d’une longue série de couronnes. En 2008, le Britannique fraîchement débarqué chez Mercedes récupérait sur le fil la première place du championnat au terme d’une saison de lutte avec Felipe Massa. Mais avant de revenir sur ce final parmi les plus mythiques de l’histoire de la F1, rappelons deux éléments clés. À cette époque, le vainqueur d’un Grand Prix ne remportait que 10 points, contre 25 aujourd’hui. Qui plus est, le nombre de courses était moindre et 18 GP apparaissaient au calendrier.

Maintenant, souvenez-vous de l’année 2008… Kimi Räikkönen était alors le champion du monde en titre chez Ferrari et partageait son box avec Felipe Massa. En face, McLaren-Mercedes avait choisi d’aligner un jeune pilote déjà quadruple vainqueur en Grand Prix, Lewis Hamilton, avec le Finlandais Heikki Kovalainen. Bien décidé à ravir le titre aux Ferrari, le Britannique a annoncé la couleur en remportant la première manche du championnat en Australie.

La réponse n’a guère tardé chez les rouges puisqu’après deux échecs, Felipe Massa renouait enfin avec la victoire à Bahreïn. L’un, puis l’autre, tous deux se sont partagés l’affiche au fil des courses et ce, jusqu’à l’ultime Grand Prix de la saison. Arrivé au Brésil avec 94 points en poche, il suffisait à Lewis Hamilton de franchir la ligne d’arrivée en cinquième position. Quant à Massa, la victoire conjuguée à une sixième place de son rival était une condition sine qua non pour remporter la couronne.

À domicile, Felipe Massa n’a pas déçu ses fans et a réalisé le meilleur tour de qualifications pour prendre la première place de la grille de départ quand Hamilton n’était « que » quatrième. Sa course n’en était pas moins parfaite puisque le Brésilien a terminé en tête au drapeau à damiers, convaincu d’avoir glané le titre au Brésil. Seulement, il était bien loin d’imaginer ce qui se tramait derrière lui… À deux tours de la fin, Sebastian Vettel profitait du manque d’adhérence de la Mercedes sous la pluie, invitée surprise, pour se hisser en cinquième position et ainsi, offrir le titre à Massa.

Devant eux, Timo Glock, alors en pneus secs, pâtissait de la stratégie de Toyota si bien que dans le dernier virage, l’Allemand s’est vu dépasser par Lewis Hamilton. Le Britannique venait d’assurer sa cinquième. Quelques secondes plus tard, un message radio lui confirmait qu’il était bel et bien champion avec un seul point d’avance sur Felipe Massa.

Caractéristiques techniques et défis à relever

Bien plus qu’un week-end traditionnel, le Grand Prix du Brésil accueillera ce samedi la troisième et dernière course sprint de la saison. Introduite lors du Grand Prix de Silverstone 2021, la course sprint chamboule le déroulement du week-end et rapporte de précieux points aux pilotes. Son fonctionnement est simple. Le vendredi, le paddock a droit aux classiques EL1 avant d’enchaîner directement avec une séance de qualifications.

Le lendemain, après une seconde salve d’essais libres, les pilotes prennent place sur la grille de départ selon l’ordre établi par les qualifications de la veille. S’ensuit alors une course d’environ trente minutes (100km) aux enjeux non négligeables dont le vainqueur récolte huit points, puis sept pour le second et ainsi de suite. Bien que le côté stratégique soit rangé au placard, c’est la grille d’arrivée du sprint qui détermine l’ordre du départ du Grand Prix, une bonne place est donc précieuse.

Cette saison, seules trois courses sprints ont été organisées : en Émilie-Romagne, en Autriche et à Sao Paulo. Mais dès 2023, ce nombre doublera selon la volonté de la FIA.

Si les championnats pilotes et constructeurs ont déjà été remportés par Max Verstappen et Red Bull Racing, d’autres défis sont à relever pour le reste du paddock. D’un côté, Lewis Hamilton rêve toujours d’une victoire cette saison. En effet, celui qui a été promu au rang de citoyen d’honneur du Brésil est monté à plusieurs reprises sur le podium cette année, sans pour autant parvenir à gravir la première marche, propriété de Max Verstappen en 2022.

Mais il n’est pas le seul à rêver d’une nouvelle victoire. Une semaine après son 100ème Grand Prix, le Monégasque Charles Leclerc a fort à faire ce week-end. Actuellement troisième du championnat derrière le Mexicain de Red Bull, Sergio Perez, Leclerc n’est qu’à six points de la deuxième place. En outre, la Scuderia ne possède que quarante points d’avance sur sa rivale allemande au classement constructeur.

Derrière elles, McLaren et Alpine se disputent toujours la quatrième place du classement générale, tandis qu’Aston Martin talonne Alfa Romeo pour la sixième place. Ce week-end, le paddock devra faire attention au piège de la météo brésilienne, souvent capricieuse sachant que les pluies sont fréquentes à cette période de l’année. En outre, les pilotes tourneront dans le sens inverse des aiguilles d’une montre sur ce circuit aussi court que rapide aux différentes élévations et devront jongler entre longs virages à haute vitesse et enchaînements plus lents en fin de secteur 2.

Podium du GP de Sao Paulo 2021. ©Red Bull Content Pool

Programme complet

Essais libres 1Vendredi 11 novembre 202216h30 – 17h30Canal+ Sport
QualificationsVendredi 11 novembre 202220h00 – 21h00Canal+ Sport
Essais libres 2Samedi 12 novembre 202216h30 – 17h30Canal+ Sport
SprintSamedi 12 novembre 202220h30 – 21h30Canal+
CourseDimanche 13 novembre 2022Départ à 19hCanal+

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :