Preview huitièmes de finale : Pays-Bas – États-Unis

La phase de groupe a rendu son verdict faisant sonner l’heure des huitièmes. Début de la phase finale de la Coupe du monde dès aujourd’hui avec la rencontre opposant les Pays-Bas aux États-Unis. Alors que faut-il attendre de cet affrontement ? Une surprise à prévoir ?

Frenkie de Jong (gauche) et Christian Pulisic (droite) seront sans doute des protagonistes importants du huitième opposant les Oranjes à la Team US.
Crédit photo : Getty Images.

Dynamique :

Dans une poule qui les donnait prétendants à la première place, les Pays-Bas ont assumé leur statut en achevant la phase de groupe invaincus et en tête. Après un premier match victorieux contre le Sénégal qui avait vu la nation européenne s’imposer grâce à deux buts dans les dix dernières minutes, les Néerlandais avaient concédé le nul face à l’Équateur (1-1), après un match cadenassé, peu aidé par le bloc défensif équatorien et le manque de réalisme des Oranje.

Invaincu en trois matchs, la sélection néerlandaise s’avance avec confiance avant la suite de la compétition.
Crédit photo : RueDesJoueurs.

Les Pays-Bas s’offraient alors un premier match à « élimination directe » puisque la défaite leur était interdite face au Qatar, décevant dernier et déjà éliminé de sa compétition avant même la dernière journée.
Il n’y aura pas eu de mauvaise surprise, la sélection de Louis van Gaal s’imposa deux à zéro grâce au troisième but en trois matchs de Cody Gakpo, et au premier but en Coupe du monde de Frenkie de Jong, pour finir à la première place et recevoir le deuxième du groupe B en huitième.

Après une poule très disputée, ce sont les États-Unis qui ont su faire la différence grâce à leur seule victoire dans la compétition, lors du dernier match face à l’Iran (1-0), qui avait des airs de finale (sous couverts d’une possible crise diplomatique). Pour leur entrée dans la compétition, la Team US n’avait pas pu faire mieux qu’un match nul contre le Pays de Galles après une égalisation tardive de Gareth Bale (82ème, 1-1).


La deuxième rencontre les voyait être opposés au favori de la poule, l’Angleterre. Dans un match assez fermé dominé par les Anglais, la nation entraînée par Greg Berhalter parvint à préserver sa deuxième égalité dans la compétition (0-0) lui permettant d’être qualifiée en cas de succès sur l’Iran lors du troisième match.

Ce qui fut fait grâce à une réalisation de Pulisic (buteur après avoir été passeur décisif pour Timothy Weah lors du premier match) à la 39ème. Les États-Unis retrouveront les joies d’un huitième de finale après 2014. Ce malgré une fin de match compliquée où l’Iran jetait ses dernières forces dans la bataille, en vain, la Team US validait son billet pour rencontrer les Pays-Bas.

La Team US disputera un huitième de finale de Coupe du monde. Un signe positif avant celle de 2026 qu’ils coorganiseront avec le Mexique et le Canada.
Crédit photo : AFP.

La clé du match : puissance offensive vs bloc solide?

Face à une jeune équipe américaine, les Pays-Bas, nation historique du football, semblent supérieurs et en avance collectivement ainsi que techniquement dans cette Coupe du monde. Certes emmenée par des joueurs de qualités en la personne de Christian Pulisic (Chelsea), Weston McKennie (Juventus), Sergino Dest (AC Milan) ou encore Timothy Weah (Lille), la Team US paraît trop inexpérimentée pour espérer continuer dans la compétition.

Le joueur du PSV Eindhoven Cody Gakpo aura un rôle à jouer face aux États-Unis cette après-midi.
Crédit photo : Football Italia.

Bien que costaud défensivement avec seulement un but encaissé en poule (par Gareth Bale ndlr), c’est le secteur offensif qui est pointé du doigt avant ce huitième de finale. Les Américains n’ont inscrit que deux buts en phase de groupe.

Mais face à une sélection Oranje revancharde après son absence au mondial russe, et alertée par leur élimination en huitième du dernier Euro par la République tchèque (0-2), la tâche s’annonce difficile.

La clef du match résidera dans la capacité néerlandaise a percer le mur américain, tout en se méfiant des transitions rapides dans les espaces défensifs où Pulisic et Weah se montrent redoutables, et d’un danger considérable.

Emmenés par un Virgil van Dijk décrié au pays par la légende Marco van Basten et qui voudra prouver qu’il est à la hauteur du capitanat, les Pays-Bas pourront aussi s’appuyer sur un milieu costaud composé de Frenkie de Jong, Davy Klaassen et un dernier joueur à choisir parmi Koopmeiners, de Roon ou encore Berghuis. L’animation offensive entre Bergwijn et Gakpo (ou Memphis s’il est rétabli ?) amènera du mouvement et de la profondeur face à une défense regroupée et athlétique. Le jeu de possession et offensif néerlandais face au bloc défensif et rapide à la récupération du ballon américain sera une magnifique confrontation, de style et d’idée.

Joueur à suivre : Cody Gakpo

Arrivé au Qatar avec le statut de joueur prometteur pour sa première Coupe du monde, l’attaquant polyvalent pouvant évoluer au milieu est devenu, à 23 ans, un titulaire important des Oranje, si ce n’est indiscutable. Premier buteur de la sélection néerlandaise dans cette Coupe du monde, il leur avait permis d’ouvrir le score face au Sénégal, par une tête devançant Édouard Mendy, et de parfaitement lancer leur mondial (victoire 2-0). Quatre jours après, il inscrivait son deuxième but dans la compétition d’une frappe limpide du gauche transperçant toute la défense équatorienne (1-1).

D’une frappe placée du droit, Cody Gakpo avait ouvert le score face au Qatar.
Crédit vidéo : beIN Sports.

Face au Qatar, il est devenu le quatrième joueur néerlandais à inscrire trois buts lors de trois matchs successifs de Coupe du monde après Johan Neeskens, Dennis Bergkamp et Weisley Sneijder (finaliste malheureux contre l’Espagne en 2010). Prometteur. Sa capacité d’accélération et de dribble lui offre une panoplie technique très intéressante que sa taille (1m93) n’entrave pas. Très à l’aise des deux pieds, sa puissance de frappe lui permet d’être autant dangereux à l’intérieur qu’à l’extérieur de la surface.

Sa marge de progression résidera dans sa capacité à être constant et à rester performant tout le long d’un match.
Avec le PSV Eindhoven, sa saison est sur une très bonne voie (9 buts et 12 passes décisives). De quoi donner espoir aux supporters Oranje ? Début de réponse face aux États-Unis.

Pronostic : Victoire des Pays-Bas

Malgré la jeunesse et la fougue américaine, l’expérience et les individualités néerlandaises devraient leur permettre de rallier les quarts de finale et ce malgré les quelques états grippaux déclarés cette semaine.
Victoire des Pays-Bas dans le temps réglementaire par un but d’écart.

  • Huitième de finale : Pays-Bas – États-Unis
    Samedi 3 décembre 2022, Khalifa International Stadium, Doha.
    Retransmission télévisuelle : beIN Sports, 16h (heure française).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :