Next Gen Finals : Qui est Jiří Lehečka, le récent finaliste des Next Gen Finals ?

Finaliste de la dernière édition des Next Gen Finals perdue face à Brandon Nakashima (4-3. 4-3, 4-2), Jiří Lehečka risque très probablement de faire parler de lui dans les mois à venir.

Jiri Lehecka
Jiri Lehečka lors du tournoi de Rotterdam (© Henk Koster)

Une belle saison 2021 en Challenger

Comme pour tout bon joueur de tennis, la case « circuit Challenger » est une étape essentielle avant de pouvoir prétendre intégrer le circuit principal. Le Tchèque a été l’auteur de quelques bonnes performances notamment l’année dernière.

Avant d’entamer sa première année dans ce circuit secondaire, le natif de Mladá Boleslav avait atteint le 10e rang mondial chez les juniors. Toujours chez les jeunes, il atteint les quarts de finale de l’Open d’Australie ainsi que de l’US Open en 2019. La même année, il soulève le trophée de Wimbledon dans la catégorie doubles messieurs toujours avec son partenaire de l’époque Jonáš Forejtek.

Jiri Lehečka et Jonáš Forejtek soulèvent le trophée (© Wimbledon)

Son entrée au niveau supérieur ne lui a pas vraiment réussi. Il parvient tout de même à être demi-finaliste du Challenger de Prostějov. Il remporte aussi un tournoi ITF à Prague. Des résultats moyens pour une première saison sur le circuit Challenger pour le jeune joueur de 19 ans.

Sa saison 2021 est nettement meilleure sur le plan sportif. Il dispute quatre finales sur le circuit Challenger pour un bilan parfaitement équilibré avec deux victoires et deux défaites. Il remporte les tournois de Tampere (Finlande) et Bucarest (Roumanie), tous sur terre battue.

Le Tchèque avec son trophée à Tampere (© @leheckajiri)

Un début d’année surprenant

Bien aidé par sa saison précédente, le numéro 68 au classement ATP a connu des premiers mois merveilleux. Lors de l’Open d’Australie, il tient tête à Grigor Dimitrov lors du premier tour. Défaite en quatre sets (6-4, 4-6, 6-3, 7-5).

C’est début février que le Jiri Lehečka fait parler de lui. Sorti des qualifications, il intègre le tableau principal du tournoi de Rotterdam où il gagnera ses premiers matchs sur le circuit principal face à Denis Shapovalov, Botic Van De Zandschulp ainsi que Lorenzo Musetti notamment. Très agressif et à l’aise sur son service, il passera proche d’éliminer Stefanos Tsitsipas en demi-finale (4-6, 6-4, 6-2). Ce parcours le fera grimper dans le top 100.

Un très beau tournoi de Rotterdam pour le Tchèque (© Getty Images)

En atteignant les demi-finales, le 137e mondial de l’époque est devenu le joueur le plus mal classé à atteindre le dernier carré dans ce tournoi néerlandais depuis Omar Camporese en 1995.

Après quelques mois plus compliqués, le Tchèque refait parler de lui en passant proche d’éliminer Andrey Rublev en huitièmes de finale de Belgrade (4-6, 7-6, 6-2) après, là encore, être passé par les qualifications.

Deux semaines plus tard il dispute sa première finale de la saison sur le circuit Challenger. C’était à Mauthausen face à Jurij Rodionov où il s’incline en deux sets (6-4, 6-4). L’arrivée du gazon n’est pas une réussite avec aucune victoire enregistrée cette saison sur cette surface. Il se remet très vite sur la surface ocre qui lui réussit mieux.

À deux doigts du titre milanais

Présent à la Next Gen, où les sets se jouent en quatre jeux gagnants, le Tchèque se retrouvait dans un groupe composé de Francesco Passaro, Matteo Arnaldi et Brandon Nakashima, son adversaire en finale. Un groupe où il termine deuxième à cause d’une défaite face à l’Américain (4-1, 4-3, 4-2).

Le Tchèque n’aura pas démérité (© @leheckajiri)

Arrivé en demi-finale, c’est Dominic Stricker qui se dresse face à lui, le Suisse qui est sorti vainqueur d’un groupe où figurait le favori Lorenzo Musetti. Régulier et patient il s’est imposé en quatre sets (4-1, 4-3, 2-4, 4-1) pour se hisser en finale.

Personne ne s’attendait à le voir à ce niveau là de la compétition mais il a pleinement réussi à saisir sa chance. Malgré une défaite contre Brandon Nakashima (la deuxième du tournoi). Cette rencontre le mettra sur de bons rails pour la saison 2023.

Peut-il faire mieux que le top 40 ?

Actuellement le meilleur classement du Tchèque reste une 59e place mondiale. Même s’il aspire à être mieux classé, il doit corriger des défauts.

À commencer par son niveau sur gazon. Comme dit précédemment, le joueur n’a remporté aucun match là-dessus en 2022. Si on prend en compte son Wimbledon junior 2019, on est à une victoire sur cinq matchs. Alors oui la période sur gazon est minime contrairement à la terre battue ou le dur, mais pour être parmi les meilleures, il faut être bon sur toutes les surfaces.

De mauvaises prestations sur gazon peuvent l’empêcher de voir plus haut (© @leheckajiri)

Sur le plan sportif, le joueur de 20 ans est aussi à l’aise en coup droit qu’en revers. Il possède également une bonne qualité de service. Cependant lorsque les échanges durent, il a tendance à donner des points gratuits. C’est sans doute pour cela que malgré son talent, il peut montrer quelques signes de fébrilités. Pareil lorsqu’il est sous pression, il peut très vite sortir de son match et commettre de grossières erreurs. En témoignent ses défaites à Rotterdam et à Belgrade.

Sans aucun doute, il franchira le cap du top 40 très rapidement. Son potentiel est réel et n’est pas à sous-estimer malgré quelques lacunes. Son inspiration pour Radek Stepanek et Thomas Berdych l’aideront à grandir sur le circuit et pourquoi pas frapper aux portes du top 20 dans les années futures.

Jiri Lehečka continue sa progression. Après une saison 2021 réussie en Challenger, il a seulement découvert le circuit principal cette année. L’avenir nous dira s’il réussira ce que Thomas Berdych a réussi à faire sur le circuit mais quoiqu’il en soit, le Tchèque est à surveiller pour les prochaines saisons.

Une première saison réussie au plus haut niveau (© Getty Images)

Axel Sahraoui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :