Tour des Stades #7 – Scénario cruel au Stadium !

Tour des Stades – Le Téfécé est remonté en Ligue 1 cette année. L’occasion de retrouver le Stadium dans une rencontre qui opposait les toulousains aux strasbourgeois. Les deux clubs luttent pour le maintien et ils vont se livrer une belle bataille en ce dimanche 23 octobre 2022. Retour sur une rencontre disputée et spectaculaire.

Rendez-vous à Toulouse pour vivre de l’intérieur l’ambiance du Stadium. Toutes les semaines, au fur et à mesure des matchs, des rédacteurs du Club 115 vous feront vivre leurs aventures à travers cette rubrique. Bienvenue dans le septième épisode du Tour des Stades !

Tout le monde est prêt ! Le coup d’envoi peut être donné. (Mathias Roisil/Le Club 115)

La ville rose se réveille !

Il fait bon vivre à Toulouse. Les étudiants y sont légions et la ville est en plein essor. La place du Capitole est magnifique et toujours très animée. Le centre est facile d’accès et s’y perdre est agréable. La ville rose est la quatrième métropole de France en terme d’habitants derrière le trio Paris, Lyon et Marseille.

Dans le Sud-Ouest de la France, le sport vedette est le rugby. La capitale occitane héberge le plus grand club de rugby de France. Le Stade Toulousain a un palmarès impressionnant avec 21 titres nationaux et cinq titres continentaux. Le football a donc du mal à se faire une place dans une ville qui vit au rythme du rugby.

Pour autant, depuis le rachat du TFC par le fonds d’investissement RedBird Capital Partners, l’ambiance autour du club de football est plus saine pour le plus grand bonheur des fans. L’équipe joue bien et vient de remonter en Ligue 1. De quoi nous promettre un beau spectacle en ce dimanche après-midi.

Le ciel est couvert mais le beau jeu est au rendez-vous ! (Mathias Roisil/Le Club 115)

Une sécurité impressionnante !

Les supporters se massent donc dans le métro pour essayer d’arriver à l’heure au stade. La station Empalot voit la rame se vider. Les fans ont encore dix minutes de marche pour accéder au Stadium. L’enceinte du Téfécé n’est pas encore visible. Pour observer le stade, il faut passer par un quartier qui se compose de grandes tours vétustes qui vont bientôt être démolies pour faire place à des logements plus récents.

Ensuite, il faut traverser la Garonne. Sur la rive, il y a des camping-cars. Des personnes vivent au bord du fleuve. Pendant que les supporters passent sur le pont et que les gendarmes encadrent la masse, deux femmes font la manche. Malheureusement, elles sont totalement ignorées par la foule.

Le dispositif de sécurité est impressionnant lors de l’arrivée au stade. Les fouilles sont très longues et c’est en retard qu’arrive une partie du public. La palpation est vraiment très poussée pour un match comme Toulouse-Strasbourg.

Le Stadium vu de l’extèrieur. (Mathias Roisil/Le Club 115)

Ambiance de fête !

Cela n’empêche pas les supporters toulousains de mettre le feu au stade. Ils tentent tant bien que mal d’impliquer le reste des spectateurs mais seul le virage les suit. D’ailleurs, c’est un virage assez étrange que l’on retrouve au Stadium. Il prend la forme d’un entonnoir. Il y a un amas de personne au centre bas comme si les supporters glissaient dans cette direction.

Il est difficile de se faire une place dans le virage Brice Taton. Tout le monde est debout et la visibilité est difficile par endroits. Les abonnés ont leurs habitudes et se retrouvent aux mêmes places à tous les matchs. Pendant toute la durée du match, les chants ne vont jamais s’arrêter ce qui va permettre aux locaux de se sentir portés par le stade lorsqu’ils en ont besoin.

Le virage Brice Taton est plein ! (Mathias Roisil/Le Club 115)

Le Téfécé rayonnant !

Depuis que le club est descendu en Ligue 2, le beau jeu est de retour à Toulouse. L’équipe propose un football basé sur la possession du ballon et l’attaque. Les joueurs font plaisir aux supporters et la pérennisation du club en Ligue 1 semble être un objectif accessible.

Les locaux mènent à la mi-temps par le plus petit des écarts. Globalement, ils ont dominé les débats et c’est logiquement que Anthony Rouault le jeune défenseur central de 21 ans ouvre le score. Il inscrit alors son premier but de la saison et permet au stade d’exploser avant la pause.

Au retour des vestiaires, les toulousains aggravent la marque en inscrivant un second but grâce au capitaine Brecht Dejaegere. Tout le monde pense que le Téfécé s’est mis à l’abri avec un tel écart. D’autant plus que le Racing est dernier de Ligue 1 et ne semble pas avoir les armes pour revenir.

Les supporters n’ont pas arrêter d’encourager leurs joueurs pendant toute la rencontre. (Mathias Roisil/Le Club 115)

Remontada strasbourgeoise !

Cependant les strasbourgeois ne lâchent jamais rien et vont revenir au score. Tout d’abord par l’intermédiaire de Lebo Mothiba. Auteur d’une bonne entrée, il revient bien en forme après un passage à vide l’an dernier. C’est aussi le sud-africain qui va pousser Nicolaisen à la faute en le pressant.

Une erreur qui va coûter cher aux locaux puisque Nicolaisen va recevoir un deuxième carton jaune synonyme d’expulsion et provoquer un penalty que Gameiro va transformer en deux temps. Dupé va arrêter le tir au but mais le ballon revient sur Gameiro ce qui permet à l’international français d’égaliser.

A dix contre onze, les toulousains résistent pour conserver le point du nul. Ils auraient même pu inscrire un but en fin de match mais les strasbourgeois ont bien défendu. A la fin du match, les joueurs ont droit à une ovation de leur public malgré le score neutre. Le tour d’honneur est respecté et l’essentiel est préservé.

Tout le monde se lève pour célébrer les héros du jour. (Mathias Roisil/Le Club 115)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :