Autumn Nations Series : Le bilan du XV de France

Invaincue depuis Juillet 2021, l’Equipe de France vient de conclure son année 2022 par une dixième victoire. Lors de cet Autumn Nations Series, elle a écarté l’Australie, l’Afrique du Sud et le Japon, portant son nombre de victoires consécutives à 13. Quels seront les prochains objectifs ? Qui a marqué des points ? Quelles sont les pistes d’améliorations ? On tire le bilan de cette tournée

(crédit : Twitter @FranceRugby)

Voir aussi : Autumn Nations Series – Quels sont les enjeux pour le XV de France

Un tableau de chasse complété

Sur les 13 victoires consécutives (série en cours), l’équipe entrainée par Fabien Galthié a vaincu tous les membres du TOP 10 mondial. Du Japon à l’Australie, en passant par l’Angleterre, l’Irlande ou encore la Nouvelle-Zélande, le XV de France a réussi un autre « Grand Chelem » en l’emportant contre l’Afrique du Sud. Les victoires permettent aux joueurs d’emmagasiner de la confiance, et cela c’est vu. Que ce soit lors des victoires étriquées, où les bleus n’ont pas paniqué pour crucifier leurs adversaires, ou lors des matchs qui se sont terminés sur un score plus large pendant lesquels ils ont fait preuve de maîtrise et de justesse. VENI, VEDI, VICI.

Team France during the Autumn Nation Series match between France and Japan on November 20, 2022 in Toulouse, France. (Photo by Romain Perrocheau/FEP/Icon Sport via Getty Images) – Photo by Icon sport

Une hiérarchie bien établie

(Photo par Romain Perrocheau/FEP/Icon Sport via Getty Images)

TROIS – C’est le nombre de changement dans le XV de départ sur les 3 rencontres. Tous ont eu lieu contre le Japon. Tous à la suite de blessures ou suspension. Aucun par choix. Il y a d’un coté les titulaires, de l’autre les « finisseurs ». Si on pouvait facilement deviner la composition de l’Equipe de France pour les matchs contre les Wallabies et les Boks, des doutes subsistaient par rapport aux états de formes (Baille, Ntamack).

Finalement, le staff a préféré rester dans la continuité. Pour autant, certains joueurs ont profité de ces rencontres pour s’affirmer. Charles Ollivon a confirmé son retour au plus haut niveau, Thomas Ramos a sans doute rebattu les cartes pour le poste d’arrière. Quant à Reda Wardi, il est visiblement passé devant Dany Priso. Autre cas, Sekou Makalou profitera de sa polyvalence pour rester de manière permanente dans la liste des finisseurs.

L’enjeu avant le jeu

Les critiques sont parfois acerbes envers le contenu des matchs. Avec les individualités qui composent cette équipe, ceux qui suivent les bleus sont en droit d’attendre plus de prises d’initiatives, et de prendre plus de plaisir en les regardant. Fabien Galthié accorde beaucoup d’importance aux détails et laisse peu de place à l’improvisation. En ce sens, le plan de jeu établit doit être respecté à la lettre. Un jeu de dépossession, basé sur de l’occupation, une défense agressive mise en place par Shaun Edward, et faire preuve d’opportunisme sur les ballons de récupération. C’est avec ces ingrédients que les bleus ont remporté leurs 13 rencontres. Après des années de désillusions, on pourrait s’en satisfaire, mais pas au pays du French Flair.

Bis Repetita et record en vue ?

Lors de la prochaine fenêtre internationale, qui s’ouvrira à Rome le 5 février prochain pour le 6 nations, l’Equipe de France se déplacera trois fois (Italie, Irlande, Angleterre) contre deux réceptions (Ecosse, Pays de Galles). Les bleus viseront un second Grand Chelem consécutif.

Chose qui a été réalisé qu’une fois en 1997 et 1998. Derrière ce premier objectif se cache un record à battre, celui du nombre de victoires consécutives qui est actuellement co-détenu par l’Angleterre et la Nouvelle Zélande (18). A chaque fois, c’est l’Irlande qui a mis fin à ces séries. Si la France parvient à réitérer le résultat de leur dernier voyage à Dublin (victoire 13-15), nos meilleurs ennemis prendront beaucoup de plaisir à tenter de nous faire échouer dans notre quête.

(crédit : ffr)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :