ATP Finals : Andrey Rublev, une belle saison entachée par la géopolitique

Septième qualifié à la race, le Russe Andrey Rublev accède aux ATP Finals avec quatre titres supplémentaires en poche (dont un ATP 500) et ce, en ayant subi de plein fouet la crise ukrainienne. Retour sur une saison satisfaisante bien qu’exempte de tournois sur herbe.

Andrey Rublev, vainqueur de l'ATP 500 de Dubaï
Andrey Rublev, vainqueur de son 5ème ATP 500 en carrière. ©ATP Tour

Un riche début de saison

En janvier dernier, Andrey Rublev pointait à la 5ème place du classement ATP. Privé de l’ATP Cup car positif au Coronavirus, le Russe a donc officiellement entamé sa saison sur les courts en dur de l’Open d’Australie. S’il a passé les deux premiers tours sans réelle difficulté, il n’a pu résister à la force de frappe de Marin Cilic au troisième tour. Trois semaines plus tard, il s’offrait une demi-finale à Rotterdam mais tombait sous les coups de Félix Auger-Aliassime.

C’est à Marseille que Rublev a soulevé son premier trophée après avoir évincé trois français, Gasquet, Pouille et Bonzi, puis pris sa revanche sur son bourreau canadien des Pays-Bas en finale. Non seulement il a remporté le titre en simple, mais il l’a également décroché en double aux côtés de l’Ukrainien Denys Molchanov. Sur sa bonne lancée, Andrey Rublev s’est rendu à Dubaï la semaine suivante et s’est adjugé le titre en renversant chaque joueur qui avait le malheur de croiser sa route.

Pourtant, un événement est venu ternir cette belle victoire. Début février, la Russie de Vladimir Poutine prenait les armes contre l’Ukraine. Dès lors, les réactions à l’encontre des Russes se sont vivifiées. Andrey Rublev, tout comme ses compatriotes Daniil Medvedev ou Karen Khachanov ont essuyé les critiques et se sont vus reprocher un manque de prise de position en faveur de l’Ukraine. Ce pourquoi, lors de sa victoire en demi-finale dubaïote face à Hubert Hurkacz, le Russe a inscrit quelques mots lourds de sens sur la caméra « No War Please« .

Après quoi, le Moscovite a enchaîné les tournois. Il a d’abord atteint les demi-finales à Indian Wells où il est tombé face au futur vainqueur Taylor Fritz, puis les huitièmes à Monte-Carlo après une contre-performance à Miami et tout ça sous bannière neutre. Toujours en préparation du Grand Chelem parisien, Rublev s’est invité sur les terres de Novak Djokovic pour remporter son troisième titre de la saison en renversant l’ex numéro 1 mondial en finale.

Un quadruple lauréat discret en Grand Chelem

Après un quart de finale à Madrid, Rublev est parvenu à se hisser en quarts de finale sur la terre battue de Roland-Garros. S’il n’a pas facilité la tâche de son adversaire du jour, il s’est finalement incliné en cinq sets face au Croate Marin Cilic, pour la deuxième fois d’affilée en Grand Chelem. Puis tout s’est gâté.

La crise ukrainienne a eu raison joueurs russes et biélorusses. Malgré sa participation à l’ATP 500 de Halle, Andrey Rublev a tout bonnement mis un arrêt brutal à sa saison sur herbe quand Wimbledon décidait de bannir les athlètes de ces nationalités de son territoire. Privé du Grand Chelem londonien, Rublev n’est réapparu sur les courts qu’un mois plus tard sur la terre de Bastad. Quatre tournois le Russe participait à son troisième Grand Chelem de la saison aux États-Unis.

Manque de chance, il est tombé sur la surprise locale Frances Tiafoe et s’est incliné au bout de trois manches dont deux tie-break. Présent à Astana début octobre, Andrey Rublev s’est offert une nouvelle demi-finale avant de remporter son quatrième trophée de la saison à Gijon le 16 octobre. Toujours à la recherche de points, le Moscovite s’est invité à Vienne avant son retour à Paris sur les courts de l’Accor Hotel Arena.

Tête de série n°7 à Bercy, il a fait partie des victimes du jeune Danois Holger Rune. Véritable boulet de canon sur les courts indoor, le lauréat du tournoi a vaincu par moins de cinq joueurs du top et signé une prouesse jusqu’ici jamais réalisée. Andrey Rublev s’est donc incliné en huitièmes de finale face au protégé de Patrick Mouratoglou, mais ses performances tout au long de la saison lui ont tout de même accordé son ticket pour les ATP Finals.

Bilan face au top 8 et type de jeu

Pour sa troisième participation au Masters final, Andrey Rublev sera dans le groupe rouge. Ce faisant, il devra se défaire de Stefanos Tsitsipas, Daniil Medvedev et Novak Djokovic en phase de poules afin d’atteindre les demi-finales. Autant dire que ce ne sera pas une mince affaire. Cette année, il a déjà rencontré certains de ses adversaires sur le court. S’il affiche un score de 1-1 face à Félix Auger-Aliassime, son ratio de victoire est bien moindre face aux joueurs de son groupe.

Vaincu par deux fois par le Grec Stefanos Tsitsipas, à Madrid et à Astana, Rublev est tout de même venu à bout de Novak Djokovic en avril dernier. Seul Daniil Medvedev n’a pas encore eu l’occasion de disputer un match face à son compatriote en 2022. Qui plus est, Andrey Rublev n’a jamais passé le stade des poules sur ses deux participations.

Si son jeu présente quelques similitudes avec celui de Tsitsipas, Rublev met beaucoup d’intensité dans ses frappes. De plus, il a grandement amélioré son service et utilise généralement une tension de cordage avoisinant les 25-26, ce qui lui offre une meilleure précision et un meilleur contrôle de ses balles. Pour son entrée en lice à Turin, Andrey Rublev sera confronté à Daniil Medvedev ce lundi à 14h.

Andrey Rublev lors des Nitto ATP Finals 2021.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :